Artistes similaires

Les albums

11,99 €

Classique - Paru le 3 juin 2016 | PentaTone

Livret Distinctions 5 de Diapason
Enfant terrible du violoncelle planétaire, Matt Haimowitz préfère depuis bien longtemps dérouler sa carrière – qui aurait pu être celle de monsieur-tout-le-monde-star-internationale – dans des lieux inhabituels, avec des partenaires inattendus, pour des programmes refusant les catalogues et les traditions. Il a même fondé son propre label, Oxingale, après être parti de la DGG où les programmations lui semblaient bien trop « moi-aussi ». Le voilà pourtant dans deux grands ouvrages du répertoire, la Sonate « Arpeggione » de Schubert, qu’il joue évidemment au violoncelle et non pas à l’arpeggione (avec le merveilleusement délicat Itamar Golan au piano…), puis le monumental Quintette avec deux violoncelles pour lequel il rejoint le Quatuor Miró. Deux interprétations dans lesquelles, comme à son habitude, Haimowitz sait à la fois se retirer derrière les feux de l’ouvrage tout en jouant les feux d’artifice de son violoncelle jusqu’au bout des notes.
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 3 février 2015 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Inclassable violoncelliste-star Matt Haimovitz (* 1970) : après une première décennie comme soliste sur la grande scène internationale, et comme artiste de la DGG où il entra dès l’âge de dix-sept ans, il décida de s’éloigner de ce monde trop formaté pour explorer d’autres répertoires – jazz, rock, pop, folk, crossover… – et d’autres lieux de concert : bars, cafés, clubs underground, restaurants, petites salles paumées à la campagne, pour y apporter les Suites de Bach et autres grands monuments à un public moins standardisé. Depuis 1999, son propre label discographique propose des œuvres différentes, des artistes moins marketés, et des visions inhabituelles du répertoire. C’est dans cet esprit quasiment frondeur qu’il nous offre l’intégralité des sonates et variations de Beethoven pour violoncelle et piano, ici jouées sur un pianoforte Thomas Broadwood de 1823, un modèle similaire à celui que le facteur offrit à Beethoven en 1817. Sonorités boisées de part et d’autre, pour une lecture hardie et beethovenienne, sans affectation ampoulée, de ces sublimes sonates.© SM/Qobuz
35,96 €
23,96 €

Musique de chambre - Paru le 29 septembre 2017 | PentaTone

Hi-Res Livret
De quelle « troïka » s’agit-il ici, ce n’est pas précisé, mais on peut imaginer deux possibilités : l’album reprend le titre de la Troïka extraite de la suite de Lieutenant Kijé de Prokofiev, ladite troïka étant alors un traîneau à la russe tiré par trois chevaux – d’où le nom. Mais cela peut aussi se référer au triumvirat que représentent les trois grands compositeurs russes que furent Rachmaninov, Prokofiev et Chostakovitch, chacun ici représenté par une sonate pour violoncelle et piano. Ou les-deux-mon-général… Toujours est-il que le violoncelliste Matt Haimovitz et son complice-pianiste Christopher O’Riley nous offrent là un superbe éventail d’œuvres majeures, complété par quelques perles dont certaines assez noires : la transcription explosive pour violoncelle et piano (signée des deux interprètes) de Virgin Prayer: Put Putin Away qui valut à trois des membres du groupe Pussy Riot, auteur de ce blasphème punk, quelques temps en camp de travail ; ainsi qu’une transcription de la chanson Back in the USSR des Beatles et une autre du célèbre chanteur de rock russe Viktor Tsoi. Haimovitz, connu pour ses incursions dans les domaines les moins classiques, ne déroge donc pas à sa règle – ce qui n’empêche pas l’extraordinaire qualité musicale de cet album, bien évidemment. © SM/Qobuz
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 2 septembre 2016 | PentaTone

Hi-Res Livret
Jamais à court d’idées originales, le violoncelliste Matt Haimovitz a décidé de nous présenter un mouvement de chacune des Six Suites pour violoncelle de Bach entremêlés, mouvement pour mouvement, de six œuvres contemporaines écrites pour lui. L’ouverture est signée Philip Glass (même si les glassophiles reconnaîtront avec une certaine difficulté le style « minimaliste » habituel du compositeur, qui s’est ici essayé à un ample exercice polyphonique – très réussi, d’ailleurs), les noms des cinq autres compositeurs restent moins connus de ce côté de l’Atlantique ; mais tous écrivent dans un style résolument « musical », sans se préoccuper de l’avant-garde des années 1970 désormais reléguée dans le passé… Aucune de ces nouvelles pièces ne cherche à broder autour de Bach, même si chacun des compositeurs savait quel mouvement de Bach précédait et suivait sa propre composition – difficile voisinage ! Mais Haimovitz nous a habitués à ses iconoclasies et l’on ne peut que saluer sa capacité à secouer les cocotiers – en plus de celle de remuer l’archet avec un talent diabolique. © SM/Qobuz
11,99 €

Classique - Paru le 5 février 2016 | PentaTone

Livret
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2015 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Quelques années seulement après son premier enregistrement des Suites pour violoncelle de Bach, Matt Haimovitz a eu la tentation de recommencer, mais sans recommencer. Pour ce second enregistrement daté de 2015, il a choisi de « retourner » au manuscrit de la main d’Anna Magdalena Bach – sachant que l’autographe du compositeur a disparu – plutôt qu’aux diverses éditions établies depuis des décennies et qui ont toutes la fâcheuse manie de modifier les données, en particulier en ce qui concerne les articulations, la conduite des « voix », les phrasés. Les auditeurs habitués aux enregistrements les plus fameux du passé entendront sans nul doute la différence ; d’autant que Haimovitz utilise un violoncelle baroque – avec archet baroque, cordes à l’ancienne, chevalet du temps jadis etc. – et même, pour la Sixième Suite, il joue non pas le violoncelle « normal » mais un violoncello piccolo, avec cinq cordes au lieu des quatre habituelles, pour une sonorité bien plus sopranisante dans les aigus. Découvrez l’évangile violoncellistique selon Anna Magdalena ! © SM/Qobuz
11,99 €

Classique - Paru le 7 août 2015 | PentaTone

Livret
Plus de vingt compositeurs contemporains, dont quinze sont encore en vie, dix œuvres en première discographique mondiale : une véritable Tour de Babel du violoncelle solo, car Matt Haimowitz n’hésite pas à juxtaposer Luciano Berio et John Lennon, Ned Rorem et Jimi Hendrix, du blues avant-gardiste et Luigi Dallapiccola, des inconnus (du moins inconnus du public français) et Ligeti ou Carter, l’Amérique du Nord et la vieille Europe. Inclassable et génial violoncelliste qui refuse de se laisser enfermer dans les écoles et les courants, les modes et le musicalement correct ! Et comme dans la Tour de Babel, Haimowitz a réussi à unifier les divers langages autour de la parole de son unique violoncelle, de sorte que tout semble converger vers un seul et même but, l’émotion musicale sous toutes ses formes. À la différence notable de la Tour de Babel biblique, par contre, il ne se trouve aucune force qui réussira à brouiller, voire à fâcher, les divers courants. Non, personne n’ira affirmer que « toutes les musiques se valent » mais sous les doigts d’un seul et même interprète, tous les langages ont quelque chose à dire, dans un idiome commun. © SM/Qobuz
9,99 €

Classique - Paru le 5 mars 2013 | Albany

Livret
9,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2011 | TransArt

9,99 €

Classique - Paru le 3 décembre 2010 | Oxingale Records

9,99 €

Classique - Paru le 6 novembre 2007 | Oxingale Records

9,99 €

Classique - Paru le 4 avril 2006 | Oxingale Records

34,44 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Deutsche Grammophon (DG)

9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2003 | TransArt

Haydn : Concertos pour violoncelle et orchestre, Hob.VII b.1 et Hob.VIIb.2 - Mozart : Concerto pour violoncelle et orchestre en ré majeur, K. 285d / Matt Haimovitz, violoncelle - Orchestre de Bretagne, dir. Stefan Sanderling
12,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1989 | Deutsche Grammophon (DG)