Les albums

893 albums triés par Date: du plus récent au moins récent

Jazz - À paraître le 6 mai 2016 | ECM

Livret
20,00 €
13,99 €

Jazz - À paraître le 6 mai 2016 | ECM

Hi-Res Livret
17,48 €
12,99 €

Jazz - Paru le 1 avril 2016 | ECM

Hi-Res Livret
17,48 €
12,99 €

Jazz - Paru le 1 avril 2016 | ECM

Hi-Res Livret
Depuis 2010, le trompettiste Markus Stockhausen et le pianiste Florian Weber forment un fascinant tandem qui signe enfin son premier album en 2016. Avec Alba qui parait sur le label ECM, les deux musiciens allemands proposent une palette esthétique et une diversité d’humeurs dramatiques particulièrement larges. Surtout, un disque sur lequel les frontières entre composition et improvisation s’estompent avec beaucoup de subtilité… Ils ont tissé leurs premiers liens musicaux au sein d’Eternal Voyage, sextet de world music de Stockhausen, avant de se produire en duo outre-Rhin. La genèse de leur formation se fit dans l’exploration instrumentale de sonorités électroniques, sur des compositions de Stockhausen, mais c’est en partie grâce aux pièces de Weber et à l’étendue du spectre émotionnel de son toucher que le binôme trouva sa véritable force, résidant en une dimension plus acoustique. Le rapport que chacun entretient avec le jazz étant très différent, les deux hommes se retrouvent dans l’intérêt qu’ils portent à la création et à ses processus exploratoires. Dans Alba, on retrouve ainsi l’héritage de l’illustre père de Markus, Karlheinz Stockhausen, la musique intuitive. Un disque d’une rare profondeur. © CM/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 18 mars 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Pitchfork: Best New Music - Indispensable JAZZ NEWS
Deux générations, deux styles mais une volonté commune d’avancer sur le chemin d’une certaine avant-garde jazz. Le pianiste Vijay Iyer et le trompettiste Wadada Leo Smith avaient jusqu’ici travaillé ensemble à de nombreuses reprises mais A Cosmic Rhythm With Each Stroke qu’ils publient sur le label ECM est leur premier album en duo. L’envoutante suite éponyme de l’album qui en constitue la pièce centrale est dédiée à Nasreen Mohamedi, l’artiste indienne innovatrice dont l’imagerie à caractère improvisé évoque des rythmes distraits. Cette suite est entourée de la composition d’Iyer Passage et d’une pièce de Smith célébrant la grande contralto Marian Anderson qui fut la première Afro-Américaine à chanter au Met Opera de New York en 1955... Son, texture et espace, les deux musiciens américains interagissent ici avec une grande sensibilité créatrice. Un disque exigeant et magnifique. © MD/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 4 mars 2016 | ECM

Hi-Res Livret
Entrant dans l’écurie ECM, Ralph Alessi a monté en grade en s'affirmant comme un leader particulièrement inspiré avec son album de 2013, Baida. Ici, avec Quiver, enregistré à Oslo et mixé à New York sous la direction artistique de Manfred Eicher, le trompettiste californien basé à New York s'associe au pianiste Gary Versace et retrouve sa fidèle section rythmique – le contrebassiste Drew Gress et le batteur Nasheet Waits – pour créer dans la continuité une musique vif-argent riche en mélodies et en rythmes subtils pleins d'énergie... Sur les brisées de Miles Davis et Kenny Wheeler, Alessi offre des cambrures lyriques et épurées. Le rôle de Versace est assez central et son jeu, poétique au possible, est l’écrin parfait aux thèmes du trompettiste. Quant à la rythmique, elle est un sommet de justesse, donnant de la voix quand nécessaire, ou en retrait lorsqu’il le faut. Entouré de la sorte, Ralph Alessi ne pouvait que signer un grand disque qui confirme qu’à 50 ans passés, il est temps de se pencher sur son cas… © MD/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 4 mars 2016 | ECM

Hi-Res Livret
Avec Birdwatching, Anat Fort et son trio – le bassiste Gary Wang et le batteur Roland Schneider – accueille le saxophoniste et clarinettiste italien Gianluigi Trovesi. Un invité de marque qui apporte de belles teintes à la palette sonore déjà riche de la pianiste israélienne dont le jeu rappelle parfois celui de Keith Jarrett et de Paul Bley… Ce troisième album, Anat Fort l’a solidement ancré dans la nature. « Une grande partie de mes chansons, précise-t-elle, est inspirée des mouvements des choses de la nature : les animaux, les nuages, les vents, l’eau… Je ne savais pas comment cet album allait s’appeler, mais c’est en écoutant les bandes que j’ai compris qu’il évoquait le mouvement des oiseaux, la contemplation, l’écoute et l’attente. Il représente autant l’observation des oiseaux (birdwatching) à l’extérieur que l’observation de cet oiseau intérieur qui est l’âme. » La musique du quatuor est entrecoupée de solos de piano improvisés, tout au long d’une série de tableaux pour un ensemble assez éclectiques. Mais c’est surtout dans ses improvisations que Birdwatching est stimulant au possible. Lorsque la pianiste et ses complices sillonnent la marge et osent les itinéraires bis. © MD/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 4 mars 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - L'album du mois JAZZ NEWS
Comme un retour aux sources pour Nik Bärtsch… Après Stoa en 2006, Holon en 2008, Lyria en 2010 et un double album live en 2012 avec son groupe amplifié Ronin (du « zen funk »), le pianiste zurichois signe ici un album avec sa formation d'origine Mobile. Le premier depuis une bonne quinzaine d'années… Quartet acoustique fondé en 1997, Mobile est la source de l'esthétique de Bärtsch et présente tous les éléments de son ADN. Une attitude façonnée par son approche conceptuelle de la réduction et de la répétition, mais aussi par sa fascination pour la culture japonaise. Jouant avec des textures musicales issues du jazz, du funk, de la musique contemporaine, du minimalisme et des musiques rituelles et sacrées, Nik Bärtsch crée de nouvelles énergies très structurées. « Cette musique, précise-t-il, puise son énergie dans la tension entre la précision des compositions et de l'auto-contournement de l'improvisation. De cette restriction auto-imposée découle la liberté. L'extase par l'ascétisme. » Un opus fascinant sur lequel les musiciens laissent surtout leur virtuosité individuelle au vestiaire et prennent plutôt part à la création d'un timbre commun, fort et énergique. © CM/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 26 février 2016 | ECM

Hi-Res Livret
Empreint d’une énergie et d’une intelligence d’écriture dignes du grand Gil Evans, The Distance marque une belle avancée créative pour Michael Formanek. Après deux brillants albums parus chez ECM à la tête de son quartet avec Tim Berne, Craig Taborn et Gerald Cleaver (The Rub And Spare Change en 2010 et Small Pieces en 2012), le contrebassiste californien illustre ici ses compositions riches en texture pour un big-band dynamique composé de 17 musiciens, l’Ensemble Kolossus, au sein duquel on croise notamment le trompettiste Kirk Knuffke, les saxophonistes Chris Speed et Loren Stillman, la guitariste Mary Halvorson et le tromboniste Ben Gerstein. Le projet a vu adhérer quelques-uns des musiciens les plus distingués de la scène new-yorkaise afin de réaliser la fresque épique de Formanek, alors qu’il a ré-imaginé le big-band à sa façon. Canalisant des sonorités allant du classique au moderne, il a aussi composé des pièces pour des solistes individuels, dans la tradition Ellingtonienne. Aux côtés du romantisme du titre éponyme de l’album, The Distance présente la suite Exoskeleton, une expérience musicale kaléidoscopique qui donne vie à la belle et audacieuse vision de Formanek d’un grand orchestre de jazz du XXIe siècle. © CM/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 26 février 2016 | ECM

Hi-Res Livret
« Comme c’est souvent le cas, plus on explore et plus on découvre, plus loin on souhaite aller, et les choses ne sont plus aussi simples. C’est un processus très intéressant » explique Jon Balke en préambule de ce Warp. Le piano du Norvégien se retrouve ainsi au cœur d’une architecture subtile de paysages sonores écrits dans des dimensions fluctuantes d’espace. Ce qui commence comme une pièce pour piano seul, acquiert un aspect presque hallucinatoire. L’enregistrement de ce piano a été réalisé au Rainbow Studio à Oslo, les images sonores étant captées et traitées par Balke lui-même et Audun Kleive. Des enregistrements sur le terrain complémentaires ont été intégrés lors du mixage de l’album au Studio RSI à Lugano en septembre 2015, l’ensemble étant produit par Balke et Manfred Eicher d’ECM. Mais tout cela ne doit pas faire oublier la chose majeure de Warp : la musique. A 60 ans passés et avec une carrière dense et de nombreux album à son actif, le musicien norvégien signe ici un disque plus introspectif que jamais, un enregistrement qui gomme les frontières stylistiques (est-ce du jazz ?) pour mieux révéler l’authenticité de sa musique, libre comme l’air. © CM/Qobuz
12,99 €

Jazz - Paru le 19 février 2016 | ECM

12,99 €

Jazz - Paru le 19 février 2016 | ECM

20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 19 février 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Depuis le temps qu’il est l’autre, Avishai Cohen s’est toujours dit que c’est en imposant son jeu, son style, ses disques, que le public saura qu’il existe aussi un Avishai Cohen trompettiste, sans aucun lien de parenté avec le populaire contrebassiste. A l’exubérance et au lyrisme de son compatriote ainé, il déroule depuis une quinzaine d’années un jeu feutré où le silence est roi. Un phrasé à l’économie dans la tradition de son idole Miles Davis qui est au cœur de ce premier album pour le compte d’ECM. Un label qui lui va divinement bien. C'est en entendant jouer Avishai Cohen lors des séances d'enregistrement de l’album Lathe Of Heaven de Mark Turner que Manfred Eicher, impressionné par sa contribution, a véritablement pris la mesure du talent du trompettiste né à Tel Aviv, et installé à New York depuis presque vingt ans, et l’a signé comme leader… Avec le bien nommé Into The Silence, enregistré au studio de la Buissonne durant l’été 2015, le trompettiste rend hommage à la mémoire de son défunt père. Les compositions originales aux mélodies profondément émouvantes évoquant les derniers jours de l'existence de son géniteur, et les magnifie par la sonorité si singulière et personnelle de son instrument, jouant avec virtuosité et profondeur des effets de sourdine. Pour l’aider dans cet exercice touchant et beau, Avishai Cohen est épaulé par le pianiste Yonathan Avishai, le contrebassiste Eric Revis, un fidèle du quartet de Branford Marsalis depuis vingt ans, le saxophoniste ténor Bill McHenry et le batteur Nasheet Waits, son complice batteur depuis plusieurs années. © MD/Qobuz
12,99 €

Jazz - Paru le 12 février 2016 | ECM

Les Collections

Le label

ECM dans le magazine