Les albums

164 albums triés par Date : du plus récent au moins récent
22,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 20 octobre 2017 | Cypres

Hi-Res Livret
13,41 €
8,91 €

Jazz - Paru le 13 octobre 2017 | Cypres

Hi-Res
13,41 €
8,91 €

Classique - Paru le 20 septembre 2017 | Cypres

Hi-Res
9,99 €

Musiques du monde - Paru le 2 juin 2017 | Cypres

9,99 €

Classique - Paru le 12 mai 2017 | Cypres

Livret
9,99 €

Musiques du monde - Paru le 10 mars 2017 | Cypres

Livret
En 2012, Mélanie Defize commence à travailler pour le label Cypres. Passionnée de musiques anciennes, elle s'intéresse à l'émergence d'une conception vocale pour les voix féminines, à travers les madrigaux de Maddalena Casulana, première compositrice occidentale à avoir été publiée. Cette jeune violoniste baroque, musicologue et férue de musicothérapie, est aussi chercheuse insatiable et prépare le diplôme universitaire d'Histoire de la médecine à Paris Descartes. Ouverte à tous les genres musicaux, soucieuse des interprètes et des compositeurs, la jeune femme butine avec sérieux l'art, la science et la vie. Mais le 22 mars 2016, tout cela s’arrête brutalement : Mélanie Defize est tuée, à 29 ans, dans l’attentat du métro Maelbeek à Bruxelles. Avec cet album, l’équipe du label Cypres lui rend un hommage vibrant mais surtout en harmonie totale avec ses goûts et les valeurs qu’elle défendait. « Sa présence toujours vive, son espièglerie et sa curiosité nous inspirent une promenade musicale au gré de ses coups de cœur et des nôtres, comme pour la surprendre encore. L'Oreille de Mélanie est le premier album de la collection Cypressentiel qui distillera les indispensables du label, les CD qu'on emporterait sur une île déserte, les coffrets d'art et les compilations insolites. Nous le lui dédions avec la même joie, qu'espérons-le, elle aurait eue à le découvrir. À travers cette dédicace, c'est aussi à toutes les victimes de l'ignorance et de la barbarie que nous souhaitons rendre hommage ». On admire l’ampleur de cette Oreille de Mélanie dans laquelle on peut entendre une éclectique palette de compositeurs et d’artistes. Un disque sur lequel se croisent des pièces signées Manuel Machado, John Dowland, Fausto Romitelli, Moussorgski ou Philippe Boesmans, mais aussi Carlos Gardel, Alain Chamfort, Yves Duteil, Rameau et DJ Grazzhoppa's DJ BigBand avec Aka Moon. © CM/Qobuz
9,99 €

Classique - Paru le 11 novembre 2016 | Cypres

14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 18 mars 2016 | Cypres

Hi-Res
Le compositeur belge Benoît Mernier (*1964) est un disciple de Philippe Boesmans, et dont – par exemple, pour situer le personnage – les derniers opéras ont été produits par La Monnaie à Bruxelles et l’Opéra National du Rhin à Strasbourg. On lui doit également d’étonnants concertos, dont cet album propose celui pour piano joué par David Lively, et celui pour violon par Lorenzo Gatto. Le langage musical de Mernier enjambe allègrement l’avant-garde des années 1970-80 pour jeter un pont entre, pourquoi pas, Berg, Ives et Dutilleux, dans une écriture puissamment lyrique, une orchestration irisée à l’extrême, une conception moderne qui ne renie jamais les évidents liens organiques avec ce qui fait notre fonds commun de sensualité musicale. Entre les deux Concertos, l’enregistrement propose l’ouverture Vi(v)a, écrite pour le cinquantième anniversaire de l’Orchestre Philharmonique de Liège à qui il est dédié ; une partition énergique et enjouée, là où les deux Concertos semblent plutôt dévoiler un monde onirique d’aspect quasiment improvisé par moments. Benoît Mernier est sans nul doute possible l’un des grands compositeurs de notre temps, et cet album ne fera que confirmer son statut et sa stature. © SM/Qobuz
9,99 €

Classique - Paru le 8 décembre 2015 | Cypres

9,99 €

Classique - Paru le 4 décembre 2015 | Cypres

Quel singulier destin que celui du ténor anglais Anthony Rolfe Johnson : ce n’est qu’à l’âge de trente-trois ans qu’il se révéla à la planète lyrique, d’abord dans quelques petits rôles puis, très rapidement, sur les plus considérables scènes internationales. Son répertoire, qui s’étend de Monteverdi à Britten – ou même plus loin, puisqu’en 1999 il chanta lors d’une création d’un ouvrage de Philippe Boesmans – lui offre l’occasion de déployer sa voix somptueuse, intense et claire, de laquelle sont absents tous les effets « à l’italienne » dont abusent tant de ténors. Dans le présent récital, donné en public à La Monnaie de Bruxelles en 1996 avec le pianiste Graham Johnson, Rolfe Johnson abordait trois de ses compositeurs-fétiche : Purcell, Schubert et Britten. Une telle sensibilité, une telle émotion, voilà qui est d’une grande rareté. Rolfe Johnson se situe dans la lignée de grands mélodistes tels que Jussi Björling ou Heddle Nash. Las, notre malheureux ténor s’éteignit en 2010, à l’âge de soixante-neuf ans… © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 28 août 2015 | Cypres

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 3 juillet 2015 | Cypres

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
L’on peut parler de « monographie » pour ce nouvel enregistrement de la claveciniste française Béatrice Martin : elle s’attaque aux Sauvages qui, aux XVIIe et XVIIIe siècles, défrayèrent la chronique mondaine, littéraire et musicale. Naturellement, à cette époque, un Égyptien, un Chinois, un Scythe était un sauvage ; sauvage également était un labyrinthe enharmonique, un pavot, une Portugaise, bref : plus ou moins tout ce qui n’était pas de la cour royale française était exotique et oriental… De d’Anglebert à Rameau en passant par Couperin, Forqueray et Royer, voici un superbe florilège de pièces qui naviguent sur l’argument de l’exotisme pour explorer de singuliers recoins harmoniques, architecturaux ou mélodiques que ne tolérerait pas l’habituel bon goût des Lumières de l’époque. Béatrice Martin joue un grand clavecin de la lignée anversoise Ruckers-Couchet, de somptueux paquebots sonores d’une invraisemblable richesse. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Opéra - Paru le 24 février 2015 | Cypres

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Choc de Classica
" Mystère et malaise : entre inceste et cécité, entre pouvoir et désir, tout est œdipien et elliptique dans Au monde, le sixième opéra de Philippe Boesmans. [...] Boesmans tend deux heures d'un immense récitatif qui se gonfle parfois jusqu'au tutti. [...] la phrase musicale, d'une mobilité permanente, expose sur la durée cette autre maîtrise suprême à construire — quel que soit le registre que Boesmans ait abordé — une dramaturgie musicale captivante qui n'est pas pour autant simple redondance du texte. [...] Ici c'est d'autant plus magistral que l'on n'a que le son, et non la globalité du spectacle, à recevoir. [...] Patricia Petibon, majuscule, Degout parfait [...], tous magnifiquement authentiques, ajoutent leur tenue vocale somptueuse et si parfaitement articulée à la lisibilité imposée par l'écriture même, toujours soutenue, vivante, par le fidèle Patrick Davin, qui a le sens de ce ton intime et tendu, si reconnaissable. (Classica, juillet/août 2015, Pierre Flinois)
9,99 €

Classique - Paru le 13 décembre 2014 | Cypres

Livret
9,99 €

Classique - Paru le 18 novembre 2014 | Cypres

Livret