Les albums

841 albums triés par Date : du plus récent au moins récent
15,99 €
13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 novembre 2017 | Nonesuch

Hi-Res Livret
13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 novembre 2017 | Nonesuch

Livret
2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 novembre 2017 | Nonesuch

2,29 €

Pop - Paru le 15 novembre 2017 | Nonesuch

2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 10 novembre 2017 | Nonesuch

Pop - Paru le 3 novembre 2017 | Nonesuch

2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 novembre 2017 | Nonesuch

15,99 €
13,49 €

Pop - Paru le 27 octobre 2017 | Nonesuch

Hi-Res Livret
13,49 €

Pop - Paru le 27 octobre 2017 | Nonesuch

Livret
16,99 €

Rock - Paru le 13 octobre 2017 | Nonesuch

Livret
A l’approche de ses 70 ans, Robert Plant reste un animal rock’n’roll toujours aussi flamboyant. Surtout, l’ancien chanteur de Led Zeppelin n’est ni blasé, ni en manque d’inspiration. Et même si ses albums solos n’ont jamais réellement atteint le génie de ceux de son ancien groupe, Plant a toujours livré une musique intègre et sincère comme sur Raising Sand, très bel opus enregistré en 2007 avec la chanteuse de country américaine Alison Krauss, ou Lullaby And... The Ceaseless Roar de 2014 qui brassait élégamment toutes ses passions connues (le rock, le blues, la country, le folk, la musique celtique et les musiques ethniques). Entouré comme sur ce dernier par les Sensational Space Shifters, Plant reste sur le terrain d’un certain classicisme avec Carry Fire. Artiste peu adepte de la langue de bois, il expose ici son engagement sur les troubles de l’époque actuelle, sans jamais sombrer dans le militantisme bas du front. Comme pour Lullaby And... The Ceaseless Roar, les mélanges de styles – blues, folk, rock, world – sont toujours parfaitement dosés, portés par l’organe inimitable du maître des lieux. La grande classe. © MD/Qobuz
17,49 €
14,99 €

Rock - Paru le 13 octobre 2017 | Nonesuch

Hi-Res Livret
A l’approche de ses 70 ans, Robert Plant reste un animal rock’n’roll toujours aussi flamboyant. Surtout, l’ancien chanteur de Led Zeppelin n’est ni blasé, ni en manque d’inspiration. Et même si ses albums solos n’ont jamais réellement atteint le génie de ceux de son ancien groupe, Plant a toujours livré une musique intègre et sincère comme sur Raising Sand, très bel opus enregistré en 2007 avec la chanteuse de country américaine Alison Krauss, ou Lullaby And... The Ceaseless Roar de 2014 qui brassait élégamment toutes ses passions connues (le rock, le blues, la country, le folk, la musique celtique et les musiques ethniques). Entouré comme sur ce dernier par les Sensational Space Shifters, Plant reste sur le terrain d’un certain classicisme avec Carry Fire. Artiste peu adepte de la langue de bois, il expose ici son engagement sur les troubles de l’époque actuelle, sans jamais sombrer dans le militantisme bas du front. Comme pour Lullaby And... The Ceaseless Roar, les mélanges de styles – blues, folk, rock, world – sont toujours parfaitement dosés, portés par l’organe inimitable du maître des lieux. La grande classe. © MD/Qobuz
2,29 €

Pop - Paru le 6 octobre 2017 | Nonesuch

Alternatif et Indé - Paru le 29 septembre 2017 | Nonesuch

27,49 €
23,99 €

Classique - Paru le 29 septembre 2017 | Nonesuch

Hi-Res Livret
23,99 €

Classique - Paru le 29 septembre 2017 | Nonesuch

Livret
The Guardian le considère comme l’un des plus grands compositeurs vivants, tandis que selon le Los Angeles Times, l’ « œuvre scénique grotesque Theatre of the World (« Le Théâtre du monde ») est brillante et profonde, la musique d’Andriessen captivante de la première à la dernière note ; une œuvre étourdissante d’une ampleur immense et induisant pourtant une inquiétante claustrophobie ». L’album propose la création mondiale en 2016 de cette œuvre multimédia en neuf scènes ; Theatre of the World est une exploration musicale très ambitieuse du jésuite allemand Athanasius Kirchner (1601-1680) qui « fit un effort considérable pour rassembler toute la science acquise jusque là, et la relier à la théologie chrétienne », selon le programme de ladite création. On y rencontre des personnages venus de partout : le pape Innoncent XI, un bourreau, Descartes, Voltaire, Goethe, Leibnitz, des sorcières, Kirchner lui-même, une religieuse espagnole, tout ce petit monde chantant dans sa langue maternelle – une tour de Babel diabolique (ou du moins Jérôme-Boschienne). Tout aussi babélienne est la musique, qui passe du jazz au minimalisme, du baroque au dodécaphonique, de l’ensemble de chambre au grand orchestre, de Beethoven au hip-hop, des « spirituals » aux influences extra-européennes… Louis Andriessen (*1939) nous démontre là qu’en effet, il est l’un des plus fascinants compositeurs de notre temps. © SM/Qobuz

Le label

Nonesuch dans le magazine