Les albums

862 albums triés par Date: du plus récent au moins récent
20,00 €
13,99 €

Jazz - À paraître le 4 septembre 2015 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Qobuzissime
Pour sa première publication sur le label ECM, Tigran Hamasyan signe un album unique et plutôt éloigné des sentiers sur lesquels on le croisait jusqu’ici. Avec Luys i Luso (Lumière de la Lumière), le prodige de 27 ans s'engage dans une exploration extra-ordinaire de la musique religieuse arménienne. Il a sélectionné des hymnes et des sharakans (chants liturgiques de l’Arménie) les arrangeant pour voix et piano. Des musiques nées entre le Ve et le XIXe siècle et qui trouvent ici une expression nouvelle et dramatique grâce à la force d’imagination et d’improvisation de celui qui ébranle la jazzosphère depuis plusieurs années, ainsi qu’à l’interprétation engagée du Yerevan State Chamber Choir, le principal chœur en Arménie. Produit par Manfred Eicher d’ECM, Luys i Luso a été enregistré à Yerevan en octobre 2014, et paraît en 2015, année commémorant les cent ans du génocide arménien. C’est évidemment une nouvelle pièce singulière et majeure dans le vaste puzzle Tigran Hamasyan, jazzman pluriel capable de revisiter un standard de Thelonious Monk ou une chanson de Led Zeppelin ! Et par-delà le devoir de mémoire que constitue Luys i Luso pour le jeune pianiste, cet album est une collection fascinante et brillamment pensée qui aborde ce répertoire avec une grande originalité. Un grand Qobuzissime ! © MD/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 28 août 2015 | ECM

Hi-Res Livret
C’est à l’Arte Suono Studio d’Udine qu’Enrico Rava a embarqué les jeunes complices de son quartet (le guitariste romain Francesco Diodati, le contrebassiste toscan Gabriele Evangelista et le batteur romain Enrico Morello) pour enregistrer cette sublime session. Un intense moment de création auquel il a convié son compatriote tromboniste Gianluca Petrella qui participait à son ancien quintet, notamment sur des disques comme Tribe (2011), The Words & The Days (2007) et Easy Living (2003). Produit par Manfred Eicher alias Monsieur ECM, cette Wild Dance propose une belle palette d’ambiances, de la balade automnale au post-bop furieux. Mais c’est une fois de plus le jeu de Rava, son son unique et si personnel et ses improvisations toujours épatantes, qui raflent la mise. Wild Dance est aussi divin dans les conversations qu’entreprennent les deux souffleurs, l’entente Rava / Petrella touchant souvent au sublime. © MD/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 28 août 2015 | ECM

Hi-Res Livret
La dernière fois que Dominique Pifarély avait fait résonner son violon sur un disque de chez ECM, il s’agissait du superbe Re: Pasolini de Stefano Battaglia enregistré en 2005. Cette fois, dix ans plus tard, celui qui co-pilotait un quartet avec Louis Sclavis durant les années 90 et un duo avec François Couturier est ici seul. Empruntant son titre à un poème de TS Eliot, Time Before And Time After est en fait un opus de violon solo entièrement dédié à la poésie et aux poètes, qu’il s’agisse de Mahmoud Darwish, Fernando Pessoa, André du Bouchet, Henri Michaux, Paul Celan, Juan Gelman ou bien encore Bernard Noël. Une impressionnante somme d’improvisations pures données en live à Poitiers et à Argenteuil. Comme il le dit lui-même, « le geste improvisé est un geste purement poétique. Il n’a besoin que de sons, et du long travail de creusement et d’accroissement de sa langue qui, en solo, conduira le musicien là où il peut indiquer le plus intimement, le plus exactement, où il tente d’aller. Une intention dans chaque son, pourquoi insister sur celui-ci, développer cet autre, passer vite sur celui-là et, au-delà des mémoires de formes qui ressurgissent, c’est peut-être un temps, une possibilité de regard poétique sur le monde qui se fait jour chez l’auditeur, plus actif que jamais. Essentiel est le rapport à l’instrument. C’est ce rapport seul qui est en mesure de conduire le discours, d’extraire de soi ces « mémoires accumulées », de faire surgir, de temps en temps, le non-encore advenu, c’est ce lien seul qui met la pensée en marche, pointe l’émotion qui vient. Le rapport au pinceau, au stylo, au clavier à présent, est-il différent — hors l’impossibilité de retoucher l’improvisation ? Mettre à jour ce qui reste souvent secret d’un travail humble et rigoureux, de quelque manière qu’on le mène : un peu l’atelier du musicien. » Des propos pour bien comprendre ici la démarche de Pifarély dont l’album se termine tout de même par un standard de jazz, le mythique My Foolish Heart de Victor Young. Un disque exigeant mais captivant. © MD/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 28 août 2015 | ECM

Hi-Res Livret
Qu’ils se nomment Paul Bley, Keith Jarrett ou Bill Evans, ceux qui ont influencé Stefano Battaglia ne l’ont jamais empêché de grandir (musicalement) et de s’imposer (stylistiquement). Ni même de proposer des projets bien à lui. Comme ce sixième album pour le label ECM que le pianiste milanais a conçu autour d’œuvres signées Alec Wilder, grand compositeur américain de chansons populaires (Frank Sinatra, Peggy Lee et Tony Bennett en interprétèrent certaines) mais aussi auteur d’œuvres de concert. « J’ai été mis en contact avec la musique de Wilder au début des années 90 lorsque je jouais sa Sonate pour hautbois et piano et sa Sonate pour trompette et piano. Je connaissais certes déjà certaines de ses chansons comme While We’re Young, Blackberry Winter et Moon And Sand à travers les versions intenses que Keith Jarrett avait enregistrées. Mais après avoir travaillé sur la musique de chambre de Wilder, j’ai voulu développer une connexion plus profonde avec son intrigant univers musical et découvrir un immense trésor caché. » Avec le contrebassiste Salvatore Maiore et le batteur Roberto Dani, Battaglia offre ici un dense panorama de cet univers beau et singulier, surtout lorsqu’il se retrouve dans le contexte d’un trio jazz aux velléités contemporaines et improvisatrices. Enregistré en live en avril 2014 au Teatro Vittoria de Turin, In The Morning se concentre, en sept titres, sur l’aspect mélodique de la musique de Wilder avec laquelle le Milanais s’identifie totalement. Une démarche que l’on suit les yeux fermés et les oreilles bien ouvertes. Magique. © MD/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 28 août 2015 | ECM

Hi-Res Livret
13,99 €

Jazz - Paru le 26 juin 2015 | ECM

20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 26 juin 2015 | ECM

Hi-Res Livret
17,48 €
12,99 €

Jazz contemporain - Paru le 22 mai 2015 | ECM

Hi-Res Livret
Dès son premier album paru en 2013 chez ECM, Third Reel a imposé une véritable identité musicale. Soudé comme jamais, le trio italo-suisse composé du saxophoniste et clarinettiste Nicolas Masson, du guitariste Roberto Pianca et du batteur mais aussi pianiste Emanuele Maniscalco enclenche la seconde avec Many More Days publié lui aussi sur le label munichois de Manfred Eicher qui en a produit l’enregistrement au studio RSI de Lugano. Biberonnés aux mêmes influences certes éclectiques des Carla Bley, Paul Motian, Charlie Haden, John Surman et autres Bill Frisell, les trois musiciens de Third Reel façonnent un jazz souvent atmosphérique, rêveur dans ses improvisations et ouvert à beaucoup d’espace, comme le trio guitare/sax/batterie peut le permettre. Un jazz fait d’ombres, de contrastes et de teintes pastelles. Du pur ECM diront certains. Sans doute, mais la musique composée et interprétée ici est d’une telle beauté qu’on ne se lasse guère de la boire sans modération… © CM/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 15 mai 2015 | ECM

Hi-Res Livret
Musicien insaisissable et toujours captivant, David Torn n’a cessé de repousser les frontières de son instrument. En solitaire ou aux côtés de musiciens aussi divers que Jan Garbarek, Ryuichi Sakamoto, Carter Burwell, David Bowie, David Sylvian, Tim Berne ou Craig Taborn pour n’en citer que quelques-uns, le guitariste américain a toujours beaucoup osé. Only Sky est une preuve supplémentaire du caractère aventureux et aventurier de ses enregistrements. Un album solo où la guitare joue le rôle d’un grand orchestre. A 60 ans passés, Torn décrit cet opus comme le plus personnel qu’il ait jamais enregistré. « Ce disque se rapproche au plus près de ce que je fais chez moi avec ma guitare. Lorsque j’improvise seul de la sorte, cela ressemble à de l’auto-hypnose ou, pour exprimer ça différemment, à de la méditation séculière sonore. » On suit évidemment le musicien les yeux fermés dans cet océan musical aux frontières du new age, ce halo électrique comme en apesanteur. Sorte de langoureux chant de baleine, le jeu de Torn enveloppe le corps et l’ouïe. Fascinant. © MZ/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 8 mai 2015 | ECM

Hi-Res Livret
On connait la place unique, particulière et singulière qu’occupe le trio piano/basse/batterie dans l’histoire du jazz. Gary Peacock le sait même encore plus que les autres, lui qui œuvré au sein des trios de Bill Evans et de Paul Bley et continue à le faire dans celui de Keith Jarrett… Avec le pianiste Marc Copland et le batteur Joey Baron, le mythique et discret contrebassiste américain a enregistré à Oslo, pour le label ECM, durant l’été 2014, ce superbe disque, Now This, dont il signe sept des onze compositions. Des thèmes qui sont parfois « ses » propres classiques (Moor, Vignette, Requiem et Gaya) qu’il mêle à des pièces nouvelles, à celles également de ces deux complices et, cerise sur le gâteau, à une relecture d’une pureté renversante du Gloria’s Step de Scott La Faro. Il y a une musicalité himalayesque dans ce recueil qui doit tant à son leader qu’à ses deux sidemen (quoi qu’ici le terme est hors-jeu) et tout au long duquel aucun des trois protagonistes ne cherche à tirer la couverture à lui… Le mois de ses 80 ans, Gary Peacock rappelle avec Now This à qui l’aurait oublié qu’il demeure un contrebassiste impressionnant par sa grâce et majestueux dans le propos. Un très grand disque. © MZ/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 8 mai 2015 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Sélection JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
S’il est avare d’interviews, on ne pourra jamais reprocher à Keith Jarrett de l’être en publications discographiques… Avec Creation, le pianiste d’Allentown propose une sélection personnelle de musique enregistrée tout au long de l’année 2014, lors de ses concerts improvisés au Japon, au Canada et en Europe. Si dans le passé ses témoignages solo reflétaient le processus d'improvisation évoluant au fil d'une soirée, cette fois-ci Jarrett choisit de concentrer les moments les plus révélateurs de six concerts donnés à Tokyo, Toronto, Paris et Rome. Avec cette «nouvelle» approche, il livre ici le tout dernier état de sa création musicale spontanée et prouve une fois de plus qu’il est un musicien en constante évolution. Passionnant. © CM/Qobuz " L'extrême concentration du pianiste y impose peu à peu celle, indispensable, de l'auditeur, envoûté par de longues suites d'accords où l'on pense irrésistiblement à Scriabine, par de superbes développements issus d'une cellule mélodique ou harmonique initiale dont la logique et l'inventivité fascinent. Mais ce qui réjouit le plus profondément, c'est qu'une musique aussi aventureuse et exigeante puisse naître en situation de concert, qu'il existe un public dans le monde entier pour en partager les silences et les vertiges, l'incroyable austérité et l'absence de toute plaisante concession." (Classica, mai 2015 / Jean-Pierre Jackson)
20,00 €
13,99 €

Jazz contemporain - Paru le 17 avril 2015 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Depuis plus de trois décennies, Tim Berne est de ces actifs empêcheurs de tourner en rond. De ces jazzmen (?) osant tout, chamboulant tout. Aux commandes de son groupe Snakeoil, le saxophoniste new-yorkais et ses complices signent un troisième album pour ECM. Avec You’ve Been Watching Me qui parait au printemps 2015, le groupe a embarqué avec lui un cinquième acolyte en la personne du guitariste Ryan Ferreira. Au programme de leur belle entreprise de déstabilisation, de la déstabilisation donc mais aussi de la construction, de la déconstruction, du mélodique, de l’anti-mélodique, bref un grand casse-tête savoureux louant la liberté mais s’attachant toujours à ne jamais laisser l’auditeur en plan. Du jazz contemporain pour la tête mais aussi pour le corps ! © CM/Qobuz
13,99 €

Jazz - Paru le 17 avril 2015 | ECM

Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Depuis plus de trois décennies, Tim Berne est de ces actifs empêcheurs de tourner en rond. De ces jazzmen (?) osant tout, chamboulant tout. Aux commandes de son groupe Snakeoil, le saxophoniste new-yorkais et ses complices signent un troisième album pour ECM. Avec You’ve Been Watching Me qui parait au printemps 2015, le groupe a embarqué avec lui un cinquième acolyte en la personne du guitariste Ryan Ferreira. Au programme de leur belle entreprise de déstabilisation, de la déstabilisation donc mais aussi de la construction, de la déconstruction, du mélodique, de l’anti-mélodique, bref un grand casse-tête savoureux louant la liberté mais s’attachant toujours à ne jamais laisser l’auditeur en plan. Du jazz contemporain pour la tête mais aussi pour le corps ! © CM/Qobuz
13,99 €

Jazz - Paru le 17 avril 2015 | ECM

Distinctions 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Entouré par la mer, Surrounded By Sea, Andy Sheppard l’est depuis 58 années, lui qui a vu le jour en Angleterre. Cette sensation aquatique colle d’ailleurs parfaitement bien à cet album de l’un des plus brillants saxophonistes de sa génération. Avec le guitariste Eivind Aarset, le contrebassiste Michel Benita et le toujours aussi incroyable batteur Seb Rochford, Andy Sheppard conçoit ici un jazz liquide, comme un sirop mélancolique et beau, une musique de bien-être au cœur de laquelle l’improvisation comme la complicité entre les quatre hommes font de vraies merveilles. Au soprano comme au ténor, ce proche de Carla Bley (une dizaine d’albums aux côtés de la pianiste californienne) peaufine le lyrisme de son phrasé habité. Magnifique. © MD/Qobuz
13,99 €

Jazz - Paru le 20 mars 2015 | ECM

Révélé aux côtés d’Enrico Rava, Giovanni Guidi avait entamé son contrat pour ECM par un bel opus des plus planants, City Of Broken Dreams, paru en 2011. Toujours entouré du contrebassiste américain Thomas Morgan et du batteur portugais João Lobo, le pianiste transalpin signe cette fois, avec This Is The Day, un opus encore plus profond et raffiné. Dans ses ballades de toute beauté, il jongle avec toutes les dynamiques de ses mélodies et de sa complicité avec sa rythmique. Tout semble indolore et pourtant cette musique en apesanteur vise au cœur. Un jazz de chambre qui se hume comme un parfum enivrant. © MD/Qobuz

Les Collections

Le label

ECM dans le magazine