Les albums

902 albums triés par Date: du plus récent au moins récent
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 20 mai 2016 | ECM

Hi-Res Livret
12,99 €

Jazz - Paru le 6 mai 2016 | ECM

Il est bon de rappeler régulièrement l’importance de la musique de Carla Bley. Chaque nouvel album de la pianiste californienne est là pour ça. Et Andando El Tiempo qui parait l’année de ses 80 ans est une preuve supplémentaire de la singularité de cette musicienne majeure de l’histoire du jazz. En compagnie de ses deux fidèles complices, le bassiste Steve Swallow (monsieur Carla Bley à la ville) et le saxophoniste britannique Andy Sheppard, elle joue avec les espaces, les silences et les harmonies comme nulle autre. Et les échanges avec ses deux partenaires, épurés au possible, magnifient la force mélodique de ses compositions. C’est surtout dans la pièce qui donne son titre à l’album – une longue suite en trois parties – que tout se met en place avec une grande fluidité. Un disque superbe, magnifiquement produit comme à l’accoutumée par Manfred Eicher, alias Monsieur ECM… © CM/Qobuz

Jazz - Paru le 6 mai 2016 | ECM

Jack accompagné par les fils de la vengeance. C’est un peu à cela que ressemble l’affiche de ce In Movement paru sur le label ECM. En effet, le grand batteur est entouré du saxophoniste Ravi Coltrane (fils de qui l’on sait) et du bassiste Matthew Garrison (fils de Jimmy Garrison, lui-même contrebassiste de John Coltrane !). On nage évidemment en pleine célébration du dieu du saxophone surtout que les festivités débutent par Alabama, sublime thème composé toujours par Coltrane après l’attentat raciste à l'église baptiste de la 16e rue de Birmingham dans l'État de l'Alabama, église fréquentée par des Afro-Américains, le 15 septembre 1963. Un choix osé et périlleux, surtout pour Ravi qui se sort merveilleusement bien de ce piège. Evidemment le but n’est pas de comparer avec les versions de son illustre géniteur mais plutôt d’apprécier sa propre improvisation, pleine de sérénité et de recueillement. Mais aussi de modernité, en grande partie liée à l’emploi de la basse électrique et de quelques légers effets électro tout en retenu. La modernité, oui, c’est elle qui caractérise ce superbe disque. Même si il est un élément clef du trio de Keith Jarrett, Jack DeJohnette est avant tout l’un des plus grands batteurs en activité. Et cet opus montre non seulement l’étendue de son art mais aussi de son talent en tant que leader. Déjà, l’ainé de ce trio hautement inspiré ne tire jamais la couverture à lui. Son jeu est d’une finesse folle et l’intensité des conversations qu’il offre ici avec ces deux complices est simplement magique. Sur un classique comme Blue In Green, les trois hommes trouvent d’incroyables ressources créatrices pour offrir une version à la fois habitée et légère du thème de Miles Davis. Et chacune des huit pièces d’In Movement est abordée avec la même précision. Même quand DeJohnette et ses complices s’amusent à reprendre Serpentine Fire d’Earth Wind & Fire ! Un grand disque. © MD/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 6 mai 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Jack accompagné par les fils de la vengeance. C’est un peu à cela que ressemble l’affiche de ce In Movement paru sur le label ECM. En effet, le grand batteur est entouré du saxophoniste Ravi Coltrane (fils de qui l’on sait) et du bassiste Matthew Garrison (fils de Jimmy Garrison, lui-même contrebassiste de John Coltrane !). On nage évidemment en pleine célébration du dieu du saxophone surtout que les festivités débutent par Alabama, sublime thème composé toujours par Coltrane après l’attentat raciste à l'église baptiste de la 16e rue de Birmingham dans l'État de l'Alabama, église fréquentée par des Afro-Américains, le 15 septembre 1963. Un choix osé et périlleux, surtout pour Ravi qui se sort merveilleusement bien de ce piège. Evidemment le but n’est pas de comparer avec les versions de son illustre géniteur mais plutôt d’apprécier sa propre improvisation, pleine de sérénité et de recueillement. Mais aussi de modernité, en grande partie liée à l’emploi de la basse électrique et de quelques légers effets électro tout en retenu. La modernité, oui, c’est elle qui caractérise ce superbe disque. Même si il est un élément clef du trio de Keith Jarrett, Jack DeJohnette est avant tout l’un des plus grands batteurs en activité. Et cet opus montre non seulement l’étendue de son art mais aussi de son talent en tant que leader. Déjà, l’ainé de ce trio hautement inspiré ne tire jamais la couverture à lui. Son jeu est d’une finesse folle et l’intensité des conversations qu’il offre ici avec ces deux complices est simplement magique. Sur un classique comme Blue In Green, les trois hommes trouvent d’incroyables ressources créatrices pour offrir une version à la fois habitée et légère du thème de Miles Davis. Et chacune des huit pièces d’In Movement est abordée avec la même précision. Même quand DeJohnette et ses complices s’amusent à reprendre Serpentine Fire d’Earth Wind & Fire ! Un grand disque. © MD/Qobuz
17,48 €
12,99 €

Jazz - Paru le 6 mai 2016 | ECM

Hi-Res Livret
Il est bon de rappeler régulièrement l’importance de la musique de Carla Bley. Chaque nouvel album de la pianiste californienne est là pour ça. Et Andando El Tiempo qui parait l’année de ses 80 ans est une preuve supplémentaire de la singularité de cette musicienne majeure de l’histoire du jazz. En compagnie de ses deux fidèles complices, le bassiste Steve Swallow (monsieur Carla Bley à la ville) et le saxophoniste britannique Andy Sheppard, elle joue avec les espaces, les silences et les harmonies comme nulle autre. Et les échanges avec ses deux partenaires, épurés au possible, magnifient la force mélodique de ses compositions. C’est surtout dans la pièce qui donne son titre à l’album – une longue suite en trois parties – que tout se met en place avec une grande fluidité. Un disque superbe, magnifiquement produit comme à l’accoutumée par Manfred Eicher, alias Monsieur ECM… © CM/Qobuz

Jazz - Paru le 1 avril 2016 | ECM

20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 1 avril 2016 | ECM

Hi-Res Livret

Jazz - Paru le 1 avril 2016 | ECM

Depuis 2010, le trompettiste Markus Stockhausen et le pianiste Florian Weber forment un fascinant tandem qui signe enfin son premier album en 2016. Avec Alba qui parait sur le label ECM, les deux musiciens allemands proposent une palette esthétique et une diversité d’humeurs dramatiques particulièrement larges. Surtout, un disque sur lequel les frontières entre composition et improvisation s’estompent avec beaucoup de subtilité… Ils ont tissé leurs premiers liens musicaux au sein d’Eternal Voyage, sextet de world music de Stockhausen, avant de se produire en duo outre-Rhin. La genèse de leur formation se fit dans l’exploration instrumentale de sonorités électroniques, sur des compositions de Stockhausen, mais c’est en partie grâce aux pièces de Weber et à l’étendue du spectre émotionnel de son toucher que le binôme trouva sa véritable force, résidant en une dimension plus acoustique. Le rapport que chacun entretient avec le jazz étant très différent, les deux hommes se retrouvent dans l’intérêt qu’ils portent à la création et à ses processus exploratoires. Dans Alba, on retrouve ainsi l’héritage de l’illustre père de Markus, Karlheinz Stockhausen, la musique intuitive. Un disque d’une rare profondeur. © CM/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 1 avril 2016 | ECM

Hi-Res Livret
Depuis 2010, le trompettiste Markus Stockhausen et le pianiste Florian Weber forment un fascinant tandem qui signe enfin son premier album en 2016. Avec Alba qui parait sur le label ECM, les deux musiciens allemands proposent une palette esthétique et une diversité d’humeurs dramatiques particulièrement larges. Surtout, un disque sur lequel les frontières entre composition et improvisation s’estompent avec beaucoup de subtilité… Ils ont tissé leurs premiers liens musicaux au sein d’Eternal Voyage, sextet de world music de Stockhausen, avant de se produire en duo outre-Rhin. La genèse de leur formation se fit dans l’exploration instrumentale de sonorités électroniques, sur des compositions de Stockhausen, mais c’est en partie grâce aux pièces de Weber et à l’étendue du spectre émotionnel de son toucher que le binôme trouva sa véritable force, résidant en une dimension plus acoustique. Le rapport que chacun entretient avec le jazz étant très différent, les deux hommes se retrouvent dans l’intérêt qu’ils portent à la création et à ses processus exploratoires. Dans Alba, on retrouve ainsi l’héritage de l’illustre père de Markus, Karlheinz Stockhausen, la musique intuitive. Un disque d’une rare profondeur. © CM/Qobuz
12,99 €

Jazz - Paru le 1 avril 2016 | ECM

17,48 €
12,99 €

Jazz - Paru le 1 avril 2016 | ECM

Hi-Res Livret
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 18 mars 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Pitchfork: Best New Music - Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Deux générations, deux styles mais une volonté commune d’avancer sur le chemin d’une certaine avant-garde jazz. Le pianiste Vijay Iyer et le trompettiste Wadada Leo Smith avaient jusqu’ici travaillé ensemble à de nombreuses reprises mais A Cosmic Rhythm With Each Stroke qu’ils publient sur le label ECM est leur premier album en duo. L’envoutante suite éponyme de l’album qui en constitue la pièce centrale est dédiée à Nasreen Mohamedi, l’artiste indienne innovatrice dont l’imagerie à caractère improvisé évoque des rythmes distraits. Cette suite est entourée de la composition d’Iyer Passage et d’une pièce de Smith célébrant la grande contralto Marian Anderson qui fut la première Afro-Américaine à chanter au Met Opera de New York en 1955... Son, texture et espace, les deux musiciens américains interagissent ici avec une grande sensibilité créatrice. Un disque exigeant et magnifique. © MD/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 4 mars 2016 | ECM

Hi-Res Livret
Entrant dans l’écurie ECM, Ralph Alessi a monté en grade en s'affirmant comme un leader particulièrement inspiré avec son album de 2013, Baida. Ici, avec Quiver, enregistré à Oslo et mixé à New York sous la direction artistique de Manfred Eicher, le trompettiste californien basé à New York s'associe au pianiste Gary Versace et retrouve sa fidèle section rythmique – le contrebassiste Drew Gress et le batteur Nasheet Waits – pour créer dans la continuité une musique vif-argent riche en mélodies et en rythmes subtils pleins d'énergie... Sur les brisées de Miles Davis et Kenny Wheeler, Alessi offre des cambrures lyriques et épurées. Le rôle de Versace est assez central et son jeu, poétique au possible, est l’écrin parfait aux thèmes du trompettiste. Quant à la rythmique, elle est un sommet de justesse, donnant de la voix quand nécessaire, ou en retrait lorsqu’il le faut. Entouré de la sorte, Ralph Alessi ne pouvait que signer un grand disque qui confirme qu’à 50 ans passés, il est temps de se pencher sur son cas… © MD/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 4 mars 2016 | ECM

Hi-Res Livret
Avec Birdwatching, Anat Fort et son trio – le bassiste Gary Wang et le batteur Roland Schneider – accueille le saxophoniste et clarinettiste italien Gianluigi Trovesi. Un invité de marque qui apporte de belles teintes à la palette sonore déjà riche de la pianiste israélienne dont le jeu rappelle parfois celui de Keith Jarrett et de Paul Bley… Ce troisième album, Anat Fort l’a solidement ancré dans la nature. « Une grande partie de mes chansons, précise-t-elle, est inspirée des mouvements des choses de la nature : les animaux, les nuages, les vents, l’eau… Je ne savais pas comment cet album allait s’appeler, mais c’est en écoutant les bandes que j’ai compris qu’il évoquait le mouvement des oiseaux, la contemplation, l’écoute et l’attente. Il représente autant l’observation des oiseaux (birdwatching) à l’extérieur que l’observation de cet oiseau intérieur qui est l’âme. » La musique du quatuor est entrecoupée de solos de piano improvisés, tout au long d’une série de tableaux pour un ensemble assez éclectiques. Mais c’est surtout dans ses improvisations que Birdwatching est stimulant au possible. Lorsque la pianiste et ses complices sillonnent la marge et osent les itinéraires bis. © MD/Qobuz
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 4 mars 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - L'album du mois JAZZ NEWS
Comme un retour aux sources pour Nik Bärtsch… Après Stoa en 2006, Holon en 2008, Lyria en 2010 et un double album live en 2012 avec son groupe amplifié Ronin (du « zen funk »), le pianiste zurichois signe ici un album avec sa formation d'origine Mobile. Le premier depuis une bonne quinzaine d'années… Quartet acoustique fondé en 1997, Mobile est la source de l'esthétique de Bärtsch et présente tous les éléments de son ADN. Une attitude façonnée par son approche conceptuelle de la réduction et de la répétition, mais aussi par sa fascination pour la culture japonaise. Jouant avec des textures musicales issues du jazz, du funk, de la musique contemporaine, du minimalisme et des musiques rituelles et sacrées, Nik Bärtsch crée de nouvelles énergies très structurées. « Cette musique, précise-t-il, puise son énergie dans la tension entre la précision des compositions et de l'auto-contournement de l'improvisation. De cette restriction auto-imposée découle la liberté. L'extase par l'ascétisme. » Un opus fascinant sur lequel les musiciens laissent surtout leur virtuosité individuelle au vestiaire et prennent plutôt part à la création d'un timbre commun, fort et énergique. © CM/Qobuz

Les Collections

Le label

ECM dans le magazine