Artistes similaires

Les albums

12,99 €

Bandes originales de films - Paru le 1 novembre 2008 | Varese Sarabande

5,99 €

Musique symphonique - Paru le 19 mars 2012 | Naxos

Livret
8572986 Tony Banks (né en 1950), claviériste et fondateur du groupe de rock anglais Genesis, a déjà composé pour orchestre, notamment l'oeuvre Seven, admirée pour ses qualités mélodiques, proches parfois de Vaughan Williams. Sa nouvelle oeuvre consiste en six mélodies sans paroles qui qui évoquent tour à tout la séduction, l'évasion, l'héroïsme, la quête, la décision et le but. Deux des pièces sont pour instrument solo (sax alto pour Siren et violon pour Blade), jouées ici par les solistes d'exception Martin Robertson et Charlie Stern. Siren - Still Waters - Blade - Wild Pilgrimage - The Oracle - City of Gold / Charlie Siem, violon - Martin Robertson, saxophone alto - The City of Prague Philharmonic Orchestra - Paul Englishby, direction La « musique légère » anglaise est véritablement une catégorie à part ; ce serait, en quelque sorte, la contrepartie musicale de la comédie cinématographique britannique, tirée à quatre épingles, impeccablement architecturée, riche de thèmes mémorables, harmonisées à la perfection, et somme toute bien moins simple qu’on pourrait le croire à la première audition. Eric Coates, Albert Ketelbey ou Haydn Wood sont parmi les plus célèbres, mais la liste serait bien trop longue – et, hélas, on ne les connaît guère en France. Par contre, il est fort possible que l’on connaisse celui de Tony Banks dont les pièces sont ici présentées. C’est que, avant de devenir compositeur « sérieux » de musique légère, il s’est fait une renommée planétaire en tant que membre fondateur du groupe de rock progressif Genesis ! Eh oui… ce n’est pas le premier musicien de rock chatouillé par la plume de la musique écrite d’essence symphonique, mais peut-être est-ce le plus sincère et le plus inspiré.     Certes, il confie l’orchestration de ses pièces à son compère Paul Englishby, qui dirige également l’orchestre pour cet enregistrement – et pourquoi pas ? Après tout, Bernstein n’a pas orchestré West Side Story, ni Gershwin sa Rhapsody in Blue, ni même Fauré son Requiem dans la version la plus jouée – mais la musique est bien de lui, de bout en bout.     Tony Banks a déjà composé pour orchestre, notamment l'œuvre Seven, admirée pour ses qualités mélodiques, proches parfois de Vaughan Williams. Sa nouvelle œuvre consiste en six mélodies sans paroles qui évoquent tour à tour la séduction, l'évasion, l'héroïsme, la quête, la décision et le but. Deux des pièces sont pour instrument solo (sax alto pour Siren et violon pour Blade), jouées ici par les solistes d'exception Martin Robertson et Charlie Stern. Mélodies amples, assez cinématographiques, pas du tout rock’n’rollesques, harmonies modales tirant tantôt sur le debussyste, tantôt sur le gaélique, voilà de quoi ravir les inconditionnels de Banks, ainsi que les amateurs de bonne musique légère.