Les albums

1094 albums triés par Date : du plus récent au moins récent
10,79 €
8,09 €

Classique - Paru le 1 mars 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res Livret
Il apparaît que les Quatuors avec flûte de Paisiello furent écrits au tout début des années 1800, à une époque où la bonne bourgeoisie se piquait de plus en plus de jouer de la musique à la maison : il fallait satisfaire à ses exigences et produire, produire, produire, de la musique contemporaine et accessible. Le compositeur, plus connu pour sa centaine d’opéras écrits entre 1766 et 1800, sa cinquantaine d’œuvres pour la Chapelle de Napoléon puis celle du Roi de Naples – le frère aîné de Napoléon – nous a quand même laissé des dizaines de pièces de musique de chambre, dont ces quatuors de jolie facture, galants, aimables, dont même la tonalité mineure de l’un d’eux (et encore, le second mouvement est en majeur) n’assombrit en rien le soleil napolitain qui les traverse. Gabriele Formentini, disciple de Barthold Kuijken joue sur une flûte à six clefs, copie d’un instrument de 1763. © SM/Qobuz
8,09 €

Classique - Paru le 1 mars 2017 | Brilliant Classics

Livret
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Johann Georg Pisendel (1687-1755) connaissait du beau monde parmi ses contemporains ! Après avoir étudié avec Torelli, il croisa Bach à Weimar – suffisamment pour que le pas-encore-Cantor lui confie un de ses autographes avec un concerto de Telemann, qu’il admirait fort –, puis Telemann lui-même (avec qui il entretint une correspondance fournie et dont une bonne partie nous est d’ailleurs parvenue), et même Vivaldi au cours de ses pérégrinations en tant que musicien de la cour de Dresde. On découvrira ici quelques-unes de ses sonates pour violon et basse continue, mais aussi une chose bien plus rare, à savoir une sonate pour violon solo en la mineur – modèle de ce que devait faire Bach plus tard ? Car on pense savoir que Pisendel montra cette sonate à Bach au retour de son voyage vénitien en 1717, alors que celles du Cantor datent de 1720… et démontrent bien des parallélismes. Au violon, le virtuose polonais Tomasz Aleksander Plusa, un disciple d’Elizabeth Wallfisch, et spécialiste passionné de l’époque baroque. © SM/Qobuz
8,09 €

Classique - Paru le 1 mars 2017 | Brilliant Classics

10,79 €
8,09 €

Classique - Paru le 1 mars 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res
10,79 €
8,09 €

Classique - Paru le 1 mars 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res Livret
Mais si, il existe au moins un compositeur « impressionniste » américain : Charles Tomlinson Griffes (1884-1920). Bien qu’il étudiât à Berlin avec Humperdinck avant de s’en retourner vivre et mourir aux États-Unis, Griffes subit de plein fouet l’influence de Debussy et de Scriabine – ainsi que de Strauss et, quand même, Wagner – qu’il incorpora dans son propre langage, en particulier ses nombreuses œuvres pour piano. Il nous est ici donné de découvrir, sous les doigts du pianiste Emanuele Torquati (qui a déjà signé une intégrale du piano de Roussel et de celui de Zemlinsky), une demi-douzaine d’ouvrages majeurs de ce compositeur méconnu de ce côté de l’Atlantique, écrits entre 1910 et 1919 – hélas, Griffes succomba à l’âge de trente-six ans à la grippe espagnole qui fit des ravages sur la planète entière ; sinon, il semble évident qu’il aurait poursuivi son ascension et aurait offert non seulement à l’Amérique mais à ladite planète l’image d’un compositeur très explorateur, inventif, à la pointe de son temps. Sa Sonate de 1919 présente déjà bien des caractéristiques que n’aurait pas reniées un Prokofiev… © SM/Qobuz
10,79 €
8,09 €

Classique - Paru le 1 février 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res Livret
10,79 €
8,09 €

Classique - Paru le 1 février 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res Livret
On ne sait pratiquement rien du compositeur Pasquale Pericoli, ni même quand il est né et mort. Il semblerait qu’il ait travaillé en Suède entre 1752 et 1757, auprès des théâtres de Stockholm. Il n’existe en tout et pour tout qu’une seule partition de lui, ses Sonates pour violoncelle et clavecin publiées en 1759 et sur laquelle il est indiqué qu’il est « Napolitain ». Ce qui explique sans doute le violoncelle, un instrument déjà très répandu dans la sphère napolitaine dès le début du XVIIIe siècle ; mais Pericoli n’évolue déjà plus dans la sphère baroque, sans toutefois non plus avoir pris pied pleinement dans le genre plus tardif, avec développement complet de la forme-sonate. Disons que c’est là une sorte de pont entre les deux époques, avec la modernité du son du violoncelle, l’ancienneté de l’accompagnement écrit pour basse continue chiffrée. C’est le violoncelliste italien Federico Bracalente, un ancien de l’Académie orchestrale du Philharmonique de Berlin et de l’Académie Mahler, qui officie. © SM/Qobuz
8,09 €

