Les albums

2373 albums triés par Date: du plus récent au moins récent et filtrés par Musique vocale sacrée
5,99 €

Oratorios sacrés - À paraître le 26 juin 2016 | Classical Acoustica

0,99 €

Oratorios sacrés - À paraître le 12 juin 2016 | Classical Acoustica

13,13 €

Oratorios sacrés - À paraître le 5 juin 2016 | Tango Malambo Music

8,99 €

Oratorios sacrés - Paru le 28 mai 2016 | Preiser Records

0,99 €

Oratorios sacrés - Paru le 22 mai 2016 | Classical Acoustica

0,99 €

Oratorios sacrés - Paru le 17 mai 2016 | Ajantha Ekanayake

0,99 €

Oratorios sacrés - Paru le 17 mai 2016 | Ajantha Ekanayake

1,07 €

Musique vocale sacrée - Paru le 15 mai 2016 | Engelschall Music

13,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 7 mai 2016 | Mediacentrum Records

8,99 €

Oratorios sacrés - Paru le 4 mai 2016 | Krishna

3,15 €

Oratorios sacrés - Paru le 1 mai 2016 | Classical Acoustica

9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 29 avril 2016 | CC Entertainment

9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 29 avril 2016 | Indie Music Group

9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 29 avril 2016 | Glossa

Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Bien évidemment, il est impossible de savoir comment, au Moyen Âge, se chantaient les œuvres de Machaut. Quel genre de voix, quel niveau d’apprentissage vocal… et encore, d’un lieu à l’autre, d’un moment à l’autre, quelle exécution représenterait-elle « la vérité » ? C’est tout bonnement qu’il n’y en a pas, il convient donc de faire comme on le pense juste. Il existe des interprétations de Machaut très propres, vocalement impeccables, fidèles note à note aux partitions manuscrites d’époque qui nous sont parvenues – même si certaines tournures restent assez vagues et sans doute sujettes à improvisation ou ornementation – mais combien reflètent-elles la vocalité d’alors ? L’ensemble belge Graindelavoix a pris le parti de restituer Machaut sous une forme d’apparence archaïque, puisant dans les traditions vocales populaires et folkloriques encore bien vivantes de nos jours : la puissance évocatrice de cette musique y gagne immédiatement une intensité, et ce d’autant plus que les voix s’approchent souvent de l’émission sonore d’instruments et d’orgues du Moyen-Âge, avec leur grain de bois brut et de métal droit, comme sorti des mains du forgeron. Le latin est prononcé non pas selon la mode ecclésiastique à l’italienne, mais largement en vertu de ce que l’on sait du latin médiéval. Mise en garde : il se peut fort bien que jamais plus vous ne voudrez entendre Machaut autrement… © SM/Qobuz « La discographie compte déjà plus d’une trentaine de versions mais qui connaît ces chanteurs saura d’avance que la leur ne ressemble à aucune autre. [...] Graindelavoix est désormais une machine impeccablement huilée. Dans des tempos lents, leur émission vocale à gorges déployées, leurs timbres très individualisés (avec un ténor aux jolis accents de Claude François), leur accumulation d’ornements (appoggiatures, trilles, tremblements, ports de voix, glissandos, voire sirènes), leurs doublures caverneuses dans l’extrême grave (qui leur permet de produire d’impressionnantes phrases de plain-chant doublées sur trois octaves), s’agencent en un discours parfaitement maîtrisé, qui préserve la justesse des intonations et déploie des phrasés inouïs. Certains pourront juger que le « monstre sacré » est défiguré, d’autres qu’il est transfiguré. Mais qu’il repousse ou attire, le son spectaculaire, unique et cohérent inventé par Schmelzer donne à découvrir encore de nouvelles facettes d’une œuvre fascinante. Difficile de demander plus.» (Diapason, mai 2016 / David Fiala)

Le genre

Musique vocale sacrée dans le magazine