Artistes similaires

Les albums

20,99 €
13,99 €

Classique - Paru le 21 octobre 2013 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
C'est la rare version de Dardanus revue en 1744 par Rameau que Raphaël Pichon nous propose ici. Enregistrée en concert à l'Opéra Royal de Versailles, après avoir été présentée au Festival de Beaune, elle est animée de bout en bout par la direction vigoureuse du jeune chef avec un plateau aux mérites divers. La belle voix de ténor de Bernard Richter, assorti d'une impeccable diction, fait ici merveille, même si le style passionné de son chant est quelquefois un peu trop romantique. Alain Buet, Gaëlle Arquez, Sabine Devieilhe complètent cette distribution. La partition de Rameau regorge de pages admirables, dans une instrumentation pleine d'heureuses trouvailles (le basson de "Lieux funestes" ou les flûtes gazouillant dans l'ariette "Amour, Amour" au IVe acte) qui sont soigneusement mises en valeur par l'Ensemble Pygmalion sous la direction de Raphaël Pichon. Le moment éphémère du concert est ainsi heureusement prolongé par le disque. FH
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 17 septembre 2012 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
La genèse de cette « Grand-Messe » demeure encore aujourd’hui en partie mystérieuse. Après avoir joué et enregistré pendant plusieurs années les Messes dites « luthériennes » (BWV 233 à 236) avec l’ensemble Pygmalion, Alpha propose ici la version primitive de la Messe en si mineur BWV 232, autrement dit la « cinquième Messe Brève », ne comportant que le Kyrie et le Gloria, portant donc l’appellation de Missa, et écrite en 1733 à l’intention du Prince électeur de Saxe installé à Dresde. Version presque inédite, cet enregistrement clôt le cycle des Messes Brèves de manière spectaculaire et confirme la qualité technique et artistique du jeune ensemble Pygmalion.
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 20 septembre 2010 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
Dirigé par Raphaël Pichon, l’Ensemble Pygmalion poursuit son exploration des Messes brèves de Bach (BWV 233 & 236), dans la même esthétique. Textures allégées, lisibilité parfaite de la polyphonie instrumentale, et une conduite du discours influencée par les rythmes de danses (Domine Deus). Le premier volume (BWV 234 & 235) avait obtenu il y a deux ans les récompenses de la presse spécialisée.
26,59 €
18,99 €

Classique - Paru le 27 avril 2015 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Castor et Pollux n’est certes « que » le troisième opéra de Rameau, du moins dans la version originale de 1737. Mais dix-sept ans après sa création à l’Académie royale de musique, le compositeur remet l’ouvrage sur le métier et le « modernise » considérablement : suppression de certaines sous-trames, contraction de l’action et de la musique, réécriture orchestrale bien plus éclatante. Car en 1754, les modes ont changé, la Querelle des bouffons est passée par là et Rameau cherche à réaffirmer le caractère intimement français de sa musique dramatique, en opposition aux légèretés importées d’Italie et soutenues par Rousseau. Rousseau qui, par ailleurs, estime que la langue française ne se prête en rien au traitement musical : « …il n'y a ni mesure ni mélodie dans la musique française, parce que la langue n'en est pas susceptible ; que le chant français n'est qu'un aboiement continuel, insupportable à toute oreille non prévenue ; que l'harmonie en est brute, sans expression et sentant uniquement son remplissage d'écolier ; que les airs français ne sont point des airs ; que le récitatif français n'est point du récitatif. D'où je conclus que les Français n'ont point de musique et n'en peuvent avoir ; ou que si jamais ils en ont une, ce sera tant pis pour eux », écrit-il dans sa Lettre sur la musique française de 1753. Erreur, mon cher Jean-Jacques, et Jean-Philippe le prouve avec éclat dès son Castor et Pollux - tandis que la postérité renverra l’affirmation rousseauiste aux oubliettes de l’Histoire hormis pour l’aspect anecdotique. C’est bien la version remaniée de 1754, dont un manuscrit fort convaincant a récemment été redécouvert, que nous donne ici Raphaël Pichon et son ensemble Pygmalion. Du beau grand opéra français de l’époque baroque tardive, et une réponse cinglante aux idioties du promeneur solitaire ! © SM/Qobuz
14,99 €

Classique - Paru le 21 octobre 2013 | Alpha

Livret
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 24 septembre 2013 | Alpha

Hi-Res Livret

L'interprète

Ensemble Pygmalion dans le magazine