Artistes similaires

Les albums

14,29 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2010 | Verve

Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Dans ce nouvel album, Tigran Hamasyan propose un vibrant recueil de pièces pour piano solo, merveilleusement lyriques, qui vont de compositions délicatement ciselées à des performances dynamiques alliant diversité rythmique et harmonique. La plupart des titres sont des compositions originales et puisent leur inspiration tant dans le répertoire populaire que dans la poésie arménienne.
17,48 €
12,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Emarcy

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
Deux ans après A Fable, Tigran revient avec Shadow Theater, disque résolument jazz mais influencé par la pop, où l'on devine plusieurs obsessions du pianiste, de Madlib à Sigur Rós en passant par Steve Reich (et pourquoi pas même Aufgang ou Chassol). Loin des clichés, Shadow Theater explore les expérimentations vocales, la musique minimaliste et parfois même l'électronique. A 26 ans, une nouvelle étape majeure pour ce musicien toujours inventif et innovant.
20,00 €
13,99 €

Jazz - Paru le 4 septembre 2015 | ECM Records

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Qobuzissime - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Pour sa première publication sur le label ECM, Tigran Hamasyan signe un album unique et plutôt éloigné des sentiers sur lesquels on le croisait jusqu’ici. Avec Luys i Luso (Lumière de la Lumière), le prodige de 27 ans s'engage dans une exploration extra-ordinaire de la musique religieuse arménienne. Il a sélectionné des hymnes et des sharakans (chants liturgiques de l’Arménie) les arrangeant pour voix et piano. Des musiques nées entre le Ve et le XIXe siècle et qui trouvent ici une expression nouvelle et dramatique grâce à la force d’imagination et d’improvisation de celui qui ébranle la jazzosphère depuis plusieurs années, ainsi qu’à l’interprétation engagée du Yerevan State Chamber Choir, le principal chœur en Arménie. Produit par Manfred Eicher d’ECM, Luys i Luso a été enregistré à Yerevan en octobre 2014, et paraît en 2015, année commémorant les cent ans du génocide arménien. C’est évidemment une nouvelle pièce singulière et majeure dans le vaste puzzle Tigran Hamasyan, jazzman pluriel capable de revisiter un standard de Thelonious Monk ou une chanson de Led Zeppelin ! Et par-delà le devoir de mémoire que constitue Luys i Luso pour le jeune pianiste, cet album est une collection fascinante et brillamment pensée qui aborde ce répertoire avec une grande originalité. Un grand Qobuzissime ! © MD/Qobuz
2,26 €
1,68 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Classics Jazz France

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Voici un titre pour promouvoir le cinquième album studio de Tigran Hamasyan (qui sort le 26 août) , pianiste de jazz arménien adoubé par Herbie Hancock et Chick Corea, mais aussi lauréat des Victoires du Jazz 2011 avec son album A Fable, catégorie album international de production française. Deux ans plus tard, Tigran revient avec Shadow Theater, disque résolument jazz mais influencé par la pop, où l'on devine plusieurs obsessions du pianiste, de Madlib à Sigur Rós en passant par Steve Reich (et pourquoi pas même Aufgang ou Chassol). Loin des clichés, Shadow Theater explore les expérimentations vocales, la musique minimaliste et parfois même l'électronique. Une nouvelle étape pour ce musicien de 26 ans toujours inventif et innovant !
2,26 €
1,68 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Classics Jazz France

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
5,19 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2011 | Classics Jazz France

5,19 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Emarcy

12,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Classics Jazz France

Livret
17,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 31 mars 2017 | Nonesuch

Hi-Res Livret
A 29 ans seulement, Tigran Hamasyan semble avoir déjà la carrière d’un vieux routier. Ebouriffant et rythmiquement hallucinant, le pianiste arménien n’est pas un singe savant qui pianotait vainement à seulement 3 ans. Aussi à l’aise chez Thelonious Monk que Led Zeppelin, il conçoit aujourd’hui un jazz - parfois rock - inspiré et furibard qui n’empêche jamais le lyrisme de sa poésie pointer le bout de son nez. Juste fou ! Son arme ? L’armurerie complète ! Tout ce qui lui passe sous la main. Le piano solo, en quartet où résonnent un duduk et une zurna, avec son groupe ARatta Rebirth où les sonorités néo-métalliques peuvent agripper violemment les oreilles et la voix sensuelles de la chanteuse Areni les caresse avec grâce, Tigran est bluffant quoi qu’il fasse… Six ans après A Fable, il repasse l’épreuve du feu du piano solo. Avec An Ancient Observer qu’il publie chez Nonesuch, l’Arménien volant revient à ses fondamentaux. A l’essence même de son art pluriel. Au cœur de tous les sons qui nourrissent son jazz atypique. Mais il se plonge aussi dans une réflexion personnelle sur son temps. « Ces morceaux sont pour moi le résultat d’une observation du monde qui nous entoure, une traduction musicale de ça. Un monde dans lequel chacun d’entre nous porte le poids de l’Histoire sur ses épaules. » Dix compositions qui poussent plus loin encore la conception unique de l’utilisation du piano, de son corps et de sa voix. Ainsi, An Ancient Observer oscille entre thèmes entièrement écrits et ceux laissant une large place à l’improvisation pour être à l’arrivée une œuvre protéiforme virtuose mais surtout empreinte d’une grande poésie. © MD/Qobuz
14,99 €

Jazz - Paru le 31 mars 2017 | Nonesuch

Livret
A 29 ans seulement, Tigran Hamasyan semble avoir déjà la carrière d’un vieux routier. Ebouriffant et rythmiquement hallucinant, le pianiste arménien n’est pas un singe savant qui pianotait vainement à seulement 3 ans. Aussi à l’aise chez Thelonious Monk que Led Zeppelin, il conçoit aujourd’hui un jazz - parfois rock - inspiré et furibard qui n’empêche jamais le lyrisme de sa poésie pointer le bout de son nez. Juste fou ! Son arme ? L’armurerie complète ! Tout ce qui lui passe sous la main. Le piano solo, en quartet où résonnent un duduk et une zurna, avec son groupe ARatta Rebirth où les sonorités néo-métalliques peuvent agripper violemment les oreilles et la voix sensuelles de la chanteuse Areni les caresse avec grâce, Tigran est bluffant quoi qu’il fasse… Six ans après A Fable, il repasse l’épreuve du feu du piano solo. Avec An Ancient Observer qu’il publie chez Nonesuch, l’Arménien volant revient à ses fondamentaux. A l’essence même de son art pluriel. Au cœur de tous les sons qui nourrissent son jazz atypique. Mais il se plonge aussi dans une réflexion personnelle sur son temps. « Ces morceaux sont pour moi le résultat d’une observation du monde qui nous entoure, une traduction musicale de ça. Un monde dans lequel chacun d’entre nous porte le poids de l’Histoire sur ses épaules. » Dix compositions qui poussent plus loin encore la conception unique de l’utilisation du piano, de son corps et de sa voix. Ainsi, An Ancient Observer oscille entre thèmes entièrement écrits et ceux laissant une large place à l’improvisation pour être à l’arrivée une œuvre protéiforme virtuose mais surtout empreinte d’une grande poésie. © MD/Qobuz
2,29 €

Jazz - Paru le 23 février 2017 | Nonesuch

2,29 €

Jazz - Paru le 15 décembre 2016 | Nonesuch

14,99 €

Jazz - Paru le 27 janvier 2015 | Nonesuch

Livret
19,49 €
16,99 €

Jazz - Paru le 23 janvier 2015 | Nonesuch

Hi-Res Livret
19,49 €
16,99 €

Jazz - Paru le 23 janvier 2015 | Nonesuch

Hi-Res Livret
Dans Mockroot, Tigran Hamasyan propose des orchestrations concises et bien pensées. On peut en effet bien parler d’orchestration même si la formation se réduit au quatuor piano-voix-basse-batterie. Mais ici, pas de supériorité vocale, la voix est traitée comme un instrument au même titre que le piano, et double la ligne mélodique sans parole sur une simple voyelle. Kars 1 revigore par son style fusion jazz-rock avec des riffs de piano dignes d’une bonne guitare saturée, bien épaulés par la basse de Sam Minaie et la batterie d’Arthur Hnatek. L’album sort chez Nonesuch, label d’autres grands du jazz comme Pat Metheny ou Joshua Redman, et Tigran Hamasyan maintient admirablement bien le niveau par la justesse de son jazz. © HR/Qobuz

L'interprète

Tigran Hamasyan dans le magazine