Classique - Paru le 1 février 2017 | Brilliant Classics

10,79 €
8,09 €

Classique - Paru le 1 février 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res Livret
S’il est des compositeurs qui ne vécurent pas bien longtemps – Mozart, Schubert, sans même parler de l’infortuné Arriaga –, il en est quelques-uns qui se firent de vrais vieux os. On pense bien sûr à Eliott Carter, disparu à l’âge de cent trois ans, mais que penser de Leo Ornstein, né en 1895 et disparu… en 2002, à cent-six printemps ! Selon certains documents, il serait même né en 1893, ce qui lui donnerait 108 années de vie ; peu importe. Ce qui est plus considérable, c’est que, émigré dès 1906 aux États-Unis avec sa famille pour fuir les pogroms qui sévissaient alors en Russie, il se tailla rapidement un nom comme futuriste, iconoclaste, moderniste échevelé, ce dès les années 1915. Quelques années d’immense célébrité, puis il se réfugia dans l’enseignement ; l’ancien enfant terrible était devenu un has been, et sa musique oubliée. Ce n’est que dans les années 1970 que l’on se pencha un peu sur son répertoire, sans toutefois jamais lui accorder la place qui lui revenait pourtant de droit. Il est vrai que son style est totalement inclassable ; ses deux premières Sonates pour violon et piano, écrites à quelques mois d’intervalle aux alentours de 1915, témoignent d’un extravagant éventail de genres, puisque la Première, classique en diable, semble héritée de Franck, tandis que la Seconde rompt avec tous les canevas et déroule un avant-gardisme total. La Troisième, en un seul mouvement, accepte certains héritages thématiques hébraïques – ainsi que, on s’en sera douté, la Fantaisie hébraïque, écrite pour le cinquantième anniversaire d’Einstein en 1929. Einstein, paraît-il, tournait les pages pendant le concert privé au cours duquel l’ouvrage fut créé. Quant aux pièces pour flûte et piano, elles ont été assemblées par le fils d’Ornstein. Ce sont des partitions de la « seconde période » du compositeur, qui avait cessé d’écrire entre les années 30 et les années 60 ! Un style très fluide, mélodique, dénué de toute référence à son existence préalable d’avant-gardiste ; ce serait plutôt chez Debussy ou Ravel qu’il faudrait chercher. © SM/Qobuz
10,79 €

Classique - Paru le 1 février 2017 | Brilliant Classics

8,09 €

Classique - Paru le 1 février 2017 | Brilliant Classics

Livret
8,09 €

Classique - Paru le 1 février 2017 | Brilliant Classics

Livret
8,09 €

Classique - Paru le 1 février 2017 | Brilliant Classics

Livret
Non, non, Fumagalli n’est pas un irréductible Gaulois qui fume des Gauloises, mais le nom d’un digne compositeur du prénom de Polibio, et qui naquit en 1830 pour s’éteindre en 1900 tout rond. Ce n’est pas initialement avec un instrument à mille tuyaux qu’il se fit une renommée, mais avec des pièces pour tuyau solo, la flûte, en l’occurrence des fantaisies et variations sur des airs célèbres d’opéra – une grande source de revenus pour les éditeurs autant que les compositeurs en ces temps. Cela dit, il se tourna assez rapidement vers l’orgue, et après un poste de titulaire à Milan, il se vit offrir en 1873 la chaire de professeur d’orgue au Conservatoire de la même ville. C’est à ce moment qu’il commença à composer un grand nombre d’œuvres pour orgue, plus précisément l’orgue à vocation « symphonique », comme les deux instruments que joue ici Marco Ruggeri : celui de Vaprio d’Adda, près de Milan, construit en 1885 par Giuseppe Bernasconi – un facteur que Fumagalli appréciait beaucoup – et, plus moderne dans la conception sonore, celui de Vercelli – une bourgade à mi-chemin entre Turin et Milan –, construit par Pietro Bernasconi en 1892. À l’auditeur de déceler les mille et une différences d’un orgue à l’autre, et aussi les différences dans le style de composition puisque Fumagalli avait opéré quelques changements radicaux dans sa manière d’écrire après la visite de Saint-Saëns à Milan, qui avait quelque peu raillé les manquements des premiers instruments italiens. © SM/Qobuz
20,24 €

Musique vocale sacrée - Paru le 1 février 2017 | Brilliant Classics

Ah ça ! Si vous aimez les Stabat Mater, vous allez être servi : voici quelque quatorze heures de musique, exclusivement des Stabat Mater, enregistrés par tout une pléthore d’artistes en tout genre. On va du plus ancien au plus récent, du plus célèbre au plus confidentiel : alphabétiquement Boccherini, Bononcini, Caldara, Dvořák, Haydn, Howells, Lachner, Liszt, Mayr, Nystedt, Palestrina, Pärt, Pergolesi, Perosi, Poulenc, Rossini, Scarlatti père et fils, Schubert, Stanford, Steffani, Szymanowsi, Verdi et Vivaldi. Qui dit mieux… Parmi les interprètes, citons René Clemencic, The Sixteen de Harry Christopher, le Chœur de Stuttgart, l’Orchestre d’état de Hongrie, l’Orchestre de Washington, l’Orchestre de Bornemouth, le Chœur national polonais, Michel Piquemal, l’Orchestre de la Radio de Stuttgart – un peu toute la planète donc, qui s’est réunie pour un album « pour en finir avec les Stabat Mater ». © SM/Qobuz
10,79 €
8,09 €

Classique - Paru le 6 janvier 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res Livret