Artistes similaires

Les albums

12,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 16 novembre 2012 | Sony Classical

Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles Classica - Prise de Son d'Exception
Christian Gerhaher s'impose de plus en plus comme un des grands barytons d'aujourd'hui. Chacun de ses disques est bouleversant. Après Schubert, Schumann, Mahler, Wolf et Schoeck, le voici dans un très bel enregistrement avec orchestre, sous la direction attentive et soignée de Daniel Harding. Un choix judicieux qui, à côté de deux extraits fameux de "Tannhäuser" de Wagner, propose des airs absolument splendides, extraits d'opéras méconnus de Schubert, Schumann et Nicolaï. Le moelleux de la voix, la souplesse de la ligne mélodique, la beauté de l'expression procurent un rare moment de bonheur. FH
12,99 €

Classique - Paru le 27 juin 2014 | Sony Classical

Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
On pourra toujours continuer d'écouter Hans Hotter ou Dietrich Fischer-Dieskau avec le respect que leur art nous inspire, mais nous tenons aujourd'hui, en Christian Gerhaher, un artiste de cette trempe. Son art du chant est unique grâce à ce mélange rare d'intelligence, de sensibilité et de simplicité. Nulle affectation dans sa manière de chanter ce beau choix de Lieder de Franz Schubert. Tout paraît si naturel dans son chant et dans sa diction, sans parler d'un timbre plein de charme qui vous va droit au coeur. Au piano, Gerold Huber est un partenaire à part entière qui chante sur le clavier dans une parfaite adéquation avec le chanteur. Du très grand art pour une joie sans mélange. FH
12,99 €

Classique - Paru le 16 août 2013 | Sony Classical

Distinctions 5 de Diapason
On adhère complètement au timbre clair et à la voix naturelle de Christian Gerharer, ainsi qu'à son expression simple et directe. Les poses et les artifices ne sont pas de mise ici. Cette simplicité apparente recèle pourtant des trésors de technique accomplie, au service du texte et de la musique. C'est un conteur que nous écoutons avec émerveillement dans les Lieder eines fahrenden Gesellent (Chants d'un compagnon errant), avec recueillement dans des Kindertotenlieder où règne la vraie détresse d'un père, avec compassion dans les superbes Rückert-Lieder, culminant avec la solitude voulue de l'artiste créateur dans le merveilleux Ich bin der Welt abhanden gekommen. Kent Nagano épouse ce choix de simplicité avec des tempi assez allants et une expression d'une grande sobriété. On peut certes être séduit par des interprétations plus ouvertement romantiques, mais Christian Gerhaher chante avec l'expression touchante d'un ami proche. FH
12,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 15 juin 2012 | Sony Classical

Distinctions 5 de Diapason
L'intérêt majeur de ce programme réside dans la juxtaposition de cycles aux esthétiques très éloignées. De Schönberg avec l'étonnant Das Buch der hängenden Gärten, extraordinaire livre empli de pages rêveuses, lunaires, ici comme fluidifiées par le dialogue à la fois intense et pudique entre Gerhaher et Huber, à Haydn - trois lieder d'une clarté rayonnante au sein d'un programme de tonalité plutôt sombre — en passant par les épisodes délicats et aphoristiques du Berg des Ansichtskartentexten ou la si célèbre Bien-aimée lointaine de Beethoven, cet opus explore les affres de l'amour dans le lied austro-allemand, à différentes époques charnières du genre. « S'il fallait distinguer une qualité chez Huber, c'est son empathie avec les voix : Fink, Selig et surtout Gerhaher. Depuis plus de vingt ans, les deux hommes vibrent à l'unisson pour murmurer Le Livre des jardins suspendus de Schönberg et les Altenberg-Lieder de Berg, où le piano se substitue glorieusement à l'orchestre.» (Diapason, décembre 2016 / Hélène Cao)
12,99 €

Classique - Paru le 4 mai 2012 | RCA Red Seal

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Faut-il attendre longtemps pour faire entrer le baryton allemand Christian Gerhaher dans la Discothèque idéale de Qobuz ? Sûrement pas. Son récital Schumann, enregistré en 2007, s'impose tout naturellement. C'est le Lied "Melancholie" qui donne le titre, et le ton, de ce superbe album. Avec son partenaire idéal Gerold Huber au piano, Gerhaher propose un itinéraire d'initiation au monde schumannien avec le grand Liederkreis sur des poèmes d'Eichendorff, les Lieder sur des textes d'Andersen et de Chamisso, les Sept Poèmes d'après Robert Reinick et le merveilleux cycle du Chant du Harpiste de Goethe. C'est de la simplicité que naît souvent l'émotion. La voix du baryton allemand chante avec naturel et se trouve en parfaite adéquation avec la prosodie sans artifice de Schumann. Un Liederabend raffiné à écouter avec recueillement. FH
12,99 €

Classique - Paru le 19 octobre 2009 | RCA Red Seal

Distinctions Diamant d'Opéra
14,99 €
9,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 4 mars 2016 | BR-Klassik

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« Echo de concerts donnés en 2013, ce disque rassemble des mélodies souvent jugées marginales dans la production de leurs compositeurs. [...] Dès 1760, c'est Georges Thomson, fort passionné par cette littérature gaélique, qui pressa Haydn puis Beethoven de mettre en musique des vers qu'ils n'eussent pas spontanément privilégiés. [...] Gerhaher nous promène en ces ritournelles pastorales avec une grâce et une transparence touchante. Il y a là des moments de vraie grâce (Rose weiss, Rose rot). [...] Délicieux est le Oh ! Sweet were the hours. Anton Barachovsky et Sebastian Klinger jouent le jeu du folklore avec des sonorités tantôt boisées, tantôt acides, et un vibrato hautement expressif. [...] Dans l'émission vocale, les couleurs, c'est toujours le souvenir des racines populaires qui persiste (O can ye sew suchions). [...] Ce disque discret dans un répertoire peu fréquenté est une pépite.» (Classica, avril 2016 / Sylvain Fort)
15,39 €
10,39 €

Classique - Paru le 11 septembre 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Voilà un bien joyeux mélange mozartien ! Le baryton Christian Gerhaher chante aussi bien les airs de Don Giovanni que ceux de son serviteur Leporello, Gugliemo de Cosi, Papageno, Almaviva et son valet Figaro, le tout entrecoupé des quatre mouvements de la 36e symphonie présentée dans le désordre : quatrième, deuxième, troisième et premier mouvements. Comme une sorte de pasticcio d’opéra avec insertions symphoniques… Le Freiburger Barockorchester (qui fait appel à un fortepiano plutôt qu’un clavecin pour les récitatifs) s’en donne à cœur joie, Christian Gerhaher aussi, alors malgré le jubilatoire désordre – soigneusement architecturé, en réalité – de cet album, l’auditeur aura la singulière sensation d’une parfaite continuité, sans ce petit risque de lassitude que provoquerait éventuellement le bête enchaînement des airs à la queue-leu-leu. © SM/Qobuz
14,99 €
12,99 €

Lieder - Paru le 27 juin 2014 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Award
12,99 €

Classique - Paru le 28 mars 2011 | RCA Red Seal

10,39 €

Classique - Paru le 3 mai 1999 | ARTE NOVA Classics

10,39 €

Classique - Paru le 8 novembre 2004 | RCA Red Seal

15,39 €
10,39 €

Classique - Paru le 21 avril 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret
15,39 €
10,39 €

Classique - Paru le 7 avril 2017 | Sony Classical

Hi-Res
15,39 €
10,39 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 3 mars 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik