Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture !

 Quand Bartoli rencontre Haendel

Le 19 décembre à Pleyel, Cecilia Bartoli met Haendel à l’honneur avec une programmation orientée sur les scènes et airs d’opéras du compositeur.

Par Isabelle Couillens | Sur Scène | 6 décembre 2010
Réagir
Qobuz

Accompagnée de l’Orchestra La Scintilla an der Oper Zürick, dirigé du violon par Ada Pesch, Cecilia Bartoli interprètera des airs d’opéra de Haendel dimanche 19 décembre à la Salle Pleyel.

Elle chantera les arias choisis parmi ceux des grands héros du répertoire du compositeur : Armide dans Rinaldo, Adélaide dans Lotario, Cléopâtre dans Giulio Cesare. Dans ce programme ont été également ajouté une cantate de Porpora, une ouverture de Veracini ainsi qu’une Sinfonia d’Alessandro Scarlatti.

Après une tournée d’un an autour de son album Sacrificium, sur le répertoire interprété par les castrats du XVIIIe siècle, c’est avec Haendel que la Diva romaine finit l’année 2010. Le 27 octobre dernier, elle a donné à la Halle aux Grains à Toulouse, un premier concert avec une programmation similaire à celle prévues pour Pleyel.

Paru le 4 octobre 2010, chez Decca, le dernier opus de Cecilia Bartoli, Sospiri (Soupir) invitait à un voyage musicale depuis les grands airs baroques jusqu’au Bel canto, en passant par Mozart et Rossini.

Alors qu’elle achevait ses études de chants à Rome, Cecilia Bartoli a participé à un hommage télévisé à Maria Callas. Elle est alors remarquée par Herbert Von Karajan et Daniel Barenboim, qui ont été les premiers chefs avec qui elle travaillera par la suite. Elle aura alors l’occasion de chanter avec les plus grands chefs, et dans les salles de concerts les plus importantes du monde.

A partir de 2012, la Romaine prendra, pour trois ans, la direction artistique du Festival de Pentecôte de Salzbourg consacré à la musique baroque. Elle succède à ce poste à son compatriote, le chef d’orchestre Riccardo Muti.

Site de Cecilia Bartoli

Site de la Salle Pleyel

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters

Qobuz, le beau son, partout.
)