Les plus beaux CD du mois (Diapason, été 2015)

Un mois d'émotions musicales

Écoutez la play-list



"Les Indispensables de Diapason"

Mozart : Les cinq concertos pour violon - Symphonie concertante

Arthur Grumiaux, Szymon Goldberg, Johanna Martzy, Isaac Stern, Jascha Heifetz, William Primrose, Nathan Milstein
(Enregistré entre 1932 et 1963)

" Ne jamais présenter un violoniste deux fois ? Ligne directrice, mais dérogation pour Arthur Grumiaux, incomparable dans les deux premiers concertos. "  (Diapason, juillet-août 2015 / Gaëtan Naulleau)

Les autres disques chroniqués

Été 2015 (juillet-août)


Les 100 disques que tout mélomane doit connaître

 

Bartók : Concerto pour piano n° 2

Maurizio Pollini - Claudio Abbado

DG (1977)
 
D'AUTRES TRÉSORS POLLINIENS
: Schumann : Fantaisie en ut & Sonate Op.11 (DG) - Boulez : Sonate n°2 (DG) - Beethoven : Sonates Opp.54, 57, 78, 90 (DG)

Histoire

10 chefs-d'œuvre d'Alexandre Scriabine, poète de l'extase

" ... Impossible, en dix entrées, de recenser tous les miracles. Il faut répartir le magot pianistique entre quelques titans d'hier qui souvent l'éparpillent — d'où d'inévitables doublons — sans léser les générations plus proches de nous. Incomplet et subjectif, donc, mais vertigineux." (Diapason, juillet-août 2015 / Nicolas Derny)  

Intégrale de l'œuvre pour piano / Fergus-Thompson, Lisitsa, Ashkenazy, Richter.. [Decca] Sonates 3, 5, 9, Préludes Op.11, Poème de l'extase / Sofronitzki [Indispensable Diapason] Sonates 1-10, Poèmes Op.32 & 73, 4 Pièces Op.51 & 56 / Ashkenazy [Decca] – Horowitz plays Scriabin [Sony] – Intégrale des poèmes / Amoyel [La Dolce Volta] – Mazurkas Op.3, 25, 40, Etudes Op.12 n°11 & 12 / Chaplin [Evidence] – Œuvres symphoniques / Golovanov [Archipel : bientôt de retour sur Qobuz] Prométhée ou Le Poème du feu / Abbado [DVD Arthaus] – Concerto pour piano / Ashkenazy / Maazel [Decca] – Acte préalable & Préludes, Op.74 / Kondrachine [Talents Russia]

L'illustre inconnu

Ces grands compositeurs qu'on a failli oublier (par Jean-Charles Hoffelé)

Oskar Lindberg (1887-1955)

Un nom qui mérite l’attention. Associé par ses compatriotes à son lumineux Requiem — le meilleur de sa production musicale « où il avait résumé son art en une langue puissante et sobre » (J.-Ch. Hoffelé) —, le compositeur et organiste suédois Oskar Lindberg a écrit dans un style romantique riche en couleurs et en mélodies plus de 400 œuvres dont un opéra Fredlös, une grandiose symphonie, des poèmes symphoniques, des pièces pour orgue auxquelles il doit la postérité, ainsi que toute une série de partitions inspirées par la nature et enracinées dans la mélodie populaire qui justifient sa position de compositeur national.

À ÉCOUTER : Des grandes forêts / Stieg Westerberg (Sterling) - Requiem, Pièces chorales a cappella, Florez and Blanzeflor / Hans Kyhle (Sterling) - Symphonie, Rhapsodie sur des thèmes suédois, Impressions de voyage / Stieg Westerberg (Sterling)

L'air du catalogue

En 10 disques, une invitation au voyage dans le cinéma des musiciens

 

" ... À côté des "grands musiciens du cinéma", il y a le "cinéma des grands musiciens". " Certaines collaborations — Honegger et Gance, Herrmann et Hitchcock, Chostakovitch et Kozintsev, Auric et Cocteau, Rota et Fellini — s'inscrivent dans la durée. D'autres resteront uniques (Schmitt) ou n'aboutiront pas : Mel Ferrer fit réécrire par un tiers la partition de Villa-Lobos pour Green Mansions, Stravinsky vit tous ses essais hollywoodiens refusés, et Pabst renonça aux chansons de Ravel pour Don Quichotte (Chaliapine y interprète celles d'Ibert). Si la Nouvelle Vague privilégie le jazz à la fin des années 1950, Henze fait chanter Rita Streich dans Muriel de Resnais [...] En URSS, le cinéma représente un refuge pour les marginaux ; Schnittke y installe son laboratoire dans les années 1970-1980. " (Diapason, juillet-août 2015 / François Laurent)

Non disponibles en numérique : Schmitt : Salammbô (Marodon / RCA) - Weill : You and Me (Fritz Lang / DVD) - Henze : Muriel. L'Amour à mort (Resnais / Milan) - Kagel : Ludwig van (DG)

L'œuvre du mois

 

Mozart : Cosi fan tutte



Discographie comparée


Quatuor gagnant :
Faisons un rêve : Herbert von Karajan / Philharmonia Orchestra (1954 - Naxos)
Jour de fête : Karl Böhm / Wiener Philharmoniker (1960 - Discothèque idéale Diapason)
Désillusion comique : John Eliot Gardiner / English Baroque Soloists (1992 - DVD Archiv)
Tout Cosi : Charles Mackerras / Scottish Chamber Orchestra (1993 - Telarc. Indisponible sur le marché)

"Les disques de ma vie"

Eric Tanguy

..." L'un des compositeurs français d'aujourd'hui les plus joués à travers le monde évoque les prémonitions, par le disque, de ses grandes rencontres artistiques. "  (Diapason, juillet-août 2015 / Vincent Agrech)

Ses préférences :
L'art d'Ivry Gitlis : Concertos de Mendelssohn & Tchaikovski / Gitlis, Hollreiser (Brilliant Classics/Vox)
Dutilleux / Lutoslawski : Concertos pour violoncelle / Rostropovitch, Baudo, Lutoslawski (Warner/EMI)
Saariaho : La Passion de Simone / Dawn Upshaw, Esa-Pekka Salonen  (Ondine)

 

Aujourd'hui

Cheveux longs, idées Kurt

Le songwriter de Philadelphie prépare sa rentrée...

 

hier

Le Summer de JB Dunckel

Quand la moitié de Air s'attaque au 7e Art...

 

mardi

Future d'aujourd'hui

Le nouveau maître du rap d'Atlanta...

 

lundi

Selah Sue

Selah Sue est actuellement en tournée, son Zénith de Paris prévu le 24 septembre est complet ! La jeune belge de bientôt 26 ans est présente dans p...

 

Il y a 1 semaine

Dee Dee Bridgewater

La chanteuse américaine Dee Dee Bridgewater est en concert le 26 juillet au festival de Jazz d’Albertville et le 30 juillet à Narbonne au festival ...

 

Il y a deux semaines

Ibrahim Maalouf

Le trompettiste et compositeur Ibrahim Maalouf vous donne rendez-vous samedi 18 juillet au festival d’Antibes-Juan-les-Pins. Il sera le « Very Spec...