Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture !

 Superman en ciné-concert

Le saxophoniste Julien Lourau et ses complices bidouilleurs Jeff Sharel et DJ Oil s’envolent aux côtés de Superman le temps d’une séance ciné-concert à la Cité de la Musique le 17 février.

PAR Marc Zisman | Sur Scène | 27 janvier 2011
Réagir
Qobuz

Jeudi 17 février, la Cité de la Musique se proposera l’improbable et alléchant carambolage entre Superman, le saxophoniste Julien Lourau, les DJ et producteurs Jeff Sharel et DJ Oil et le VJ Fred Ladoué. Enfin, histoire de ne pas laisser Superman sans voix, Mr Karl the Voice les accompagnera.

It’s a bird ! It’s a plane ! No, it’s Superman ! C’est un oiseau ! C’est un avion ! Non, c’est Superman ! Une icône américaine ; ou l’icône du rêve américain… Mais un mythe finalement sans frontière. Sorti des cerveaux de l’écrivain Jerry Siegel et de l’artiste Joe Shuster, Superman fait son apparition sur papier imprimé dans le premier numéro du magazine Action Comics en juin 1938, avant d’être décliné partout, de la radio aux jeux vidéo en passant par la télévision, la peinture, le merchandising en tous genres et la pop music…

Entre 1941 et 1943, les frères Max et Dave Fleischer, inventeurs géniaux de techniques d’animation et producteurs d’autres nombreuses icônes outre-Atlantique, lâchent « leur » Betty Boop pour signer des cartoons animés qui magnifient le super-héros surpuissant au collant bleu sur le torse duquel resplendit un S on ne peut plus symbolique. Sept décennies plus tard, le saxophoniste Julien Lourau, épaulé par ses complices DJ et producteurs (Jeff Sharel et DJ Oil) et VJ (Fred Ladoué), s’apprête à souffler un vent de folie sur ces images en mouvement. Sur cette matière première symbolique et colorée qui ne demande qu’à être revisitée et déstabilisée. Comme un super remix audiovisuel décapant en quelques sortes…

Superman vs. Julien Lourau. Logique. Car chez ce dernier, la force est aussi partout. À deux, à trois, en fanfare ou, comme ici, à quatre, c’est l’éclectisme des rencontres, le hasard des conversations, qui rend ce musicien invincible. Un souffle explorant tous les territoires, rock, free, electro, funk, world, rap ou jazz pur. Un carambolage stylistique dont Lourau a fait sa carte de visite. Derrière ses platines, Lionel Corsini (alias DJ Oil) carambole également à tout va depuis des lustres. Au sein de la formation electro et hip hop Troublemakers comme aux côtés de jazzmen confirmés, le DJ marseillais joue lui aussi au Superman des beats et des sons, des textures et des structures…

Enfin, que leur ami Jeff Sharel soit de cette partie inédite est une autre évidence. Bidouilleur hors norme capable de grands écarts improbables (pour faire court, des effluves électroniques de la French touch au groove bouillonnant de l’afrobeat en passant par le jazz funk en fusion du Miles Davis des 70’s), le producteur grenoblois connaît ses deux autres complices sur le bout des ongles. Et improviser sur les exploits animés de Clark ‘Superman’ Kent, faire corps avec cette mythologie colorée si emblématique, ne peut qu’exciter et stimuler le potentiel créatif des trois complices sans ornières soutenus pour cette occasion par le VJ Fred Ladoué.

Le site de la Cité de la Musique

Julien Lourau sur MySpace

Le site de Jeff Sharel

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters

Qobuz, le beau son, partout.