Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Lumïn D1 : le constructeur décline sa gamme de lecteurs réseau, mais pas leur qualité et intègre l'Application Qobuz en Hi-Res !

En lançant son lecteur réseau S1 en 2013, Lumïn était parmi les premières marques à proposer le streaming du DSD sur réseau en plus des formats Hi-Res jusqu'à 24 bits à 192 kHz. Avec son modèle D1, le constructeur propose un appareil au tarif plus abordable tout en maintenant une grande qualité sonore, ce qui permettra de pleinement profiter de l'application Qobuz Hi-Res intégrée !

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 10 octobre 2015
Réagir
Qobuz

Louable effort de démocratisation de la part de Lumïn, la filiale haute-fidélité de haut de gamme fondée en 2012 par la société Pixel Magic Systems Ltd qui ne fabriquait jusque là que du matériel vidéo pour les amateurs et aussi les professionnels et propose depuis peu le lecteur réseau D1 à un prix beaucoup moins élitiste que celui du modèle S1 qui avait fait l'objet d'un banc d'essai dans nos colonnes lors de sa mise sur le marché.

Proposé dans un boîtier tout en aluminium, de loin plus compact que celui son grand frère S1, et aussi conçu plus simplement puisque le boîtier de haut de gamme du S1 est réalisé dans un bloc d'aluminium usiné dans la masse et compartimenté, le modèle D1 partage avec le S1 un tronc commun technique assez important en ce qui concerne le hardware (ou l'électronique), et total pour le software, en particulier l'application de pilotage depuis un iPad.

La simplification a aussi touché le bloc d'alimentation qui est ici un modèle à découpage universel délivrant une seule tension et utilisant un simple connecteur coaxial alors que l'alimentation du S1 est un très beau modèle linéaire utilisant deux transformateurs toroïdaux, qu'elle est intégrée dans un boîtier en aluminium et se relie au S1 par un cordon muni d'un connecteur multipoint à verrouillage.

L'utilisation d'un bloc d'alimentation secteur à découpage peut paraître moins puriste et moins noble, mais cela n'empêche pas le D1 d'offrir de très bonnes prestations sonores, sa partie analogique se révélant assez proche dans sa conception de celle du S1, utilisant en particulier les mêmes puces de conversion numérique analogique mais faisant l'impasse sur les couteux transformateurs de symétrisation Lundahl qu'on trouve dans le S1 en recourant à une symétrisation par amplificateurs opérationnels. Mais tout cela, vous le verrez, comme d'habitude, dans la partie technique de ce banc d'essai auquel nous vous convions.


Présentation

Le pilotage du Lumïn D1 se faisant depuis l'application installée sur une tablette iPad, la façade du D1 ne comporte aucune commande et seul un afficheur d'un beau bleu occupe la partie centrale de celle-ci. S'y affichent, le titre de l'album et de la piste en lecture, son numéro dans la queue de lecture, l'échantillonnage ainsi que le type de fichier (ALAC, AIFF, FLAC, WAV...) et les indications de temps lu et du temps total de la piste, doublés par un halo bleu ombré passant progressivement en bleu intense en proportion de ceux-ci.


L'esthétique du D1 reste sobre tout en offrant une certaine élégance et le boîtier est entièrement réalisé en aluminium brossé anodisé naturel.

Connectique

L'alimentation du Lumïn D1 se fait via un bloc secteur 12V raccordé à la prise coaxiale située en face arrière et un interrupteur permet de mettre totalement l'appareil hors tension, sinon la mise en veille se fait depuis l'application.


Deux prises USB A permettent le branchement de périphériques de stockage USB, clefs ou disques durs, en veillant que ceux-ci ne comportent qu'une seule partition en FAT32, NTFS ou EXT2/3.

L'accès au réseau se fait via une prise RJ45 et on pourra récupérer le signal numérique au format S/PDIF sur un connecteur de type BNC. Les signaux audio analogiques sont disponibles en mode asymétrique sur prises Cinch ou en mode symétrique sur prise XLR.

Réalisation

Hormis le circuit d'affichage, placé comme il se doit le long de la partie centrale de la façade, l'électronique du Lumïn D1 prend place sur un grand circuit occupant la quasi totalité de la surface du boîtier.


La réalisation est très soignée et la plupart des prises sont directement soudées au circuit, hormis les Cinch que le constructeur a choisies parmi les modèles de qualité supérieure et qui sont des modèles massifs vissés sur la face arrière du boîtier et reliées par deux petits morceaux de fil au circuit.


Dans l'alimentation, le 12V en provenance du bloc secteur est transformé en différentes tensions par des convertisseurs continu-continu Richtek RT8250N et d'un inverseur de tension ON MC34063 pour générer une tension négative afin d'alimenter les amplificateurs opérationnels en tensions symétriques.


On peut également voir sur cette photo le circuit Altera Cyclone IV, un réseau de portes logiques programmables ou FPGA en anglais (field-programmable gate arrays) auquel sont associés quatre quartz de 11,289 MHz, 12,288 MHz, 22,579 MHz et 24,576 MHz afin d'assurer la synchronisation avec les fichiers des différentes fréquences d'échantillonnage.

De toute évidence ce cyclone IV est programmé pour effectuer les sur- et sous-échantillonnage auxquels on peut accéder par le menu de l'application et il permet aussi de faire travailler les puces de conversion au-delà de 192 kHz. Le Cyclone IV extrait également le bus I2S (et DSD) qui est transmis aux puces de conversion numérique analogique, et sert également pour gérer l'afficheur et l'électronique.

Les signaux du réseau parviennent au D1 par le connecteur RJ45 et sont isolés de la carte par un transformateur Pulse H1102NL. Ils sont ensuite pris en charge par une puce de réception Ethernet rapide Realtek RTL8201.


C'est un puissant processeur média Sigma Designs SMP8655B-CBE3 coiffé par un dissipateur de calories qui se charge ensuite de tout le traitement. Ce circuit gère également les deux entrées USB A, tandis que la sortie des signaux numériques sur la prise BNC se fait au travers d'un transformateur d'isolation et d'adaptation d'impédance précédé d'un émetteur récepteur Wolfson WM8805 (24 bits à 192 kHz).

Enfin, la conversion numérique analogique est assurée par deux circuits WM8741, également d'origine Wolfson, chaque canal en utilisant un, ce circuit pouvant fonctionner en mono droit ou en mono gauche. Le WM8741 accepte les signaux jusqu'à 24 bits à 192 et DSD, ceux-ci pouvant être traités nativement ou subir une conversion en PCM, auquel cas, on peut utiliser, comme en PCM, le contrôle de volume numérique de ce chip possédant un pas très fin de 0,125 dB.


Le filtrage des signaux est ensuite confié à des filtres actifs construits autour d'amplificateurs opérationnels à très faible bruit Texas Instruments LME49860 (comme dans le S1), entourés de composants passifs de qualité audiophile, résistances de type melf de précision et condensateurs Wima au polycarbonate.

Viennent ensuite les étages de symétrisation, réalisés également avec des LME49860, et les signaux sont alors commutés par des relais vers les prises de sortie, ces relais étant des modèles de type reed pour les sorties symétriques (et peut-être aussi pour les sorties asymétriques), les contacts se trouvant dans des ampoules étanches et ne pouvant donc subir aucune agression extérieure afin de rester en parfait état.

On remarquera la rangée de six condensateurs électrochimiques Nichicon Muse de 470 ?F/16V placés sur les lignes d'alimentation des amplificateurs opérationnels pour que ceux-ci soient convenablement pourvus en courant en toute circonstance.

Utilisation, écoute

Un grand bravo pour la souplesse de l'application Lumïn que l'on prend en main dès les premières secondes sans s'être posé la moindre question. Celle-ci a même procédé, en pleine écoute, et après nous l'avoir demandé, à une mise à jour du firmware du D1 en ne coupant la musique que quelques instants lors du redémarrage de celui-ci, donc avec un minimum d'interventions de l'utilisateur et de perturbations.

Quelques captures d'écran de l'application Lumïn.

- l'application Qobuz


- accès à divers réglages


- choix des échantillonnages, natif ou non (on peut sur-échantillonner ou sous-échantillonner, mais toujours avec des rapports entiers, et même convertir certains échantillonnages PCM en DSD)


- liste des achats avec lecture d'un album en Hi-Res 24 bits à 192 kHz


- belle qualité d'affichage pour la pochette d'un autre album en Hi-Res 24 bits à 96 kHz en cours de lecture


Quant à la restitution sonore, elle se révèle très bonne (désolé de dire souvent ça, mais il se trouve que c'est encore le cas !) et se montre équilibrée et d'une grande propreté.

Avec le fameux titre Get Lucky de l'album Random Access Memory de Daft Punk, c'est à une restitution d'une grande clarté, pleine d'entrain et de punch que nous convie le Lumïn D1, et on peut pousser le volume, tout reste bien en place et on suit tout avec encore plus d'aisance, c'est clair, net et très propre !

A l'écoute du premier mouvement (Allegro Moderato) du Concerto pour Violon en ré majeur de Tchaikovsky par Ray Chen et le Swedish Radio Symphony Orchestra, le violon grimpe sans peine dans ses notes les plus élevées, accompagné par un orchestre d'une belle densité qui laisse éclater le fameux thème de ce premier mouvement avec un panache réjouissant.

Christine and The Queens nous emmène aussi dans un beau voyage musical avec le titre Paradis Perdus de l'album Chaleur humaine, restitué avec bonheur par le Lumïn D1 qui en offre une lecture fine permettant de suivre sans peine les paroles tout en appréciant les détails de l'accompagnement, dont des graves propres et denses.

En lecture DSD sur réseau, le fichier de test du Prélude, du Clavier bien Tempéré de Bach (téléchargé sur le site cybele.de) est l'occasion d'un feu d'artifice musical où le D1 s'en donne à c?ur joie et où les notes du piano forte fusent avec fluidité, netteté et vivacité tandis que l'on imagine quasiment les doigts de l'interprète virevoltant sur les touches du clavier.

En conclusion, le lecteur réseau Lumïn D1 se révèle un véritable champion en lecture de formats audio numériques sur le réseau et sur support de stockage USB et d'une utilisation souple et aisée grâce à l'application Lumïn. Ajoutons sa très bonne qualité sonore et l'accès à l'application Qobuz en Hi-Res. Reste son tarif pas négligeable, certes, mais pas délirant non plus.

Spécifications
Site Lumïn
Lumïn sur site Synergie (importateur)
Branchement du lecteur Lumïn
Contact

Capacités de lecture

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters