Les albums

2176 albums triés par Date: du plus récent au moins récent et filtrés par Musique vocale sacrée
8,99 €

Oratorios sacrées - À paraître le 15 septembre 2015 | Bogner Klassik

8,99 €

Oratorios sacrées - Paru le 17 avril 2015 | Mangarok

8,99 €

Oratorios sacrées - Paru le 17 avril 2015 | Mangarok

8,99 €

Oratorios sacrées - Paru le 9 avril 2015 | primTON

8,99 €

Oratorios sacrées - Paru le 9 avril 2015 | primTON

5,99 €

Oratorios sacrées - Paru le 9 avril 2015 | primTON

8,99 €

Oratorios sacrées - Paru le 9 avril 2015 | primTON

8,99 €

Oratorios sacrées - Paru le 9 avril 2015 | primTON

5,99 €

Oratorios sacrées - Paru le 9 avril 2015 | primTON

9,99 €

Oratorios sacrées - Paru le 7 avril 2015 | Carus

Digne disciple du fameux chef de chœur suédois Eric Ericson, Frederic Bernius est vraiment habité par ces pages et magnifiquement relayé par le chœur et les solistes tous excellents — entre l'éclatant ténor Jan Kobow, la remarquable alto Elisabeth Jansson et l'expression naturelle et lumineuse de la soprano Joanne Lunn. Il en résulte une vitalité et une conviction contagieuses qui, doublées d'une exécution vocale parfaite techniquement et musicalement, nous valent une très belle version de l'Oratorio de Pâques qui, paru en 2004, nous est donné ici en réédition d'autant plus appréciable qu'il existe somme toute assez peu d'enregistrements de cet ouvrage et qu'en plus il est couplé avec une nouveauté : l'enregistrement, dans le cadre du Festival de Stuttgart en mai 2014, de l'Oratorio de l'Ascension "Lobet Gott in seinen Reichen" (Louez Dieu dans son Royaume) — catalogué à tort dans les cantates ; la joie triomphale de l'Ascension du Christ s'exprime particulièrement dans le chœur d'entrée et le chœur final à travers une écriture pleine de solennité. Là aussi, très belle prestation.
8,99 €

Oratorios sacrées - Paru le 1 avril 2015 | TMMD Thüringer Musik- und Mediendienst

9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 31 mars 2015 | Pan Classics

Livret
Avant de devenir le creuset de la Camorra et de la pizza, Naples était au XVIIe siècle l’un des grands centres de l’enseignement musical européen, avec rien moins que quatre conservatoires concurrents, avec des professeurs de la trempe de Leonardo Leo ou Francesco Durante. Parmi les élèves, Gaetano Veneziano, qui y étudia entre 1666 et 76, avant de devenir organiste puis maestro di cappella de la chapelle royale à la suite d’Alessandro Scarlatti, en 1704. Un superbe parcours jalonné d’œuvres superbes dont cet Office des défunts écrit aux alentours de 1694. Bien après la mort de Veneziano, on copia un nouvel ensemble de parties séparées de l’ouvrage afin de le redonner, témoignage de la grande estime en laquelle il devait être tenu à cette époque où l’on ne jouait pratiquement que de la musique ultra-contemporaine. L’Ensemble Odyssée recrée l’atmosphère riche et sonore des services musicaux napolitains du tout début du XVIIIe siècle, et pour compléter les deux « nocturnes » funèbres de Veneziano, a ajouté une symphonie d’Alessandro Scarlatti. Les deux maîtres de chapelle consécutifs sont donc réunis à nouveau trois cent ans plus tard… © SM/Qobuz
25,64 €
17,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 31 mars 2015 | Academy of Ancient Music

Hi-Res Livret
18,71 €
16,89 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 27 mars 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Il est presque amusant que ce soit Lorin Maazel qui ait repris le Philharmonique de Munich quelques années après la disparition de Celibidache, ce même Celibidache qui professait pour Maazel un mépris empli d’admiration (« une tête phénoménale », mais selon Celibidache dénuée du moindre sens musical). Et voilà que ce même orchestre décide de nommer à sa tête le vieux, très vieux, le vénérable Maazel alors âgé de 82 ans. C’est dans cette fonction que le maestro acheva d’ailleurs sa carrière, puisqu’il devait disparaître deux saisons plus tard, en juillet 2014. Selon les observateurs, ce Requiem de Verdi est en quelque sorte son propre requiem musical puisqu’il semblerait que c’est, à ce jour, son tout dernier concert enregistré et publié. On est en février 2014, le Requiem est donné trois soirs de suite, et c’est à partir de ces trois prises que Sony a assemblé un enregistrement aussi parfait que possible. Les quelques rares couacs vocaux pâlissent devant la spontanéité du geste, mais surtout devant l’étonnante profondeur de la lecture de Maazel qui n’a ici plus rien à prouver, et qui s’est délié de certains aspects parfois un peu plus « flashy » de ses enregistrements (discographiques ou vidéo) antérieurs. Un beau testament. © SM/Qobuz
4,04 €

Musique vocale sacrée - Paru le 27 mars 2015 | Berlin Classics

Le genre

Musique vocale sacrée dans le magazine