Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture !

Amplificateur avec DAC UDA-1 : Qobuzissime pour l'entrée de Sony en dématérialisation !

Si Sony se lance dans la musique dématérialisée, ça promet de faire mal. Premier élément d'une famille qui comporte déjà quelques membres, l'amplificateur UDA-1, intégrant un DAC prenant en charge en USB tout ce qui existe en fichiers audio PCM (excepté les rarissimes DXD) et aussi le DSD (format du SACD), devenu incontournable au Japon.

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 28 septembre 2013
Réagir
Qobuz

 
Il fut un temps où Sony était un champion de l'innovation dans le monde de la Hi-Fi. Sans doute la téléphonie mobile et le multimédia ont-ils accaparé les ressources du constructeur nippon ou alors une certaine latence (ou de l'attente prudente) s'est-elle fait ressentir vis-à-vis du marché émergeant de la musique dématérialisée (ce qui serait compréhensible de la part de l'inventeur du CD et du SACD) ?

Toujours est-il qu'au dernier Salon IFA de Berlin Sony a présenté deux amplificateurs Hi-Fi destinés à la lecture des fichiers audio, le modèle UDA-1 (objet de ce banc d'essai), avec DAC USB, et le modèle HAP-S1, disposant d'un lecteur réseau, d'un disque dur intégré et aussi d'entrées S/PDIF, et dont nous vous proposerons aussi bientôt le banc d'essai.

Un baladeur numérique capable de lire les fichiers audio en Haute Définition (24 bits à 192 kHz), le F886 (testé ici), a aussi été présenté par l'inventeur du Walkman, un retour aux sources avec une eau plus pure que pure, en quelque sorte.


Bref, on ne peut que se féliciter qu'un constructeur comme Sony, qui symbolise chez de nombreuses personnes, pas forcément branchées Hi-Fi, une sorte de "référence", entre dans le grand jeu de la musique dématérialisée.


Présentation

La pureté des lignes d'un appareil Hi-Fi, associée à de discrètes sérigraphies, apporte parfois une sorte de sérénité lorsque l'on regarde cet appareil.

C'est l'impression que nous a fait le Sony UDA-1 dans sa robe d'aluminium brossé anodisé naturel dont la façade et la face supérieure ne font qu'un pour le plus grand plaisir des yeux qui ne se heurtent pas à de disgracieuses vis qui finissent toujours par être marquées de trace de tournevis après que l'appareil a fait un stage chez Qobuz...

Vous l'aurez compris, cet amplificateur avec DAC USB UDA-1 nous a tapé dans l??il.


Pas de surcharges de commandes donc, un poussoir de mise sous tension, une prise casque au standard Jack 6,35 mm, une prise USB A (masquée par un cache imperdable) pour brancher un smartphone, deux rangées de discrètes LED, celles de la rangée supérieure indiquant la source en service, et celles du dessous la fréquence d'échantillonnage ou plus exactement si celle-ci est du groupe 88,2/96 kHz ou 176,4/192, ou encore s'il s'agit de DSD, les fréquences standards de 44,1 kHz et de 48 kHz n'ayant pas de témoins.

La partie la plus à droite de la façade accueille le poussoir de sélection de source, le bouton de réglage du volume, la LED témoin du silencieux et celle de mise en service du DSEE (Digital Sound Enhancement Engine) permettant d'optimiser la qualité sonore de la musique compressée, et, tout en bas, la fenêtre du récepteur de télécommande.

La connectique

On trouve en face arrière du Sony UDA-1 une prise USB B pour relier à un ordinateur, deux entrées S/PDIF (coaxiale et optique) et également une entrée et une sortie ligne analogiques.


Sous les borniers pour hauts-parleurs, de bonne qualité et acceptant les fils dénudés comme les fiches bananes, se trouvent deux interrupteurs à glissière.

Le premier marqué "Auto Standby" permet de mettre l'appareil hors tension lors d'une absence prolongée de signal numérique tandis que le second permet d'égaliser la réponse en fréquence pour l'adapter aux enceintes SS-H3 de la marque.

La fabrication

Comme nous le disions, la façade et le dessus du boîtier ne font qu'un et sont en aluminium anodisé brossé alors que les flancs doivent se contenter de plastique peint. L'UDA-1 est disponible en finition argent ou noir. Le châssis interne est en tôle d'acier pliée et une contre-façade solidement vissée lui assure une bonne rigidité, ce qui n'est pas un luxe, car il fait son poids ce petit amplificateur !

Pas de place perdue à l'intérieur de l'UDA-1, comme on peut le constater sur la vue ci-dessous. Il faut dire que Sony a opté pour une alimentation traditionnelle utilisant un transformateur de taille tout à fait en rapport avec la puissance disponible (2 x 23 W) et que cela prend de la place, tout comme les deux condensateurs Nippon Chemi Con "Audio" de 6800 ?F/25V se trouvant sur le circuit principal. On remarque également le petit transformateur chargé d'alimenter les circuits de veille avec le relai de commutation du secteur.


Le réglage de volume occupe un circuit à part (partie gauche du haut) et est équipé d'un potentiomètre motorisé Alps (il semblerait cependant que celui-ci serve à commander, par détection de position, un circuit intégré de volume de type NJW1194W présent sur le circuit principal), tandis que le circuit accueillant les entrées numériques et leur traitement est monté le long du flanc situé à gauche sur la photo.


