Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Grizzly Bear, l'âge de raison

Le 5e album du groupe de Brooklyn, plus mature que jamais...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 20 août 2017
Réagir
Qobuz

Comme bon nombre de leurs congénères, les quatre de Grizzly Bear n’ont jamais dérogé à la règle des assemblages osés d’influences disparates comme le prouva Two Weeks, tubesques single de 2009 extrait de Veckatimest et qui leur ouvrit les portes de la gloire internationale.

Avec le quartet de Brooklyn, le folk se retrouve embarqué dans des montagnes russes tantôt psychédéliques, tantôt électroniques. Parfois même jazz ! Et souvent sur le terrain d’une pop léchée pour ne pas dire baroque. Il y a du Beach Boys, du John Cale, du Sufjan Stevens et surtout des centaines d’autres influences dans l’univers de Grizzly Bear. Une vraie poésie un brin mélancolique qui se dégage à nouveau de Painted Ruins qui paraît ce 18 août 2017.

Produit par Chris Taylor, le bassiste du groupe, ce cinquième album studio s’inscrit dans les traces de ses prédécesseurs tout en proposant des chansons sans doute plus peaufinées qu’à l’accoutumée. Et surtout, plus musclées. L’ADN reste indie mais l’emballage, comme la finition, offrent des cambrures très pro. Quinze ans après sa naissance, Grizzly Bear n’avait jamais montré une telle maîtrise totale de son art. Un art conçu collectivement, Edward Droste, Daniel Rossen, Chris Taylor et Chris Bear se partageant réellement le travail.





Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters