Les albums

14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 20 octobre 2017 | Jazz Village

Hi-Res
Depuis From There To Here, son premier disque en tant que leader paru en 1998, Kyle Eastwood a eu le temps de se faire un n… euh un prénom. Emmené par son illustre père au concert de jazz dès le plus jeune âge, le contrebassiste américain connait ses classiques (hard bop forever !) et a su se les approprier pour créer son propre langage musical. Enregistré en avril 2017 au Studio Sextant La Fonderie à Malakoff par l’ingénieur du son Vincent Mahey, In Transit s’inscrit dans la continuité de son art. Avec de vrais complices (le pianiste Andrew McCormack et le trompettiste Quentin Collins sont de la partie depuis près d’une douzaine d’années tandis que le saxophoniste Brandon Allen, dans l’aventure du quintet depuis Timepieces, donne l’impression d’y être engagé depuis toujours), Eastwood signe ici un disque d’une grande maturité sous sa simplicité apparente. Reprises de standards (Blues In Hoss’ Flat de Count Basie, Boogie Stop Shuffle de Charles Mingus), de pièces moins convenues (We See de Monk) et compositions originales, le contrebassiste joue ici la carte d’une musique à la fois personnelle et anonyme, actuelle et intemporelle, spontanée dans son expression et en phase avec un certain héritage jazz. Invité sur quatre morceaux (dont le très beau Love Theme du film Cinema Paradiso composé par Ennio Morricone), le grand saxophoniste italien Stefano Di Battista enrichit la pâte sonore de la formation du lyrisme incandescent de son style généreux fondé sur un engagement physique et émotionnel total. Une façon pour Kyle Eastwood de prouver aux sceptiques que jongler avec un tel patrimoine jazz et des compositions originales peut accoucher, toujours et encore, d’une musique bien vivante. Finalement, avec ce disque d’une rare élégance, on comprend que c’est le jazz lui-même qui est en transit. Et ad vitam aeternam… © CM/Qobuz
11,99 €
7,99 €

Soul - Paru le 9 octobre 2017 | Jazz Village

Hi-Res
Lorsqu’on prononce le mot Hammond B-3, un nom, un seul, vient à l’esprit : Jimmy Smith ! C’est à ce maître de cet orgue dont la sonorité chaude renvoie aux chants du gospel et aux hymnes de la soul music que Lucky Peterson rend ici hommage, entouré de partenaires virtuoses parmi lesquels Kelyn Crapp, jeune guitariste prodige de San Francisco. Tout au long de l’album, Peterson se révèle le dépositaire d'une longue histoire musicale ancrée dans le blues mais très ouverte. On y trouve la pulsation du jazz évidemment, le groove du rhythm’n’blues mais aussi l’énergie du rock’n’roll. Côté répertoire, les classiques de Smith (The Sermon, The Champ) fricotent avec d’autres pépites jazz’n’blues. Surtout, dès les premières mesures de Night Train de Jimmy Forrest (avec en invité le trompettiste français Nicolas Folmer), on réalise que le groove s’envole en moins de deux et que le B-3 de Lucky Peterson s’embrase à vitesse grand V. Impossible de ne pas battre la mesure du pied tout au long de cette heure d’un hommage réussi. © CM/Qobuz
0,99 €

Soul - Paru le 6 octobre 2017 | Jazz Village

0,99 €

Jazz - Paru le 29 septembre 2017 | Jazz Village

0,99 €

Soul - Paru le 16 septembre 2017 | Jazz Village

0,99 €

Jazz - Paru le 25 août 2017 | Jazz Village

0,99 €

Blues - Paru le 14 juillet 2017 | Jazz Village