Les albums

1891 albums triés par Pertinence
15,39 €
10,39 €

Jazz - Paru le 15 novembre 2013 | Columbia - Legacy

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Finalement, être considéré comme le plus grand disque de jazz de tous les temps n’est guère aisé. On en oublierait presque d’en écouter vraiment son contenu… Le casting évidemment impressionne. A ses côtés, Miles Davis est entouré de ce que chaque instrument compte de solistes révolutionnaires. Bill Evans d’abord. Le pianiste qui apporte sa culture classique est au fond le co-auteur de cette réussite. Ensemble, ils développent un jazz de l’épure qui s’éloigne des acrobaties harmoniques du be bop. Sans pyrotechnie, ce jazz modal est aussi embrassé par les saxophones de John Coltrane et Cannonball Adderley, deux souffles longs en bouche, d’une sensualité folle. Adossée à la rythmique du batteur Jimmy Cobb et du contrebassiste Paul Chambers, cette réunion d’esthètes offre surtout au jazz des habits d’un raffinement extrême. © MZ
15,39 €
10,39 €

Rock - Paru le 24 juillet 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Grammy Awards
17,99 €
15,59 €

Rock - Paru le 25 novembre 2016 | Columbia - Legacy

Hi-Res
Voilà enfin le fameux concert donné par Bob Dylan au Royal Albert Hall de Londres le 26 mai 1966 (deux jours après avoir soufflé ses 25 bougies) sous la forme de ce double album intitulé The Real Royal Albert Hall 1966 Concert. Pendant des décennies, le concert du Zim à Manchester (celui où un spectateur ne comprenant pas comment le troubadour folk osait électrifier sa musique, lui hurlera « judas ! ») a été appelé erronément le Royal Albert Hall Concert. Pour la première fois, le VRAI concert du Royal Albert Hall – enregistré à l’origine pour un album live CBS Records – sort, mixé par l’ingénieur du son Chris Shaw et disponible sur Qobuz en Hi-Res 24-Bit. L’époque à laquelle l’action se déroule est sidérante car entre mars 1965 et mai de cette année 1966, Dylan a tout de même enquillé une trilogie de chefs d’œuvre : Bringing It All Back Home, Highway 61 Revisited et Blonde On Blonde ! Pour ce concert londonien, il pioche donc allégrement dans le répertoire de ces disques qui comptent parmi ses plus importants. Il débute sa prestation par un set en solo acoustique avant de brancher l’électricité et faire monter sur scène ses fidèles amis du Band, à savoir Robbie Robertson (guitare), Rick Danko (basse), Richard Manuel (piano), Garth Hudson (orgue) et Mickey Jones (batterie). Le résultat est magique ! La première partie, acoustique, offre des versions assez habitées de ses chansons, le volet électrique avançant ensuite tête baissé, rage au ventre, bref en livrant un rock’n’roll brut et cru, sans fioriture et interprété par des musiciens au sommet de leur art. Voilà un témoignage vraiment indispensable de l’âge d’or de Dylan. © MD/Qobuz
17,99 €
15,59 €

Rock - Paru le 20 novembre 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res
Voilà l’album de l’enregistrement de la tournée The Wall Live 2010-2013 qui s’est déroulée à guichets fermés. Cette série de concerts donnés par Roger Waters est la première interprétation complète de l’album concept de Pink Floyd depuis 1990. Mélangeant performance scénique rock musclée et message fort de paix et de compassion, The Wall Live a réuni plus de 4,5 millions de spectateurs en plus de 200 concerts sur quatre continents ! Produit par Nigel Godrich (Radiohead, Beck, Paul McCartney), le disque offre une expérience d’écoute assez jubilatoire du chef d’œuvre paru en 1979 qui fut le premier album concept narratif du Floyd. Cette relecture scénique trois décennies plus tard montre surtout comment ces chansons traversent à la perfection le temps comme les modes. Surtout, les versions proposées ici apportent un éclairage neuf que tous les fans de Pink Floyd dignes de ce nom se doivent d’écouter. © CM/Qobuz
9,39 €
6,49 €

Jazz - Paru le 28 février 2014 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
En 2003, Sketches Of Spain fut classé 356e des 500 plus grands albums de tous les temps par le magazine Rolling Stone. C'est dire l'importance de ce disque de Miles Davis qui est pourtant à part dans sa production. Arrangé par son acolyte Gil Evans, le sujet et les compositions de Sketches Of Spain sont inspirés de la musique traditionnelle espagnole. Cela explique sans doute que cet album soit considéré comme l'un des plus accessibles de Miles Davis. Le fait que peu de place soit faite aux improvisations fit dire que Sketches Of Spain ne peut être assimilé au jazz. Enregistré en novembre 1959 ainsi qu'en mars 1960 et sorti en juillet 1960, ce disque possède une magie qui lui permet de traverser le temps. Et si certains grincheux se plaignent encore que "ce n'est pas du jazz", écoutons Miles leur rétorquer "It's music, and I like it". © JMP/Qobuz
15,39 €
10,39 €

Rock - Paru le 2 octobre 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res
41,99 €
36,29 €

Rock - Paru le 8 décembre 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res
Quelle somme ! The Album Collection Vol. 1, 1973-1984 contient la version remasterisée des sept premiers albums studio de Bruce Springsteen parus chez Columbia, à savoir l’âge d’or du Boss. Sommité du métier, l’ingénieur du son Bob Ludwig (qui a longtemps travaillé avec Springsteen et l’ingénieur Toby Scott) s’est occupé de remastériser ces merveilles à partir des bandes analogiques originales. Un coffret à déguster donc comme un vrai road trip nord-américain dont les paysages ont pour noms Greetings From Asbury Park, N.J. (1973), The Wild, The Innocent and The E Street Shuffle (1973), Born To Run (1975), Darkness On The Edge Of Town (1978), The River (1980), Nebraska (1982) et Born In The U.S.A. (1984). Comme Elvis Presley, Bob Dylan, Neil Young et quelques autres, Bruce Springsteen dépasse les frontières du genre musical dans lequel on tenterait de l’encager. Au fil de ses albums, le kid du New Jersey est devenu un symbole, tant musical qu’idéologique. Marchant sur les traces de son maître Dylan, le Boss s’est lancé dans des instantanés souvent poignants de cette bannière étoilé froissée, de l’American dream souvent maltraité, bref la chronique d’une Amérique de la marge, dont il reste l’un des plus étincelants ambassadeurs... © MZ/Qobuz
79,79 €
68,79 €

Pop - Paru le 17 janvier 2014 | Columbia - Legacy

Hi-Res
19,69 €
16,89 €

Rock - Paru le 16 octobre 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res
13,99 €
9,09 €

Rock - Paru le 8 septembre 2014 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Indéniablement l’une des deux meilleures créations de Janis Joplin (avec Cheap Thrills), Pearl, publié en 1971, est une véritable démonstration de sensibilité artistique et de musicalité de la part de la légendaire chanteuse. Sa voix rocailleuse et torturée libère toute sa passion sur des rythmes funky et bluesy et des ballades à la fois romantiques et dramatiques. L’album comprend son tube posthume Me and Bobby McGee ainsi qu’une chanson totalement instrumentale, Buried Alive in the Blues : cette dernière revêt un aspect tragique puisque Joplin est retrouvé morte avant d’avoir eu le temps d’enregistrer sa partie vocale. Difficile de passer outre ce vide laissé par le décès de cette immense artiste et de se questionner sur l’immense potentiel gâché par une disparition survenue bien trop tôt. Un disque incontournable. © LG/Qobuz
15,39 €
10,39 €

Jazz - Paru le 14 août 1998 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Avec In A Silent Way qui parait chez Columbia durant l’été 1969, Miles Davis embarque le jazz sur le sentier binaire du rock, loin de ses dernières embardées avant-gardistes du free jazz. Fil conducteur de ce trip révolutionnaire, la guitare électrique de John McLaughlin (« Joue comme si tu ne savais pas jouer » demandera le trompettiste au jeune Britannique) offre un singulier corps à corps avec les claviers du triumvirat Herbie Hancock, Joe Zawinul, Chick Corea. Ce groove général aux accents psychédéliques est la toile idéale pour que Miles dépose avec la justesse qu’on lui connait, quelques notes ici, quelques autres là ; pas plus. Car sur ce bien nommé In A Silent Way, ce sont les espaces et les silences qui portent l’édifice. Pour arriver à une telle perfection, Miles est épaulé par le producteur Teo Macero avec lequel il a utilisé des heures de séances pour accoucher d’un collage unique dont l’influence perdure encore aujourd’hui. © MZ/Qobuz
15,39 €
10,39 €

Pop - Paru le 25 juillet 2014 | Columbia - Legacy

Hi-Res
15,39 €
10,39 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 26 octobre 1973 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec son ancien « employeur » Miles Davis, Herbie Hancock est l’autre père fondateur du jazz fusion. Et cet album portant le nom de son groupe les Headhunters établit les Saintes Ecritures de l’union la plus réussies entre improvisation jazz et transe funk. L’ère est alors au rock psyché emmené par Jimi Hendrix et au funk groovy de Sly & The Family Stone (le titre Sly lui rend ouvertement hommage). Certains jazzmen prennent alors le train en marche pour goûter eux aussi à cette orgie d’électricité et de rythmique survitaminée. Passionné de nouvelles technologies, Hancock trouve ici un ingénieux prolongement à l’approche pianistique qu’il avait développé dans les 60’s en utilisant de façon inédite ses synthés. L’essence du jazz demeure mais comme embarquée dans un ouragan de textures nouvelles où le groove est furieux (Sly) ou félin (Vein Melter). © MZ
49,79 €
42,79 €

Rock - Paru le 31 octobre 2014 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Grammy Awards
Les Basement Tapes furent une parenthèse totalement à part dans la carrière de Bob Dylan. Une parenthèse conçue avec le Band (qui s’appelait alors les Hawks) et qui sortit sous la forme d’un double album en juin 1975, près de huit ans après son enregistrement… Après son grave accident de moto du 29 juin 1966, le Zim s’était donc retiré dans sa maison de Woodstock pour se reposer, composer et enregistrer en compagnie du groupe de Robbie Robertson. Les sessions se déroulèrent en 1967 dans son home studio ou dans la cave de celle du groupe baptisée Big Pink. Les dylanophiles savent tous que ce trésor était bien plus riche que les simples 24 titres présents sur le double album d’origine. Aussi, l’édition qui parait en 2014, The Basement Tapes Complete: The Bootleg Series, Vol. 11, réunit la totale de ces moments de création intense, à savoir 138 titres ! Si certains circulaient depuis longtemps dans diverses versions pirate, elles trouvent enfin ici un écrin digne de ce nom. Cette somme de 6 CD est un océan de blues, de thèmes country et de ballades folk. De prime abord, on pense écouter de sympathiques longues jams entre potes faites essentiellement de reprises mais ce sont des pans entiers des « musiques classiques américaines » qui sont ici revitalisées. Bob Dylan, Robbie Robertson, Rick Danko, Richard Manuel, Levon Helm et Garth Hudson connaissent si bien ce vaste répertoire qu’ils attrapent par le col que le ton qu’ils ont ici trouvé est renversant d’originalité. Un trip intense, dense et passionnant. © MD/Qobuz
33,49 €
28,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 20 novembre 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res
Joe Zawinul détestait le terme fusion. Pourtant, à son évocation, le nom de Weather Report n’est jamais très loin… Par-delà les étiquettes demeure la musique. Et quelle musique ! Avec ces bien nommées Legendary Live Tapes: 1978-1981, on comprend aisément en quoi le groupe formé en 1970 par Zawinul et Wayne Shorter, deux anciens hommes demain de Miles Davis, fut et est toujours aussi essentiel. Ce coffret de quatre disques réunit des enregistrements live, inédits de cet âge d’or du groupe entre 1978 et 1981. Le bassiste Jaco Pastorius, le batteur Peter Erskine et le percussionniste Bobby Thomas, Jr. apportent eux aussi leur pierre à un édifice fascinant. L’électricité n’est jamais un gadget chez Weather Report. Le jazz s’embarque ici sur des terres jamais foulées, les improvisations sont des océans d’idées. Et entendre ce groupe en concert est un plus réel. Car même si Weather Report apportait un soin particulier en studio à ses enregistrements, la scène fut un accélérateur de particules essentiel à sa création. Et The Legendary Live Tapes: 1978-1981 en est la preuve flagrante. © MD/Qobuz