Artistes similaires

Les albums

14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 6 octobre 2017 | Glossa

Hi-Res Livret
Filippo Mineccia et Raffaele Pe – deux des contre-ténors actuels les plus éblouissants – se rencontrent dans A due alti pour nous proposer un récital enivrant de duettos baroques. L’écoute du disque nous révèle, entre autres, que Handel n’était pas le seul à composer des chefs-d’œuvre pour ce genre qui contenait tout le baroque, ses drames et ses charmes, dans l’intimité d’une miniature. La qualité de ces merveilles se reflète dans l’intérêt croissant du marché discographique (et du public !) pour les autres compositeurs présents dans cet album : Steffani, Bononcini, Caresana et Marcello. L’engouement, à partir de 1680, des cercles aristocratiques pour ces duettos était tel que même les princesses voulant augmenter leur brillance en commandaient ! L’enthousiasme était à son comble surtout en Italie et dans les territoires allemands, où des compositeurs d’opéra comme les rivaux londoniens, Handel et Bononcini, succombèrent à ce genre avec la même passion que certains virulents détracteurs de l’opéra, Benedetto Marcello entre autres. Quelqu’en soit le compositeur, il y réconciliait la sensualité méditerranéenne des lignes vocales avec le goût pour le contrepoint propre à l’Europe du Nord. Avec les voix de Pe et Mineccia, se mêlant ou s’opposant selon les nécessités dramatiques des œuvres, Claudo Cavina imprègne ces musiques de sa sensibilité innée puis façonnée par une expérience exceptionnelle au sein et à la tête de La Venexiana. Stefano Russomanno s’immerge dans l’histoire du duetto vocal et nous offre un essai fascinant pour le livret qui accompagne le chant onctueux des deux contre-ténors. © Glossa
9,99 €

Classique - Paru le 5 mai 2017 | Pan Classics

Livret
Si, au cours du XVIIIe siècle, on avait demandé au mélomane allemand et italien averti qui étaient parmi les librettistes et compositeurs les plus célèbres, on peut gager que parmi les réponses les plus fréquentes auraient figuré Johann Adolf Hasse pour la musique, Pietro Mestastasio pour le texte. Si ce dernier reste raisonnablement connu de nos jours, ce n’est pas tant pour son association avec son ami Hasse – les compères co-signèrent quand même quelque trente opéras ! – que pour son apparition dans des partitions de Mozart, Gluck, Porpora, Caldara, et même Schubert et Beethoven pour quelques Lieder. Tandis que le nom de Hasse n’a pas vraiment survécu aux insultes du temps… Il est donc sans doute grand temps de rendre à ce personnage sa place dans le concert des nations. Au-delà du domaine purement lyrique, Hasse et Metastasio ont également produit quelques cantates de chambre, d’exquises pièces de musique pure destinées à faire briller la virtuosité des solistes de l’époque. Le contreténor Filippo Mineccia, un nom avec lequel il faut désormais compter sur la scène baroque, a choisi quatre cantates de Hasse et Metastasio, dont les sujets empruntent à ce pan de la mythologie grecque qui traite de sujets pastoraux, « arcadiens », avec des bergers aussi innocents qu’heureux et insouciants, dans un genre légèrement précieux qu’affectionnait fort l’aristocratie des XVIIe et XVIIIe siècle. © SM/Qobuz
9,99 €

Classique - Paru le 28 octobre 2016 | Pan Classics

Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 29 janvier 2016 | Glossa

Hi-Res Livret