Artistes similaires

Les albums

8,99 €

Musique vocale profane - Paru le 10 juin 2016 | GB Records

Distinctions 5 de Diapason
« [...] Ohana, Sciarrino et Fénelon ont compté parmi les madrigalistes les plus convaincants de ces dernières décennies. Mais aujourd’hui, nul n’a plus d’affinité avec ce genre que Gavin Bryars. [...] De 2009 à 2013, Bryars élabore son Livre V pour le sextuor allemand Singer Pur, dans le cadre inspirant de la villa I Tatti (l’antenne toscane de la Harvard University américaine). Les I Tatti Madrigals forment un cycle puissamment architecturé : portés par une polyphonie dense mais translucide (pour soprano, trois ténors, baryton et basse a cappella), onze poèmes renaissants de Pétrarque, Michel Ange, Bronzino et Battiferri nouent un somptueux dialogue rhétorique, riche d’évocations et d’émotions. La forme madrigalesque "classique" est rigoureusement respectée [...] Si l’héritage de Monteverdi et Gesualdo transparaît souvent [...], c’est l’actualité d’une écriture musicale mise au service d’un langage poétique intemporel qui devient ici manifeste. Elle est magnifiée par six merveilleux chanteurs, aussi performants qu’investis. La cohésion et la justesse de leur intonation forcent l’admiration, tout comme la beauté et la pureté de leurs timbres. [...] (Diapason, novembre 2017 / Denis Morrier)
17,99 €

Classique - Paru le 5 mars 2013 | Oehms Classics

Livret
9,99 €

Classique - Paru le 29 septembre 2009 | Ars Musici

9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2006 | Oehms Classics

9,99 €

Classique - Paru le 3 juillet 2012 | Oehms Classics

Livret
9,99 €

Classique - Paru le 17 mars 2017 | Oehms Classics

Livret
Singer Pur n’est pas, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, un groupe vocal originaire de Singapour, mais un ensemble tout ce qu’il y a d’allemand. Et il ne faut surtout pas s’arrêter à la première piste de cet album, Story de John Cage, où les voix ne sont utilisées que pour des onomatopées et des bribes de phrases : Singer Pur chante toutes les musiques, de l’époque médiévale jusqu’à des œuvres dont l’encre n’est pas encore sèche. On découvre ici un éventail complet de leur art, mais dans le monde des contes de fées, des mythes, des légendes, des contes en tout genre, de Queste non son più lagrime de Giaches de Wert, écrit en 1571 sur un texte de l’Arioste, jusqu’à Max und Moritz de Wolf Kerschek (*1969), une farce vocale de 2015 d’après la célébrissime (du moins célébrissime dans la sphère germanophone) histoire de Max et Moritz, l’une des plus géniales bandes dessinées de Wilhelm Busch datant de 1865. Avec, entre ces deux extrêmes, des pièces traditionnelles irlandaises, nord-américaines, nordiques, ainsi que le délicieux Cocou dans le poirier de Ligeti, l’un de ses Nonsense Madrigals des années 1990 conçus pour les King’s Singers : c’est là l’une des choses les plus difficiles qui soient à chanter, du moins à chanter juste, Ligeti se faisant un malin plaisir de dérouler des harmonies presque consonantes mais, en réalité, totalement déviantes et perfides. © SM/Qobuz
9,99 €

Classique - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

Livret
9,99 €

Classique - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

9,99 €

Classique - Paru le 6 novembre 2015 | Oehms Classics

Livret
9,99 €

Classique - Paru le 6 août 2013 | Oehms Classics

Livret
17,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2011 | Ars Musici

9,99 €

Classique - Paru le 17 novembre 2009 | Ars Musici