Résultats 1 à 20 sur un total de 4917
14,99 €
9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 14 octobre 2016 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
Pour les auditeurs qui connaissent par cœur le Concerto pour la nuit de Noël de Corelli, cette version viendra comme une surprise : le « concertino », normalement dévolu à un trio composé de deux violons et un violoncelle, est ici tenu par deux flûtes à bec et un basson. Couleur pastorale assurée, et on ne peut en aucun cas parler de trahison moderniste, puisque dès la parution des douze Concerti grossi de l’Op. 6 de Corelli fleurirent nombre d’adaptations en tout genre, dont une à Londres en 1725 pour ce même trio, mais en solo. Ici, le concerto reste un concerto. Ce chef-d’œuvre est entouré d’un beau nombre de pièces, françaises pour la plupart, conçues aux alentours de la charnière entre les XVIIe et XVIIIe siècles pour célébrer Noël. Elles sont présentées dans des réécritures, signées François Lazarévitch, faisant la part belle à la Maîtrise de Radio-France et à l’ensemble des Musiciens de Saint-Julien – un collectif de musiciens composé des instruments habituels de l’époque baroque, mais aussi de nombre d’instruments plus populaires et traditionnels, pour un parfum de la Nativité plus authentique encore. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 21 janvier 2015 | HORTUS

Hi-Res Livret
19,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 20 mai 2016 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Prise de Son d'Exception - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Francesco Corbetta – musicien à la cour du roi Louis XIV – et son disciple Robert de Visée, maître de guitare du même roi pour qui il jouait souvent la guitare, marchant deux pas derrière le monarque pendant ses promenades, écrivirent nombre d’œuvres dédiées à la guitare baroque et au théorbe. C’est justement de ces deux instruments que se saisit Rolf Lislevand pour nous restituer la musique de ces deux grands bonshommes de cette époque, la jonction entre le règne de Louis XIV et celui de son successeur et néanmoins arrière-petit-fils Louis XV. Des sonorités inhabituelles, singulières mêmes, car Lislevand n’hésite pas à faire usage d’une certaine dose d’improvisation ou, plutôt, d’ornementation étendue. Il improvise aussi les préludes (en d’autres termes, il « prélude ») selon la manière que l’on connaît de l’art baroque, dans une intrigante sonorité qui laisse bien comprendre que les choses ne sont pas toujours aussi bien fixées dans le marbre que ce que l’on croit ; d’où, d’ailleurs, le titre du présent album, Mascarade. Un disque de guitare baroque et de théorbe à ne pas manquer ! © SM/Qobuz « Une lumière sombre scintille sur les ors du Grand Siècle, dans un album inouï, partagé entre la démesure baroque, l'introspection amère et l'aventure sonore. » (Diapason, décembre 2016) « [...] Nous avons enregistré les morceaux en entier avec peu de reprises, dans l'esprit d'ECM, qui a toujours créé ses productions en favorisant l'improvisation et la création spontanée, souvent en captant les premières idées des interprètes. Si cela convient aux musiques improvisées de différentes traditions comme le jazz, voilà un véritable défi lancé aux instrumentistes classiques, chez qui la perfection de l'exécutioin se trouve défiée par un très haut niveau de difficulté technique. Nous avons accepté ce défi. Fraïcheur et spontanéité garanties ! Le plus beau moment : après un long silence dans la cabine, à la fin d'une pièce, Manfred Eicher me lance : "Yes, it is travelling !" Il n'y a pas de meilleur compliment à recevoir quand, soi-même, on se sent emporté par la musique.» (Rolf Lislevand dans Diapason, décembre 2016)  
10,49 €
6,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2015 | Evidence

Hi-Res Livret
Cet intrigant concert improvisé serait-il un lointain écho de ceux qui pouvaient avoir lieu au XVIe siècle en Abyssinie, lorsque les prêtres jésuites portugais mêlaient les accents de leur musique européenne à ceux des musiciens éthiopiens pour une étonnante synergie musicale baroque ? Dans cette Melothesia Æthiopica, Jean-Christophe Frisch ose le pari de restituer cette singulière osmose culturelle, en associant son ensemble XVII-21 Le Baroque Nomade avec des stars de la scène actuelle éthiopienne, partant du principe que les rencontres entre baroque européen écrit et tradition orale extra-européenne ont beaucoup plus influencé le cours de la musique que ce que l’on voudrait imaginer. L’auditeur pourra se laisser bercer par ces sonorités venues à la fois de l’Europe méditerranéenne et de l’Afrique chrétienne (car le Royaume d’Aksoum, situé dans l’actuelle Éthiopie, embrassa la religion chrétienne dès l’an 325, le deuxième état à adopter cette religion après l’Arménie), avec influences arabes, indiennes, égyptiennes en tous genres qu’il n’est plus possible de démêler les unes des autres tant ce langage est riche et polymorphe. © SM/Qobuz
18,49 €

Classique - Paru le 8 décembre 1986 | Archiv Produktion

Distinctions Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
16,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 8 septembre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Pour le présent album, la soprano Regula Mühlemann a choisi des œuvres datant des XVIIe et XVIIIe siècles qui abordent, de manière hautement stylisée, la vie de Cléopâtre ainsi que des fantaisies plutôt exotiques et des interprétations qui, à vrai dire, nous en apprennent bien plus sur l’époque baroque que sur l’antiquité égyptienne ; on y découvre quelque chose du vrai caractère de la reine, les émotions les plus sauvages aux côtés de sa sensualité, de sa beauté et de sa sévérité. Hasse souligne sa fierté, sa morgue même, Sartorio sa nature manipulatrice et séductrice, Scarlatti oppose son humanité à la superbe royale que développe Graun. Matheson, quant à lui, préfère parler de sa mort et de l’ascension prochaine de son âme vers les dieux, avec le mythe du serpent qui lui aurait donné la mort – après laquelle elle devait renaître en Isis, puisque la reine elle-même se voyait comme une réincarnation d’Aphrodite – dont l’équivalent égyptien n’est autre qu’Isis. La virtuosité de Mühlemann donne vie à ces remarquables partitions. © SM/Qobuz
16,20 €18,00 €
10,79 €11,99 €

Musique symphonique - Paru le 4 avril 2017 | Channel Classics Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
36,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1996 | Archiv Produktion

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
16,20 €18,00 €
10,79 €11,99 €

Classique - Paru le 5 mai 2017 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
20,99 €
14,99 €

Classique - Paru le 28 février 2017 | Les Chemins du Baroque

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
13,49 €
8,99 €

Classique - Paru le 29 septembre 2017 | naïve classique

Hi-Res Livret
Détails Passacaglia in C Minor, BWV 582 : Passacaglia in C Minor, BWV 582 (Arr. for Baroque Ensemble in D Minor)
13,50 €18,00 €
8,99 €11,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2011 | Channel Classics Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio - Stereophile: Record To Die For
21,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1987 | Archiv Produktion

11,99 €

Classique - Paru le 8 avril 2013 | Ricercar

Livret
16,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 28 avril 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Choc de Classica
« Un disque passionnant, étonnant par sa diversité d'inspiration et impressionnant de maîtrise orchestrale. [...] La première plage cartonne avec le vivacissimo initial du triptyque Baroque Song (2007) qui, partant d'un choral de Bach, le digère et le transforme sans jamais lui faire injure. [...] Paul Meyer, qui a créé le concerto pour clarinette en 2012, n'y brille pas moins par des prodiges de sonorité, de phrasé et d'intonation. [...] Thierry Escaich a trouvé en la personne d'Alexandre Bloch un vrai tempérament d'interprète, attentif à la dimension discursive et expressive de son langage.» (Diapason, juin 2017 / Gérard Condé)
Détails Baroque Song pour orchestre : I. Vivacissimo
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 17 février 2017 | Leaf Music

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Evidence

Hi-Res Livret
11,49 €

Musique concertante - Paru le 1 février 1994 | Warner Classics International

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A la plus grande époque de l'Amsterdam Baroque Orchestra, quand Monica Huggett était l'inspiratrice de l'ensemble en tant que violon solo, Ton Koopman a enregistré une version totalement aérienne des Concertos pour orgue de Haendel, op. 4 & 7. Une formidable porte d'entrée à l'univers orchestral du maître anglais, avant tout par son côté soyeux.
16,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 18 mars 2016 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
L’art de la transcription fut l’une des bases de la transmission musicale internationale de l’époque baroque. Bach transcrivait Vivaldi, Johann Gottfried Walther (un cousin de JSB) transcrivait Albinoni ou Torelli, l’éditeur John Walsh transcrivait Haendel… Une bonne partie des transcriptions ainsi proposées par l’organiste japonaise Kei Koito procède de l’engouement pour la chose italienne du début du XVIIIe siècle, les tout nouveaux concertos faisant alors rage. C’est pour l’orgue solo que toutes ces pièces sont « réduites », si l’on peut parler de réduction dans le cas d’un instrument tel que l’orgue. Kei Koito a choisi l’orgue de 1702 de l’église Aa à Groningue aux Pays-Bas, une merveille de palette et de contrastes sonore permettant, justement, de restituer – ou plutôt de transcender – les divers plans musicaux inhérents au genre du concerto. On notera que c’est Kei Koito elle-même qui a établi une « Suite en sol » de Haendel à partir d’œuvres isolées, souvent des mouvements uniques, pour clavier. Ainsi que l’aurait fait Haendel lui-même, s’il avait pu en tirer quelque intérêt ! L’intérêt, pour nous, est d’entendre ces petits bijoux dans une sonorité riche donnant une idée bien précise de ce qui pouvait chatouiller les oreilles des Européens du Nord en 1702. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 24 août 2010 | BIS

Hi-Res Livret