Les albums

1114 albums triés par Date : du plus récent au moins récent
8,09 €

Classique - À paraître le 1 novembre 2017 | Brilliant Classics

Livret
8,09 €

Classique - À paraître le 1 novembre 2017 | Brilliant Classics

Livret
Autour du pianiste florentin Matteo Fossi, une belle poignée de solistes italiens se relaient pour nous offrir cette intégrale de la musique de chambre de Poulenc, un genre qu’il a abordé de manière éclectique et intermittente. On y trouve des formations « classiques » telles que deux pianos ou piano à quatre mains, piano et violoncelle, flûte et piano (sans doute son œuvre la plus célèbre dans le domaine chambriste), violon et piano, clarinette et piano, puis des choses bien plus inhabituelles – et si intensément françaises – comme le trio pour cor, trompette et trombone, le sextuor pour piano et quintette à vents, et d’autres de la même eau. On ne peut que regretter que le compositeur se pencha si peu sur le format, même si la majorité des pièces sont de véritables chefs-d’œuvre (ce qui vaut toujours mieux que de produire des tombereaux de nanars…), dans lesquels simplicité, facétie, spontanéité et transparence alternent – surtout dans les ouvrages les plus tardifs – avec cette profondeur recueillie que l’on trouve dans ses grandes fresques sacrées. © SM/Qobuz
10,79 €
8,09 €

Classique - À paraître le 1 novembre 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res Livret
8,09 €

Classique - À paraître le 1 novembre 2017 | Brilliant Classics

Livret
8,09 €

Classique - À paraître le 1 novembre 2017 | Brilliant Classics

Livret
La Sonate pour violoncelle seul de Kodály reste l’un des sommets de la littérature pour l’instrument, aux côtés bien sûr de Bach et, plus tard seulement, de Britten, Hindemith, Bloch, Dutilleux et quelques autres. L’une des caractéristiques majeures de cette œuvre de 1915 est qu’elle oblige le soliste à un exercice périlleux qu’est la « scordattura » : en l’occurrence, deux des cordes de l’instrument sont accordées différemment de l’habitude, le forçant à jouer une position qui donne une autre note que ce qu’il attendrait – un peu comme si, sur le levier de vitesse, les deuxième et quatrième habituelles, par exemple, enclencheraient respectivement la cinquième et la première. Le principe n’est pas d’emm…nuyer l’instrumentiste, mais de trouver d’autres notes « à vide », de favoriser d’autres doubles-cordes, une autre étendue, et une tout autre sonorité. Et dans ce cas précis, Kodály a su découvrir tout un monde sonore nouveau du violoncelle, troublant, remarquable et infiniment profond. Le violoncelliste hongrois István Várdai, qui remporta en 2008 le prestigieux Prix de Genève et, dans la foulée, tout une brochette d’autres distinctions de la même eau, complète son album avec la Sonate Op. 4, pour violoncelle et piano de 1910 (créée à Paris par Bartók au piano…), qui a ceci de singulier qu’elle ne comporte pas de premier mouvement – là où d’habitude les œuvres inachevées n’ont pas de dernier mouvement ! La chose est simple : il existait un « premier » mouvement, mais le compositeur l’a abandonné, de sorte que l’on entre directement dans la Fantaisie qui faisait office de deuxième. Várdai et Klara Würtz au piano nous offrent également quelques petites pièces dont la Sonatine de 1922 qui devait être l’ultime grande œuvre de musique de chambre du compositeur. © SM/Qobuz
8,09 €

Classique - À paraître le 1 novembre 2017 | Brilliant Classics

10,79 €
8,09 €

Classique - À paraître le 1 novembre 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res Livret
10,79 €
8,09 €

Classique - À paraître le 1 novembre 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res
20,24 €

Classique - À paraître le 1 novembre 2017 | Brilliant Classics

8,09 €

Classique - Paru le 1 octobre 2017 | Brilliant Classics

Livret
Sur les quelque cent-cinquante-quatre Sonnets de Shakespeare qui nous sont parvenus, Castenuovo-Tedesco en a mis en musique trente deux, entre 1944 et 1947 pour la plupart, en 1963 pour les quatre derniers : la majorité pour voix solo (soprano, ténor ou baryton) et piano, et trois pour ensemble vocal. Voici apparemment la première intégrale discographique, dans les gosiers de trois solistes italiens : la soprano Valentina Coladonato, le ténor Mirko Guadagnini et le baryton Filipp Bettoschi. Si ce ne sont pas les voix du siècle, ce sont là de solides musiciens qui savent transmettre le singulier langage de Casteluovo-Tedesco, fait de lyrisme à l’italienne mêlé des accents anglais des Sonnets – une musique singulière, inclassable, mais qui mérite amplement d’être découverte après quelque cinquante années d’oubli dans un fonds de bibliothèque, et ce d’autant plus que le malheureux compositeur se trouve de nos jours ravalé au rang de simple compositeur pour guitare. Lui qui peut s’enorgueillir d’un catalogue de plus de deux cent opus, dont des oratorios, des symphonies, des concertos, des opéras, de la musique de chambre à foison, des pièces pour piano ou encore pour orgue ! © SM/Qobuz
8,09 €

Classique - Paru le 1 octobre 2017 | Brilliant Classics

Livret
20,24 €

Classique - Paru le 1 octobre 2017 | Brilliant Classics

10,79 €
8,09 €

Classique - Paru le 1 octobre 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res Livret
8,09 €

Classique - Paru le 1 octobre 2017 | Brilliant Classics

Livret