Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture !

 Yasmine Hamdan, le Liban autrement

Un folk electro pop mutant et élégant venu du Liban...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 9 mai 2013
Réagir
Qobuz

Écrit et réalisé en collaboration avec Marc Collin, alias Monsieur Nouvelle Vague, le premier album solo de Yasmine Hamdan paru en 2012, ressort dans une version profondément remanié. Une nouvelle pochette et un nouveau titre (Ya Nass), le bel ovni comporte désormais cinq nouvelles chansons, dont Hal (qu’elle interprète dans le film de Jim Jarmusch, Only Lovers Left Alive). Yasmine Hamdan est considérée comme une icône underground à travers le monde arabe, depuis ses premiers pas avec Soapkills, duo emblématique qu'elle avait fondé à Beyrouth, l'un des premiers groupes indie/electro à voir le jour au Moyen-Orient, dont la musique a accompagné les jours et les nuits de la jeune scène artistique qui a fleuri après la fin de la guerre au Liban… Après s'être installée à Paris, elle a collaboré avec Mirwais, l'ex-Taxi Girl et producteur d'albums de Madonna, avec lequel elle fonde l'éphémère projet YAS et enregistre Arabology. Elle collabore ensuite avec CocoRosie. En écrivant les textes et les mélodies de cet envoûtant premier album, Hamdan s'est inspirée du répertoire et de l'attitude de grandes chanteuses arabes du milieu du XXe siècle, dont des figures peu connues ou à moitié oubliées telles que Aisha El Marta, Nagat El Saghira, Asmahan, Shadia, Mounira El Mehdeyya et d'autres personnages exemplaires, dont la sensualité espiègle et les textes empreints de critique sociale subtile et ironique rappelle une époque de liberté et d'émancipation dans l'histoire des sociétés moyen-orientales. La chanteuse mêle sans complexe différents dialectes (libanais, koweiti, palestinien, égyptien, bédouin) et joue sur les références et les changements de registres qui sont typiques de l'humour arabe. Au final, une sorte de folk electro pop mutant et élégant, qui aurait mystérieusement émergé quelque part du côté du Golfe Persique… avec des guitares acoustiques, des synthés vintage et des atmosphères inspirées…

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters

Qobuz, le beau son, partout.
)