Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Glen Campbell, mort d'un country gentleman

Il était une fois la voix de "Wichita Lineman" et "Rhinestone Cowboy"...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 10 août 2017
Réagir
Qobuz

L’Amérique est experte dans la confection d’icône. Glen Campbell qui s’est éclipsé le 8 août au cœur de l’été à l’âge de 81 ans en fut une resplendissante. Celui qui tendit le pont le plus solide entre country et pop était avant tout une voix. Un chant lui aussi iconique comme le furent ceux de Sinatra, Elvis et quelques autres. De ces interprètes capables de faire frissonner une salle même en récitant des CGV…

Dans sa discographie pantagruélique, Campbell laisse une sainte trilogie : Wichita Lineman et By The Time I Get To Phoenix (de Jimmy Webb) et Gentle On My Mind (de John Hartford) trois des plus belles chansons du répertoire américain de la fin des années 60. Ses versions restent intouchables, lovées dans de luxueux arrangements d’un grand raffinement. Le bonhomme avait l’aisance d’un crooner mais n’usait jamais des tics du genre. Cet expert en roucoulement sans jamais sombrer dans le kitsch tissait donc d’évidents et sublimes liens entre le répertoire purement country (Ernest Tubb, Bob Wills, Jerry Reed…) et plus pop (Simon & Garfunkel). Et c’est dans cette sorte de no man’s land qui le faisait passer d'un style à l'autre que Glen Campbell fut un vrai maître.











ÉCOUTEZ NOTRE PLAYLIST GLEN CAMPBELL:




Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters