Les albums

15,39 €
10,99 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 15 septembre 2017 | Jazz Village

Hi-Res Livret
L’esprit était jazz, l’énergie plutôt rock, le feeling assez pop et le groove définitivement imparable. En 2012 avec Nothing For Granted, Sandra Nkaké proposait un alliage qui pouvait paraître forcé ou contre-nature mais ne l’était jamais. Disque porté par la liberté d’une voix qui s’immisçait dans chaque recoin de mélodies soul savamment travaillées, il mettait surtout en exergue un chant souvent rageur, dans les mots qu’elle lâchait, dans les cambrures suaves qu’elle offrait… Cinq ans plus tard, elle change son fusil d’épaule. Avec Tangerine Moon Wishes, celle qui est née au Cameroun et a grandi entre Paris et Yaoundé chante son déracinement de femme, noire, citoyenne qui aspire à la paix individuelle et collective. On entend dans son écriture et son choix de mots un équilibre parfait entre des chansons arty et l’énergie vocale qu’on lui connait, de l’intime à l’universel. Sandra Nkaké semble avoir trouvé ici un nouveau chemin dans un territoire musical vierge, qui n’appartient qu’à elle. Un vrai voyage chamanique et introspectif qui ne ressemble à aucun autre. © CM/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Jazz - Paru le 9 juin 2017 | Jazz Village

Hi-Res
Ses albums Blue Moon et Saturday Morning avaient non seulement rappelé qu’Ahmad Jamal était un immense pianiste mais surtout qu’à 85 ans passés son inspiration était loin d’être au point mort. Avec son indéboulonnable rythmique toujours aussi magnétique (le batteur Herlin Riley, le bassiste James Cammack et le percussionniste Manolo Badrena), le pianiste de Pittsburgh rend cette fois hommage à Marseille. Mer multicolore et port tourné vers l'Afrique, tous les symboles d’ouverture sont là pour nourrir son jazz. Ville vivante pour musique vivante, la Cité phocéenne est ici célébrée comme dans une déclaration n’esquivant aucun recoin de la relation amoureuse. Groove percussif puis gospel habité, ballade nonchalante, thème sinueux, Ahmad Jamal semble arpenter des ruelles aux contours divers, aux teintes variées et aux odeurs plurielles… Dans cet esprit kaléidoscopique, le thème qui donne son titre au disque est décliné trois fois : en version instrumentale puis dans un slam/rap (en français) balancé par Abd Al Malik et enfin dans une version de velours (in English) portée par la voix suave de Mina Agossi. Encore plus renversante, la relecture des Feuilles mortes de Joseph Kosma (Autumn Leaves), un thème qu’il a enregistré plusieurs fois par le passé (notamment avec Ray Crawford et Israel Crosby au début des années 50 sur son album The Ahmad Jamal Trio chez Epic). Jamal et ses gardes du corps réussissent ici à vivifier ce standard enregistré des milliers de fois, jouant comme personne sur l’espace et la dynamique. Un nouveau tour de magie à mettre au crédit de ce musicien de génie. © MD/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Jazz - Paru le 19 mai 2017 | Jazz Village

Hi-Res Livret
Pas facile d’exister lorsqu’en 2017 on est un jeune pianiste de jazz, vraie-fausse catégorie souvent blindée en singes savants et autres enfants prodiges dont on tente d’extraire les perles, les voix singulières ou tout simplement originales. Amaury Faye a tout le potentiel pour être l’une d’elle. Une perle qui brille de mille feux à la tête du trio que le jeune Toulousain a monté avec le contrebassiste Louis Navarro et le batteur Théo Lanau. Membre du collectif Initiative H, il déroule ici une ligne claire de toute beauté. Associant compositions originales et standards réarrangés où se mêlent improvisation et écriture, lyrisme et rythmes entrainants, virtuosité et finesse, ces trois musiciens éclectiques et ouverts aiment mettre l’héritage des anciens au service de l’avenir. L’idée n’est certes pas neuve mais a le mérite d’être brillement développé tout au long de ce Clearway. Disciple de la grande (mais sous-estimée) pianiste Joanne Brackeen, Amaury Faye a beau marcher sur les brisées de Brad Mehldau, il offre ici un style déjà solide et chatoyant, laissant entrevoir une progression et une affirmation à court terme. Une vraie révélation. © CM/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Jazz - Paru le 14 avril 2017 | Jazz Village

Hi-Res Livret
« Ce titre, Let’s Just Bash!, c’est mon onomatopée pour dire : show love ! Ce n’est pas une injonction, juste une suggestion. » Jowee Omicil a ainsi baptisé son disque, en référence aux bashparties, grosses fiestas outre-Atlantique. Né à Montréal en 1977, ce souffleur et poly-instrumentiste d’origine haïtienne ne ressemble à personne. Dans sa musique, ses racines créoles se mêlent au gospel, à la soul, à la culture hip hop et aux folklores du monde, sans oublier des clins d’œil à ses maîtres, de Charlie Parker à Wayne Shorter en passant par Ornette Coleman et quelques dizaines d’autres… Un ample kaléidoscope qui se ressent à l’écoute de cet album métissé. Durant les sessions, ce sont quatorze musiciens qui défilent au célèbre studio La Buissonne ! Tous là autour du saxophoniste qui invite l’auditeur à un voyage spirituel, où l’on croise en chemin La Bohème de Charles Aznavour transfigurée et l’esprit du Cap-Verdien Luis Morais, l’âme de New Orleans et un hommage masqué à Tinariwen, un titre en clin d’œil à Jay-Z, d’autres plus proches de la musique indienne… Bref, un superbe voyage multidirectionnel. © CM/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Jazz - Paru le 7 avril 2017 | Jazz Village

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
L’Azerbaïdjan n’est pas la terre jazz la plus réputée. Mais depuis l’arrivée de Shahin Novrasli, ce pays du Caucase se conjugue à merveille à la note bleue. Pianiste et compositeur qui jouait à seulement 18 ans le Concerto n°2 de Rachmaninov, ce virtuose qui fut révélé au disque en 2014 grâce à (feu) le label Bee Jazz avec l’album Bayati (avec Nathan Peck et Ari Hoenig) mélange son éducation classique au jazz et surtout au mugham, genre traditionnel et savant de la musique azérie qui laisse une place prépondérante à l’improvisation. Une façon bien à lui de tendre des ponts entre Orient et Occident. Surtout, Novrasli a été adoubé par un certain Ahmad Jamal, comme un signe divin pour n’importe quel pianiste de jazz… Avec Emanation qui parait l’année de ses 40 ans sur le label Jazz Village, Shahin Novrasli franchit un nouveau cap dans la maîtrise de son art et de sa fascinante sémantique. Un album qu’il a réalisé avec James Cammack, éternel complice de Jamal, à la basse, l’incontournable André Ceccarelli à la batterie, le Géorgien Erekle Koiva aux percussions et, invité sur deux titres, Didier Lockwood au violon. Désormais installé à New York, le pianiste de Bakou poursuit son corps à corps entre jazz et tradition azérie avec ce disque enregistré à Paris et qu’il a produit avec l’aide d’Ahmad Jamal. « L’avoir rencontré est l’évènement le plus important qui me soit arrivé, n’hésite-t-il pas à dire. C’est l’un de mes héros et jamais je n’aurai pu imaginer qu’il s’intéresse à mon travail et à ma musique, et que l’on puisse un jour se rencontrer et discuter ensemble, en parlant aussi bien de musique, que de philosophie, de spiritualité, et de tant d’autres choses. Ahmad est un homme d’une grande sagesse qui a une formidable expérience et je dois dire que j’ai suivi à la lettre toutes ses idées et toutes ses suggestions. » L’esprit de la musique d’Ahmad Jamal est logiquement à portée de main sur ce superbe Emanation. Comme celle de Keith Jarrett, autre influence de Novrasli. Mais c’est l’originalité de la démarche de ce vrai prodige qui rend ce disque à part. © MD/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Pop - Paru le 25 novembre 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
15,39 €
10,99 €

