Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Elles chantent Barbara

Quand treize chanteuses revisitent le répertoire de la Dame en Noir...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 13 juin 2017
Réagir
Qobuz

Dire que Barbara a influencé des hordes de chanteuses – et de chanteurs – est un doux euphémisme. Et vingt ans après la disparition de la Dame en Noir, sa singularité évidemment intacte comme la modernité (l’intemporalité ?) de son art sont toujours bien là. Partout même ! Et peut-être encore plus que jamais ! Aussi, un projet comme Elles & Barbara qui parait ces jours-ci s’appréhende comme un coli suspect abandonné sur un quai de gare. Il faut pourtant l’ouvrir pour transmettre, faire vivre et animer un répertoire qui doit éviter le formol. Guidées par la réalisation d'Edith Fambuena de feu Les Valentins (elle a notamment produit Daho, Higelin, Bashung, Françoise Hardy et Olivia Ruiz), treize chanteuses se donnent avec Elles & Barbara la liberté d’interpréter à leur façon les textes de l’intouchable chanteuse. Le casting est éclectique au possible. La présence de certaines semblant logique. Celle d’autres s’avérant bien plus incongrue. Globalement, chacune esquive l'imitation stérile, sans pour autant oser des partis-pris esthétiques viscéralement radicaux. Reste donc à picorer ; au hasard.

Sur une instrumentation très actuelle, Dani démine joliment Si la photo est bonne. Comme Angelique Kidjo apporte au Soleil noir une originalité joviale. La soprano Julie Fuchs attaque Göttingen dans le plus simple appareil. Sur Dis, quand reviendras-tu ?, Nolwenn Leroy préfère noircir le trait, là où Barbara travaillait aux pastels. Daphné fait du Daphné sur Marienbad. Dans un halo de tensions étranges, Melody Gardot fascine sur C’est trop tard. Et quant à l’intouchable Aigle noir, il se pose sur la voix pure et dénuée d’artifice d’une Juliette Armanet seule au piano… En fonction de son rapport affectif à ces treize chansons, chacun pourra crier au scandale ou au contraire applaudir. Dans son contre-pied, le disque enregistré quelques mois plus tôt par Gérard Depardieu avec Gérard Daguerre est logiquement plus osé et prenant. Mais Elles & Barbara reste tout de même un album-hommage sobrement conçu et assez habité. Un disque dont on espère qu’il poussera les plus jeunes ou les novices à plonger dans le grand œuvre de Monique Serf alias Barbara




ÉCOUTEZ NOTRE PLAYLIST BARBARA :




Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters