Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture !

 Gianmaria Testa, ses 18.000 jours à l’Alhambra

Son album Vitamia sous le bras, le chanteur italien Gianmaria Testa arpentera la scène parisienne de l'Alhambra les 23 et 24 janvier.

PAR Clotilde Maréchal | Concerts et tournées | 10 janvier 2012
Réagir
Qobuz

Les 23 et 24 janvier, Gianmaria Testa est en concert à Paris, à l'Alhambra, à 20h30. Sous le bras du grand chanteur italien, son album Vitamia, paru en octobre dernier. Un disque composé de onze chansons qui sont le fruit d’une réflexion personnelle et sociale durant cinquante années, 18.000 jours (titre d'une des chansons les plus évocatrices de cet opus), une fresque humaine et sentimentale aux nuances et couleurs musicales mouvantes et variées à l’image de la vie…

Vitamia est peut être le disque de Testa auquel on ne s’attend pas. Un disque où la musique et le plaisir de jouer ensemble tiennent un rôle de premier plan… Enregistré en studio en une semaine avec tout le groupe, il doit sa force à la présence d'un noyau dur de musiciens qui travaillent depuis longtemps avec le troubadour transalpin : Claudio Dadone et Giancarlo Bianchetti aux guitares, Nicola Negrini à la contrebasse et à la basse électrique, Philippe Garcia à la batterie et Roberto Cipelli au piano.

À ce groupe de base, vient s’ajouter un petit nombre d’invités, comme Mario Brunello au violoncelle, Gianluca Petrella au trombone, Luciano Biondini à l’accordéon et Carlo De Martini à l’alto et au violon. Sept des onze chansons de Vitamia ont été écrites pour la pièce de théâtre 18 mille jours – le python dans lequel Giuseppe Battiston et Gianmaria Testa ont porté à la scène un monologue d’Andrea Bajani sur le thème du travail.

« La gestation a donc été longue, ce qui bien sûr n’est pas une garantie de réussite, raconte Testa. Mais elle a permis une sorte de sédimentation consciente et surtout partagée… Je reste persuadé pour ma part qu’un disque se fait quand on pense avoir quelque chose à raconter, surtout à soi-même. »

Le site de Gianmaria Testa

Le site de l’Alhambra

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters

Qobuz, le beau son, partout.