Jazz vocal - Paru le 14 octobre 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
Macha Gharibian a toujours brassé des musiques venues d’horizons divers. Mais ce que la pianiste et chanteuse d’origine arménienne mélange avec un raffinement divin n’est jamais une indigeste mille-feuille jazz’n’world convenu ou cliché… Le jazz et les musiques improvisées comme colonne vertébrale, le folklore arménien en filigrane, l’approche presque pop de certaines mélodies, les sonorités parfois orientalisantes, les incantations vocales graves et déchirées, tout s’assemble chez elle avec belle aisance. Son éducation au piano classique comme ses études aux côtés de Ravi Coltrane, Craig Taborn, Jason Moran et Andy Milne ont donné naissance à un jazz nomade, instrumental ou chanté. Un chant troublant et beau, dans la mélancolie duquel il fait bon s’abandonner. Peu d’albums ressemblent à cet apatride et beau Trans Extended sur lequel on entend aussi bien du Fender Rhodes et du Wurlitzer que du trombone ou du kaval. © MZ
15,39 €
10,99 €

Musiques du monde - Paru le 23 septembre 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
16,79 €
11,99 €

Jazz - Paru le 9 septembre 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
Dans la musique afro-américaine, Harlem fait office de terre sacrée. Durant l’âge d’or du quartier au Nord de New York City, les plus grands musiciens de couleur s’y regroupaient pour donner vie au blues, au jazz ou encore, de manière différente, au gospel. La chanteuse Catherine Russell a décidé, pour son sixième album, de rendre hommage à cet Eldorado. Principalement composé par Andy Farber, l’ensemble tourne évidemment autour du swing. Sans surprise, les artistes sont allés puiser dans les racines de la musique noire américaine pour leurs créations.  Le timbre de voix de Catherine Russel est délicat, doux et soyeux. La diva est capable de porter ses cordes vocales là où elle le souhaite et elle enchante à chaque mot. La musique de Harlem On My Mind demeure positive malgré ses inspirations blues et la chanteuse sait faire monter la température en même temps que le tempo lorsqu’elle le souhaite (Swing Brothers, Swing!). Sur tout l’album, les cuivres entourent Catherine Russell de leurs bras chauds alors que le piano dicte inlassablement la mélodie. Harlem On My Mind est un hommage réussi à une période faste de la musique américaine qui rendrait fier ses aînés. © AR/Qobuz
16,79 €
11,99 €

Jazz - Paru le 9 septembre 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
Dans la musique afro-américaine, Harlem fait office de terre sacrée. Durant l’âge d’or du quartier au Nord de New York City, les plus grands musiciens de couleur s’y regroupaient pour donner vie au blues, au jazz ou encore, de manière différente, au gospel. La chanteuse Catherine Russell a décidé, pour son sixième album, de rendre hommage à cet Eldorado. Principalement composé par Andy Farber, l’ensemble tourne évidemment autour du swing. Sans surprise, les artistes sont allés puiser dans les racines de la musique noire américaine pour leurs créations.  Le timbre de voix de Catherine Russel est délicat, doux et soyeux. La diva est capable de porter ses cordes vocales là où elle le souhaite et elle enchante à chaque mot. La musique de Harlem On My Mind demeure positive malgré ses inspirations blues et la chanteuse sait faire monter la température en même temps que le tempo lorsqu’elle le souhaite (Swing Brothers, Swing!). Sur tout l’album, les cuivres entourent Catherine Russell de leurs bras chauds alors que le piano dicte inlassablement la mélodie. Harlem On My Mind est un hommage réussi à une période faste de la musique américaine qui rendrait fier ses aînés. © AR/Qobuz
12,31 €
8,79 €
MM3

Jazz - Paru le 26 août 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
Metá Metá est une chose unique, le genre de groupe qui naît de parents totalement opposés. Pourtant, cet enfant génial parvient à faire cohabiter les univers jazz, post-punk, rock et brésiliens dans un seul et unique ensemble… MM3 est une terre de chaos, un liquide abrasif (Angoulême…) où se mélangent guitare électrique, saxophone et voix légère. Qui d’autre que le pays auriverde pour permettre cette fusion d’origines ? Juçara Marçal, Kiko Dinucci et Thiago França sont tous issus de la scène musicale indépendante paulistana. Ce troisième album est sombre, torturé. Il est le reflet d’une situation instable au Brésil, où la corruption se mêle aux turbulences politiques. Les arrangements des différentes chansons sont si complexes qu’ils sont parfois difficiles à déchiffrer mais il est indéniable que le rythme est enivrant. Le son cuivré accompagne à merveille la voix de la chanteuse alors que les riffs de guitares sont dopés aux syncopes brésiliennes. MM3 est un ovni, un album qui sort du commun des mortels et dont le free-jazz a dix ans d’avance. © AR/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Jazz vocal - Paru le 10 juin 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
Comme son titre le laisse présager sans surprise, Brel est un hommage au Grand Jacques. Une belle célébration sur laquelle le flamboyant David Linx et le Brussels Jazz Orchestra revisitent ces chansons devenues mythiques. On y découvre plusieurs Brel.Le créateur d'un répertoire assez universel et intemporel bien sûr, mais aussi l'auteur qui a su fouiller le tréfonds de l'âme. Et enfin, le Brel compositeur dont la musique swingue et groove grâce à l’un des meilleurs grands orchestres jazz du moment. © CM/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Blues - Paru le 27 mai 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
Comme elle l’avait fait pour son excellent premier album, Leyla McCalla mélange toutes ses influences culturelles au sein de sa musique. New Yorkaise de naissance, la multi-instrumentaliste d’origines haïtiennes a choisi comme attache le port de la Nouvelle-Orléans. C’est pourquoi A Day For The Hunter, A Day For The Prey rappelle les grandes heures de la ville de Louisiane. On y entend des influences jazz et ragtime, du blues et du folk évidemment, que l’accordéon et le violon viennent sublimer. Leyla McCalla peut d’ailleurs se permettre de chanter en anglais, mais aussi en français et créole lorsqu’elle le souhaite. Le résultat est réussi, assez classique, mais d’une grande qualité. Inspiré par les drames de l’immigration haïtienne (boat-people etc…) aux Etats-Unis, A Day For The Hunter, A Day For The Prey est un voyage au cœur d’une Amérique sudiste à l’accent tropical. © AR/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Jazz - Paru le 13 mai 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
Malgré une guerre pillant et épuisant la Syrie, terre de l’orientalisme, rien ne pourra enlever la culture musicale de ce pays. Basel Rajouf, né à Damas, est à l’origine du project Soriana (Soriana voulant dire « notre Syrie ») qui a enregistré The Queen Of Turquoise. Utilisant des motifs de jazz mais aussi et surtout orientaux, Basel Rajoub fait honneur à ses origines et à sa formation à l’école de musique de Damas. Trompettiste de formation, Basel Rajoub se dirige vers le saxophone suite à un problème de santé labial. The Queen Of Turquoise est un voyage tout en douceur en terre orientale, dans un mélange de jazz psychédélique et de folklore syrien. © AR/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Pop - Paru le 15 avril 2016 | Jazz Village

Hi-Res Livret
La chanteuse du groupe Moriarty était présente sur les planches de différents théâtres pour le spectacle A Queen Of Hearts. Aujourd’hui publié sous forme d’album, il regroupe l’ensemble des titres joués sur scène par la Franco-américaine. Mélangeant baroque, jazz, blues ou encore chanson française, le répertoire de Rosemary Standley est complet et varié. Des Beatles à Bashung, jusqu’aux classiques d’époque, elle revisite les musiques de sa voix chaude et enveloppante en s’inspirant des figures féminines des années 30, tout en leur rendant hommage. A l’aise dans toutes les situations, la diva nous transporte avec A Queen Of Hearts. © RB/Qobuz

Le label

Jazz Village dans le magazine