Les albums

10,39 €

Pop - Paru le 28 juillet 2014 | Universal Records

19,49 €

R&B - Paru le 28 juillet 2014 | Universal Records

12,99 €

R&B - Paru le 28 juillet 2014 | Universal Records

12,99 €

R&B - Paru le 28 juillet 2014 | Universal Records

12,99 €

R&B - Paru le 28 juillet 2014 | Universal Records

17,48 €
12,99 €

Rock - Paru le 4 juillet 2014 | Universal Records

Studio Masters
6,49 €

Rock - Paru le 3 juin 2014 | Universal Records

9,09 €

R&B - Paru le 23 mai 2014 | Universal Records

12,99 €

Rap - Paru le 29 avril 2014 | Universal Records

12,99 €

Pop - Paru le 29 avril 2014 | Universal Records

12,99 €

Jazz - Paru le 17 février 2014 | Universal Records

17,48 €
12,99 €

Pop - Paru le 3 février 2014 | Universal Records

Studio Masters
17,48 €
12,99 €

Rock - Paru le 31 janvier 2014 | Universal Records

Studio Masters
12,99 €

Pop - Paru le 13 janvier 2014 | Universal Records

19,49 €

Rock - Paru le 9 décembre 2013 | Universal Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
« Personne n’a écouté l’album à l’époque. Mais la voilà, pour toujours, la quintessence du punk articulé. Et personne n’arrivera à rivaliser… » Toujours très humble Lou Reed. Très humble mais, en l’espèce, assez juste. Ces mots prononcés en août dernier, quelques semaines donc avant de passer l’arme à gauche, le co-fondateur du Velvet Underground les avait réservés pour évoquer la réédition en grande pompe du deuxième album de son groupe mythique, White Light / White Heat paru en janvier 1968. Une réédition luxueuse, dotée de bonus multiples plutôt goûtus (comme des versions inédites de Beginning To See The Light et de The Gift) et du live complet enregistré à New York, au Gymnasium, en avril 1967. Avant-gardiste, noisy, maltraitant une certaine tradition sans vouloir pourtant l’éradiquer, White Light / White Heat est évidemment le vrai et seul album conçu par Lou Reed ET John Cale, sans apport, ajout ou colorant extérieurs. Car aussi génial soit-il, le premier acte à la banane, paru un an plus tôt, portait l’empreinte d’Andy Warhol (c’est lui qui imposa Nico sur trois titres malgré les réserves du Lou). White Light / White Heat est aussi un bel instantané du bras de fer entrepris par les deux musiciens aux visions et marottes assez opposées. Lou Reed aime le blues, la soul, le rock 50’s, le doo-wop et le free-jazz, John Cale préférant pour sa part la musique contemporaine et expérimentale. On connait la suite : le Galois intello quitte le navire à la fin de l’enregistrement de ce deuxième album pour entamer sa carrière solo... Reste donc cet ovni White Light / White Heat au cœur duquel brillent notamment les 17 minutes d’orgie électrique de Sister Ray et l’humour noir de The Gift lu par Cale. A l'arrivée, six titres qui chambouleront l’histoire du rock par leur radicalité stylistique et formelle... © MZ/Qobuz