Les plus beaux CD du mois

 


Des extraits de quelques-uns des Diapason d'or du mois

 

Ecoutez la playlist

 

Les Indispensables de Diapason


Ravel : La valse, Tzigane, Boléro, les concertos pour piano

Anne Queffélec, Ernest Ansermet, Christian Ferras, Samson François, Manuel Rosenthal

Ecoutez la playlist

 

Ci-dessous, les albums dont est issue la playlist :

Les autres disques chroniqués

Rééditions


En plus de l'édition NARCISO YEPES (répertoire concertant) et du Brahms de JESSYE NORMAN (voir les Diapason d'Or), de belles gravures nous reviennent avec ISTVAN KERTESZ (Brahms, Schubert, Beethoven). De son côté, Brilliant Classics propose une nouvelle édition des Concertos romantiques pour piano, si bien complétée (vingt de plus) qu'elle ne se refuse pas. Sony, par ailleurs, a réuni les albums qui ont marqué les débuts fulgurants du pianiste ANDRÉ WATTS (qui fut le poulain de Leonard Bernstein). Quant à l'édition remasterisée des enregistrements de JASCHA HEIFETZ chez RCA, elle n'est toujours pas disponible en numérique, comme l'édition HERMANN SCHERCHEN (DG) et quelques autres qui manquent à l'appel.

Les 100 disques que tout mélomane doit connaître

L'île déserte de Patrick Szersnovicz

 

Beethoven : Quatuor à cordes n° 7

Quatuor Alban Berg

EMI (1979)

« [...] En 1979, un coffret consacré aux quatuors de la "deuxième période" de Beethoven présente le Quatuor Alban Berg au sommet. Le plus étonnant est qu'une telle maîtrise technique, une telle richesse expressive savent « ne pas manquer de pauvreté » selon la belle expression de Mozart. À cet égard, leur interprétation du Quatuor Op. 59 n° 1 "Razoumovsky" nous fascine depuis plus de trente ans. [...] J'étais jusque-là surtout sensible à l'ascèse, à la clarification des lignes du Quatuor Juilliard dans sa première intégrale. Les Berg, plus puissants, montent plus haut dans l'espace, avec un sens aigu de la force vectorielle. Ils offrent la même jouissance unitaire qui peut naître de l'écoute d'une symphonie. » (Diapason, septembre 2016 / Patrick Szersnovicz)
 
D'autres trésors : Quatuor Juilliard : Quatuor n° 7 (Sony, première intégrale, 1964. Indisponible) - Quatuor Artemis : Quatuors n° 7 & n° 11 (Virgin/Warner, 2005) - Quatuor Alban Berg : Les derniers quatuors (Warner, 1989)

À la mémoire d'un ange

Einojuhani Rautavaara (1928-2016)


« Il aimait la nature, le chant des oiseaux, les poètes, les portraits de grands hommes à l'opéra, les anges, nichés jusque dans les titres de ses partitions... Ouvert à la transcendance, il avait du style et en a expérimenté plusieurs au gré d'un parcours certes sinueux mais particulièrement séduisant. Le plus grand compositeur finlandais de son temps s'est éteint le 27 juillet à l'âge de quatre-vingt-sept ans." » (Diapason)

Trois joyaux

- Symphonie n° 7 "Ange de lumière" - Dances with the Winds - Cantus arcticus / Osmo Vänska (Bis, 1999)
- Vigilia / Chœur de chambre de la Radio finlandaise - Timo Nuoranne (Ondine, 1998)
- Raspoutine / Chœur & Orchestre de l'Opéra national de Finlande - Mikko Franck (DVD Ondine, 2005)

Tête d'affiche
Leonardo García Alarcón



« [...] Sa présence à Garnier (Eliogabalo de Cavalli, du 14 septembre au 15 octobre) coïncide avec la sortie d'un album Monteverdi auquel les sept péchés capitaux servent de fil conducteur : " À la veille de 2017, année anniversaire de sa naissance, il m'a paru intéressant de montrer l'homme de théâtre et d'église qu'était Monteverdi sous l'angle du péché, source de l'émotion humaine qu'il évoque de manière si bouleversante" dit Leonardo García Alarcón. » (Diapason, Luca Dupont-Spirio)


5 DIAPASONS :
Monteverdi : Les Sept Péchés capitaux / Cappella Mediterranea
(2016 - Alpha)

DISCOGRAPHIE DE LEONARDO GARCÍA ALARCÓN

Rencontre avec
Sir Simon Rattle


Mouvement perpétuel



« Boulez et Harnoncourt sont morts : quel autre chef s'est à ce point nourri de l'influence de l'un et de l'autre ? Pour Simon Rattle, il n'est de certitude que dans le questionnement de l'Histoire et des pratiques interprétatives. Son dernier défi : une intégrale des symphonies de Beethoven, repoussant une fois encore les limites – celles des Berliner Philharmoniker, comme celles de nos habitudes d'écoute.» (Diapason, Gaëtan Naulleau)

DIAPASON D'OR (Événement du mois) :
Beethoven : Les 9 symphonies / Philharmonique de Berlin
(2016 - Berliner Philharmoniker Recordings)

DISCOGRAPHIE DE SIMON RATTLE - Parmi ses enregistrements :

L'œuvre du mois

 

Mozart : L'enlèvement au sérail


Discographie comparée


Quatuor gagnant :
Comme on rêve : Ferenc Fricsay (1954, DG)
Dialogue musical : Karl Böhm (1973, DG)
Comédie de la vie : Istvan Kertesz (1961, Myto)
En scène : Nikolaus Harnoncourt / Ursel & K.-E. Hermann (1989, DVD DG)

L'illustre inconnu

Ces grands compositeurs qu'on a failli oublier (par Jean-Charles Hoffelé)

Maurice Duruflé (1902-1986)

«... Sorti du Conservatoire sous une averse de prix, il est assistant de Vierne à Notre-Dame — le 2 juin 1937, il le verra mourir à la tribune, assis à ses côtés [...] La mort de Vierne, après celle de Dukas, l'avait privé de maître. 1937, annus horribilis, emportait Roussel puis Ravel. Quelques mois après cette dévastation, Duruflé, qui n'avait rien écrit pour l'orchestre, livre un triptyque de danses. Recueil absolument profane, et d'une sensualité que le Daphnis de Ravel ou les tennismen de Jeux n'auraient pas reniée. [...] Le 20 juin 1940 un "bleu" tombe aux alentours de Saumur : Jehan Alain n'est plus. Sept ans plus tard, Maurice Duruflé avait devant les yeux, entièrement formé, un Requiem qui lui vaudrait une renommée mondiale. [...] Un monde en soi, dont même Michael Jackson s'appropriera un fragment » [le Pie Jesus]. (Diapason, septembre 2016 / Jean-Charles Hoffelé)
Discographie de Maurice Duruflé

 

À ÉCOUTER :
- Requiem - Pièces pour orgue / Maurice Duruflé (Erato)
- Messe "Cum Jubilo" - Motets - Trois danses, Op. 6 / Stéphane Caillat - Maurice Duruflé (Erato)
- Trois danses, Op. 6 / Jean Fournet (Denon. Indisponible)
Ces albums tels quels n'existent plus mais on en retrouve cependant les enregistrements dans les deux premiers présentés ci-dessous, excepté les Trois danses dont les versions Duruflé et Fournet n'étant plus disponibles sont ici remplacées par la version de Manuel Rosenthal chez Ina mémoire vive.

L'air du catalogue


En 10 disques, une invitation au voyage dans...

La tragédie lyrique après Lully

Ci-contre, Hercule mourant (acte V) de Dauvergne

 

« Le plus superbe monument de la magnificence de Louis XIV. » En 1761, cette formule ironique de Rousseau vise à la fois l'Opéra de Paris comme institution et le genre national par excellence qu'est la "tragédie en musique". [...] Le récitatif de Lully sert la beauté du verbe et, comme son orchestre, conçoit la musique en fonction de l'effet en scène : écouter/voir Armide le poignard  à la main devant Renaud endormi. Ce moule hérité n'empêche pas les successeurs (Colasse, Desmarets, Destouches) d'amplifier l'expressivité du langage : couleurs ou harmonies inusitées, modulations rapides, déclamation plus chantante, tessitures plus larges. Les tragédies de Campra illustrent ainsi une double évolution : vers une expression paroxystique ou dépressive des troubles de l'âme et vers une prolifération décorative du "divertissement" chanté et dansé qui ponctue chaque acte. Cette tension interne se renforce avec le surgissement d'Hippolyte & Aricie, des contextures inouïes de Rameau où l'orchestre s'émancipe : Phèdre en fureur ne parle plus comme l'Armide de Lully. [...] On remet en musique les livrets de Quinault, mais il s'agit surtout de réduire la part du merveilleux pour rapprocher l'opéra des grands classiques de la tragédie parlé. [...] Gluck reconfigure la "tragédie-opéra : réduction des actes, gommage des divertissements et de la galanterie, culte des liturgies néo-grecques, traitement du chœur comme protagoniste, violence morcelée de la déclamation. [...] » (Jean-Philippe Grosperrin)

SÉLECTION DIAPASON
- Marais : Alcyone / Marc Minkowski (1990 - Erato. Indisponible en numérique)
- Charpentier : David & Jonathas / Michel Corboz (1981 - Erato. Indisponible en numérique)
- Campra : Idoménée / William Christie (1991 - Harmonia Mundi)
- Destouches : Callirhoé / Hervé Niquet (2006 - Glossa)
- Rameau : Hippolyte & Aricie / William Christie (1996 - Erato) et
- Dardanus / Marc Minkowski (1998 - Archiv)
- Leclair : Scylla & Glaucus / John Eliot Gardiner (1986 - Erato. Indisponible en numérique)
- Gluck : Iphigénie en Aulide / John Eliot Gardiner (1990 - Erato)
- Sacchini : Renaud / Christophe Rousset (2012 - Ediciones singulares. Indisponible en numérique)
- Salieri : Les Danaïdes / Michael Ofstetter (2006 - Oehms)

Prises de son d'exception

sélectionnées par Isabelle Davy


Deux Diapason d'or (juillet 2016) :
Beethoven
: Sonates 9 "À Kreutzer", 2 & 4 / Lorenzo Gatto - Julien Libeer (Alpha)
Visée - Corbetta / Rolf Lislevand, théorbe & guitare baroque (ECM)

 

Aujourd'hui

Crystal Castles change de voix

Nouvelle chanteuse, nouvelle énergie, les papes de l'électro-punk reviennent en force !

 

hier

Les Goldberg d'Esfahani

Le talentueux claveciniste Mahan Esfahani s'attaque aux Variations Goldberg de Bach...

 

samedi

De La Soul, de la bombe

12 ans après The Grind Date, le trio de Long Island fait son grand comeback...

 

hier

Michel Butor

L’écrivain poète Michel Butor nous a quittés mercredi dernier, le 24 août, à l’âge de 89 ans, il a été une figure majeure du Nouveau Roman, mouveme...

 

Il y a 1 semaine

Valentina Lisitsa

Le 26 août c’est la sortie du nouvel album Love Story de la pianiste Valentina Lisitsa. Cet album recense les musiques de films légendaires tels qu...

 

Il y a deux semaines

Pere Ubu

Père Ubu, la légende du rock expérimental sera en concert au mois d’août, à Londres le 25 et le 27 à Nantes. Ecoutez ou téléchargez les albums de P...