Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Fred Hersch, coma rêve

Un superbe album solo du pianiste de jazz le plus sous-estimé de ces dernières années...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 14 septembre 2017
Réagir
Qobuz

Moins bruyant qu’un Keith Jarrett et moins médiatisé qu’un Brad Mehldau (qui fut d’ailleurs son élève), Fred Hersch est un pianiste de jazz pourtant très précieux. Un musicien dont chaque album recèle de vrais trésors d’improvisation et de moments de grâce. Des œuvres encore plus intenses ces dernières années lorsqu'on les propulse sous les projecteurs de la vie de l'intéressé. Cette vie, en 2008, faillit s’achever prématurément. Atteint du sida, Hersch passe deux mois dans le coma mais s’en sort miraculeusement. Suivent de longues semaines de réapprentissage du piano et, trois ans plus tard, l’écriture d’une pièce, My Coma Dreams, sur la porosité entre rêve et réalité. De nombreux albums se succéderont aussi. En solo, en trio, en duo…

Paru il y a quelques jours, Open Book est une œuvre totalement solo. Un onzième enregistrement dans cette configuration mêlant la musique de Fred Hersch à celle des autres (Whisper Not de Benny Golson, Eronel de Monk, Zingaro de Jobim et même, plus surprenant, And So It Goes de Billy Joel !). Ceux qui connaissent Hersch ne seront guère surpris par l’intelligence de son jazz. Par sa faculté à livrer autant de phrases d’une telle beauté. Les autres peuvent quant à eux s’emparer de cet Open Book pour entamer leur éducation herschienne au plus vite…





Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters