Les albums

291 albums triés par Date : du plus récent au moins récent
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 6 octobre 2017 | Glossa

Hi-Res Livret
Filippo Mineccia et Raffaele Pe – deux des contre-ténors actuels les plus éblouissants – se rencontrent dans A due alti pour nous proposer un récital enivrant de duettos baroques. L’écoute du disque nous révèle, entre autres, que Handel n’était pas le seul à composer des chefs-d’œuvre pour ce genre qui contenait tout le baroque, ses drames et ses charmes, dans l’intimité d’une miniature. La qualité de ces merveilles se reflète dans l’intérêt croissant du marché discographique (et du public !) pour les autres compositeurs présents dans cet album : Steffani, Bononcini, Caresana et Marcello. L’engouement, à partir de 1680, des cercles aristocratiques pour ces duettos était tel que même les princesses voulant augmenter leur brillance en commandaient ! L’enthousiasme était à son comble surtout en Italie et dans les territoires allemands, où des compositeurs d’opéra comme les rivaux londoniens, Handel et Bononcini, succombèrent à ce genre avec la même passion que certains virulents détracteurs de l’opéra, Benedetto Marcello entre autres. Quelqu’en soit le compositeur, il y réconciliait la sensualité méditerranéenne des lignes vocales avec le goût pour le contrepoint propre à l’Europe du Nord. Avec les voix de Pe et Mineccia, se mêlant ou s’opposant selon les nécessités dramatiques des œuvres, Claudo Cavina imprègne ces musiques de sa sensibilité innée puis façonnée par une expérience exceptionnelle au sein et à la tête de La Venexiana. Stefano Russomanno s’immerge dans l’histoire du duetto vocal et nous offre un essai fascinant pour le livret qui accompagne le chant onctueux des deux contre-ténors. © Glossa
29,99 €
19,99 €

Classique - Paru le 6 octobre 2017 | Glossa

Hi-Res Livret
29,99 €
19,99 €

Opéra - Paru le 1 septembre 2017 | Glossa

Hi-Res Livret
Sébastien d’Hérin et son ensemble Les Nouveaux Caractères ont souhaité redonner à The Fairy Queen, ce magistral semi-opéra (un genre bien anglais, assez proche de la comédie-ballet française d’alors) de 1692, toute sa variété et son exubérance, son impériale stature aussi, qui devaient alors régner. Car la luxuriance, l’opulence, la générosité, voilà bien tout le génie de Purcell. Dans ces conditions, on peut bien évidemment qualifier cet enregistrement de « baroque », dans le sens premier du mot : irrégulier, inattendu, mais c’est précisément ce lot de surprises et de couleurs que revendique haut et fort d’Hérin. Les instruments d’époque idoines, les cordes en boyaux, deux clavecins et un orgue, quelques hautbois champêtres, un basson, deux trompettes et un serpent, un cornet à bouquin, une viole de gambe, un théorbe, une harpe aussi, de nombreuses flûtes, tous ces instruments sont tenus, comme « à l’époque » – par des instrumentistes polyvalents... On entendra bon nombre de percussions, plus ou moins improvisées – encore une fois, comme c’était alors l’usage – puisque la partition initiale reste assez muette sur bien des détails instrumentaux et que l’on sait qu’il était de mise de faire jouer les instrumentistes disponibles à l’instant. Quoi qu’il en soit, cette lecture des Nouveaux Caractères fait la part belle à la spontanéité, à la vivacité, à la (bonne) surprise autant du côté instrumental que du côté des voix, et la pièce de Shakespeare qui sert vaguement d’argument – Le Songe d’une nuit d’été, même si Purcell n’a pas repris un mot de la pièce en question – s’en trouve génialement illustrée. © SM/Qobuz
29,99 €
19,99 €

Opéra - Paru le 1 septembre 2017 | Glossa

Hi-Res Livret
Aucun opéra de Haendel n’est aussi énigmatique que Silla. Ce quatrième opéra londonien fut composé en 1713 ; et là s’arrête toute certitude sur le sujet ! L’autographe et les partitions manuscrites sont incomplets et nous n’avons pas d’information sur une quelconque représentation contemporaine. Les premiers spécialistes de Haendel tentèrent de trouver une explication et partagèrent finalement l’avis que Silla avait été écrit pour une représentation privée chez le comte de Burlington qui était alors le mécène du compositeur. Puis, en 1969, la découverte d’un glossaire de juin 1713 établit la date possible d’une première représentation. L’inclusion d’une extravagante dédicace au duc D’Aumont, ambassadeur de France récemment nommé, suggère la possibilité d’une représentation organisée par ou pour le duc. Ce qui pourrait expliquer non seulement l’absence d’une traduction anglaise dans le glossaire, fait unique s’agissant des opéras londoniens de Haendel, mais encore la brièveté relative de l’œuvre. Mais certains problèmes demeurent non résolus. D’Aumont étant une personnalité de la vie londonienne, il semble très peu probable qu’une telle initiative ait pu être ignorée par la presse de Londres ou oubliée par D’Aumont dans ses propres écrits. Silla a-t-il été joué en 1713 ? Le verdict ne doit pas encore être rendu. D’autres questions se posent quand il s’agit de l’opéra proprement dit, en particulier sur le choix du sujet. C’est en effet l’un des rares opéras historiques de Haendel concerné par la fin de la vie de Lucius Cornelius Sulla relatée par Plutarque : s’étant emparé de Rome, ce consul devenu despote absolu assassina ses adversaires avant une retraite aussi soudaine qu’invraisemblable dans sa villa de campagne pour se dédier à ses loisirs. Il est difficile d’imaginer que cette trame puisse convenir à un opéra probablement pensé comme une pièce d’occasion commémorative d’un événement quelconque : les spécialistes se sont démenés pour trouver des réponses et certains tentèrent de découvrir un contexte allégorique. Outre le thème, la qualité et le sens du livret ont aussi fait l’objet de critiques virulentes. Elle s’inspire significativement des cantates italiennes de la jeunesse du compositeur et il est intéressant de souligner que, du point de vue du style, la musique remonte dans une certaine mesure à son opéra historique antérieur, Agrippina. Bien que les absurdités du livret en fassent un candidat peu susceptible de recouvrer une place dans le grand répertoire lyrique, Silla contient suffisamment de beautés musicales. Rappelons aussi qu’Haendel tenait son ouvrage en estime suffisante pour en recycler une part considérable dans son opéra suivant, Amadigi di Gaula. © SM/Qobuz
19,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2017 | Glossa

Livret
Avec son nouvel enregistrement dédié aux Fantaisies de Telemann, Paolo Pandolfo continue d’explorer des voies rarement fréquentées par la viole de gambe. Après Kind of Satie, Pandolfo démontre une fois encore sa versatilité – que ce soit dans le cadre du répertoire traditionnel où au-delà. Ici, Pandolfo se plonge dans l’oeuvre innombrable de Georg Philipp Telemann, un compositeur uni par une telle affinité avec la diversité musicale du temps qu’il fut capable d’écrire pour des instruments qu’il ne maîtrisait pas. Comme dans le cas des divers recueils de Fantaisies pour instrument seul qu’il adaptait à la demande du marché d’amateurs florissant à Hambourg. L’une de ces séries de 12 Fantaisies sans accompagnement – pour la viole de gambe – composée vers 1735, que l’on croyait perdue, a été retrouvée très récemment. C’est donc une magnifique occasion pour les gambistes contemporains d’explorer et de revivifier ces oeuvres écrites pour un instrument qui, dans les années 30 du XVIIIe siècle, commençait à décliner. Structurées selon les trois mouvements traditionnels, ces Fantaisies abondent en langages variés, depuis l’écriture contrapontique et les références au style galant jusqu’aux différents reflets des influences françaises et italiennes. Paolo Pandolfo, qui signe un texte incisif dans le livret, a aussi inclus la Sonate en ré majeur (1728) provenant de Der getreue Music-Meister, qui était la seule oeuvre connue de Telemann pour la viole de gambe seule, tandis que le musicologue Peter Wollny aborde, dans son essai, le développement compositionnel de Telemann. © Glossa
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 21 juillet 2017 | Glossa

19,99 €

Classique - Paru le 7 juillet 2017 | Glossa

19,99 €

Classique - Paru le 7 juillet 2017 | Glossa

9,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 juillet 2017 | Glossa

9,99 €

Classique - Paru le 7 juillet 2017 | Glossa

14,99 €
9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 2 juin 2017 | Glossa

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 2 juin 2017 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
21,99 €
14,99 €

Classique - Paru le 2 juin 2017 | Glossa

Hi-Res Livret
C’est plutôt pour ses 91 quatuors à cordes, ses 110 quintettes avec deux violoncelles, ses 12 quintettes avec deux altos, 3 quintettes avec contrebasse et 6 sextuors à cordes dont la composition s'étend de 1771 à 1795 que Boccherini s’est taillé une place dans la postérité. Mais le musicien a aussi expérimenté d'autres combinaisons, dont douze quintettes avec piano et rien moins que 42 trios à cordes. Ce sont ces trios, fort délaissés par les musiciens et les mélomanes de nos jours, que s’est penché l’ensemble La Retirata – qui joue sur instruments et selon les modes d’exécution d’époque –, en l’occurrence deux de l’Op. 35 écrits en 1781 et publiés l’année suivante. A cette époque, Boccherini était compositeur en titre de l’infant Luis de Borbón qu’il avait suivi dans une demi-retraite à quelque vingt-cinq lieues de Madrid (l’infant avait eu une liaison avec une demoiselle de la basse noblesse, inadmissible pour la cour espagnole) ; il le resterait jusqu’en 1785 lorsque, coup sur coup, moururent l’épouse du compositeur puis l’infant, ce après quoi il s’en retourna à Madrid. La maturité de ces œuvres témoigne du grand art instrumental développé par Boccherini depuis des décennies, son inépuisable inspiration mélodique, son audace harmonique certaine et l’indicible charme de son inclassable langage. On remarquera que le violoncelle, loin de se cantonner à la seule basse, se voit souvent confier des parties quasi-concertantes aux côtés desquelles les deux violons font office d’accompagnement, un génial tour de force d’écriture qui témoigne, bien sûr, que le compositeur fut l’un des plus fameux violoncellistes de son temps. L’ensemble La Retirata, plutôt que de se limiter aux éditions habituelles (trop souvent chargées d’erreurs, d’approximations et d’ajouts d’éditeurs tout à fait hors de propos), a préféré se reposer sur les manuscrits les plus anciens disponibles, une excellente initiative. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 5 mai 2017 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 5 mai 2017 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice

Les Collections

Le label

Glossa dans le magazine
  • Hervé Niquet, une rencontre-podcast
    Hervé Niquet, une rencontre-podcast Le chef Hervé Niquet raconte l’histoire de la sublime Messe à 40 et 60 voix d’Alessandro Striggio, sommet de sophistication datant du XVIe, qu’il vient d’enregistrer avec le Concert Spirituel chez ...
  • Niquet et le mythe Striggio
    Niquet et le mythe Striggio Quand le Concert Spirituel d'Hervé Niquet s'attaque à la fameuse Missa sopra Ecco si beato giorno à 40 et 60 voix d'Alessandro Striggio...