Les touches de commande, les LED, les prises casque et USB A prennent place sur un circuit monté parallèlement à la façade et le récepteur de télécommande est un petit module à part (complétement à gauche sur la photo qui a été prise "tête en bas").


Carte entrées numériques

Sur cette vue recto-verso de la carte des entrées numériques, on aperçoit dans l'image du bas un processeur USB CMedia CM6632A (l'une des puces les plus performantes à l'heure actuelle) chargé d'extraire du flux numérique USB les différents signaux nécessaires au fonctionnement du circuit de conversion numérique analogique, et ce avec un jitter extrêmement faible.


On remarque également un processeur numérique de signal Analog Devices ADSP-21488 chargé entre autres de l'amélioration de la restitution des signaux compressés et aussi de l'égalisation adaptée à l'utilisation de l'UDA-1 avec des enceintes SS-H3.

La conversion numérique analogique

Un circuit Burr-Brown PCM1795 se charge de la conversion numérique analogique, y compris celle des signaux DSD (la question se pose de savoir si ceux-ci sont traités nativement, nous avions ouvert un débat sur ce sujet à l'occasion d'un autre banc d'essai). Le filtrage est assuré par des amplificateurs opérationnels à faible bruit et faible distorsion NJM4580.


Les amplificateurs

Sony utilise deux amplificateurs intégrés National Semiconductor LM2876 offrant de bonnes performances et délivrant près de 25 W par canal dans le cas du UDA-1, puissance qui est fonction des tensions d'alimentation qui leur sont délivrées.

L'écoute

Sony propose son propre lecteur logiciel (gratuit) baptisé "Hi-Res Audio Player" et capable de lire tous les types de fichiers, y compris les fichiers en DSD64 et DSD128.


Pour tout dire, nous avons commencé en écoutant avec le Hi-Res Audio Player de Sony un fichier en DSD64 (Allegro du Concerto pour violon en ré majeur de Mozart par Marianne Thorsen et les TrondheimSolistene, fichier de test 2L.no), et ce sur des enceintes Triangle Antal Anniversary, et la restitution sonore de l'UDA-1 nous a pour le moins scotchés...

La puissance n'est certes pas phénoménale mais néanmoins plus que suffisante pour une écoute domestique confortable, mais alors, la qualité sonore est au rendez-vous, et quelle qualité sonore !

Celle-ci est d'excellent niveau, la restitution est limpide, détaillée, dynamique, avec une image sonore large et un très bon équilibre tonal où l'aigu se montre fin et très à l'aise sur les modulations aiguës du violon.

Idem à l'écoute via Foobar2000 en mode Kernel Streaming de la Suite Américaine de Dvorak par l'Orchestre du Festival de Budapest dirigé par Ivan Fischer (version Studio Masters 24 bits à 192 kHz) où l'art de l'orchestration du compositeur tchèque trouve un allié de choix dans l'UDA-1 qui retranscrit sans peine les moindre détails instrumentaux et nous fait apprécier la richesse de la texture du triangle ou encore des cymbales.

On apprécie également la facilité de cette électronique à bien respecter la dynamique malgré sa puissance relativement modeste (écouter par exemple le 1er Allegro de cette Suite Américaine qui décoiffe gentiment et alterne les passages tranquilles et les rythmes endiablés).

A la restitution du titre Giorgio by Moroder de l'album événement Random Access Memories de Daft Punk, tout est clair et net et on a vraiment l'impression que le chanteur a pris place entre les enceintes tandis que la basse claque bien et avec fermeté, et ce même à des niveaux sonores qui commencent à être importants.

Très bons points également pour la sortie casque (qui semble cependant sensible sur des casques de faible impédance et oblige à régler le volume avec doigté).

Avec le casque Sennheiser HD 700, d'impédance 150 ?, il ne manque rien lors de la restitution du fameux Hotel California (version Studio Masters 24 bits à 96 kHz) du groupe Eagles, les basses sont puissantes, les voix bien présentes et d'une bonne définition et la guitare affiche un beau piqué. Notons là encore que même à des niveaux sonores élevés la qualité sonore reste très bonne.

Un petit mot pour terminer sur les sensations sonores avec les enceintes SS-H3 que Sony préconise pour l'UDA-1 puisque celui-ci possède une égalisation préprogrammée pour ce modèle.

La restitution est correcte sans égalisation et sa mise en service apporte un mieux dans le bas du spectre qui se traduit par une meilleure assise et plus de présence. Nous pensons cependant que les qualités sonores de cet UDA-1 lui valent d'être associé sans complexe avec des enceintes beaucoup plus ambitieuses, en prenant soin toutefois de les choisir avec un rendement au moins égal à 90 dB/1W/1m pour palier sa puissance relativement modeste.

En conclusion, cet amplificateur avec DAC Sony UDA-1 ne doit pas être regardé sous l'angle de la puissance qu'il délivre. Sa restitution sonore est de très grande qualité aussi bien en écoute sur enceintes qu'en écoute au casque et son DAC est capable de prendre en charge les fichiers audio en Haute définition jusqu'au 24 bits à 192 kHz et aussi les fichiers en DSD64 et DSD128 sur l'entrée USB. C'est un appareil pour audiophiles et passionnés de musique à un prix plutôt sympa. Qobuzissime donc !


Spécifications
UDA-1 sur site Sony France
Contact


Capacités de lecture

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters