Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

4289 albums triés par Date: du plus récent au moins récent et filtrés par Jazz
14,99 €
9,99 €

Jazz - À paraître le 31 décembre 2020 | Beyond HD Audio

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Jazz - À paraître le 31 décembre 2020 | Beyond HD Audio

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Jazz - À paraître le 25 novembre 2016 | Fire Records

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Jazz - À paraître le 4 novembre 2016 | Shanachie

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Gospel - À paraître le 28 octobre 2016 | Light Records

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Jazz - À paraître le 14 octobre 2016 | Purple Pyramid Records

Hi-Res
15,39 €
10,99 €

Jazz - À paraître le 14 octobre 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
17,99 €
11,99 €

Jazz - À paraître le 7 octobre 2016 | Traumton

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - À paraître le 7 octobre 2016 | Mi'ster

Hi-Res Livret
Il y a ceux qui savent. Et les autres. Chaque spectateur d’un concert d’Ibrahim Maalouf a pu ressentir ce petit plus propre au live. Cet instant unique à emporter chez soi qu’il rend véritablement unique. Voilà dix ans que le trompettiste arpente les scènes en se donnant corps et âme à son public. La première fois, c’était en solo en solo au New Morning à Paris en 2006. Un millier de concerts et des dizaines de pays traversés plus tard, Maalouf fête cette décennie avec ce best of live, renfermant des extraits des concerts l’ayant le plus marqués. 9 titres captés entre 2011 et 2016. Plus d’une heure de musique pour mieux cerner son univers kaléidoscopique fait de jazz, de musique orientale, de chanson, de classique et de pop. Sur une poignante reprise de La Javanaise de Gainsbourg, il a convié la grande Juliette Gréco. Et pour True Sorry, la Maîtrise de Radio France est de la partie. Quelques instants forts qui viennent se mêler à d’autres instants forts tout au long d’un live qui ressemble bien à son auteur. © CM/Qobuz
22,49 €
14,99 €

Jazz - À paraître le 7 octobre 2016 | MAYIMBA JAZZ

Hi-Res
15,39 €
10,99 €

Jazz - À paraître le 7 octobre 2016 | Mirare

Hi-Res Livret
15,39 €
10,99 €

Jazz - À paraître le 7 octobre 2016 | Klarthe Records Jazz

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - À paraître le 7 octobre 2016 | Laborie Jazz

Hi-Res Livret
19,49 €
12,99 €

Jazz contemporain - À paraître le 7 octobre 2016 | Mi'ster

Hi-Res Livret + Vidéos
Il y a ceux qui savent. Et les autres. Chaque spectateur d’un concert d’Ibrahim Maalouf a pu ressentir ce petit plus propre au live. Cet instant unique à emporter chez soi qu’il rend véritablement unique. Voilà dix ans que le trompettiste arpente les scènes en se donnant corps et âme à son public. La première fois, c’était en solo en solo au New Morning à Paris en 2006. Un millier de concerts et des dizaines de pays traversés plus tard, Maalouf fête cette décennie avec ce copieux live, renfermant des extraits des concerts l’ayant le plus marqués. 14 titres captés entre 2011 et 2016 accompagnés ici par 14 vidéos. Plus d’une heure cinquante de musique (et d’images !) pour mieux cerner son univers kaléidoscopique fait de jazz, de musique orientale, de chanson, de classique et de pop. Sur une poignante reprise de La Javanaise de Gainsbourg, il a convié la grande Juliette Gréco. Et pour True Sorry, la Maîtrise de Radio France est de la partie. Quelques instants forts qui viennent se mêler à d’autres instants forts tout au long d’un live qui ressemble bien à son auteur. © CM/Qobuz
13,98 €

Jazz vocal - À paraître le 7 octobre 2016 | Blue Note Records

Hi-Res
Il est toujours bon de rappeler que Norah Jones n’est pas une vague héroïne de magazines sur papier glacé ou juste une « belle gueule ». Pas vraiment, non… Day Breaks est même une nouvelle preuve de son talent bien réel mais surtout grandissant. Mêlant compositions originales de toute beauté et reprises de goût (Horace Silver, Neil Young et Duke Ellington), le sixième album de la Newyorkaise ayant grandi au Texas réunit ses nombreuses passions. Qu’elles fussent purement jazz ou soul ; voire pop ou folk. Mais c’est tout de même son sincère et viscéral amour pour le jazz qui habite ce disque élégant qui ne cherche jamais à capter l’éphémère ère du temps. Au fil des années, son piano comme sa voix se sont clairement musclés pour alterner entre nonchalance et épure ou pugnacité et gouaille. Le saxophoniste Wayne Shorter, le bassiste John Patitucci et le batteur Brian Blade comptent parmi les complices conviés à cette grande messe raffinée et feutrée. D’une certaine manière, Day Breaks lorgne vers Come Away With Me, son premier disque de 2002 qui l’a propulsé au sommet des charts. Cette cuvée 2016 est pourtant bien plus charpentée. Mieux maitrisée. Et tout simplement plus intense. Intense comme l’est le final du disque : une impressionnante reprise de Fleurette Africaine (African Flower), chef d’œuvre d’Ellington interprété ici avec Shorter et Blade (Vicente Archer est également à la contrebasse) tout au long de laquelle Norah Jones apporte sa grâce si singulière que ses nombreux clones n’ont jamais réussi à approcher… © MZ/Qobuz