Les albums

5204 albums triés par Date: du plus récent au moins récent et filtrés par Musique symphonique
7,99 €

Musique symphonique - Paru le 26 mai 2015 | Musical Concepts

5,99 €

Musique symphonique - Paru le 22 mai 2015 | Four Seasons Records

3,99 €

Musique symphonique - Paru le 22 mai 2015 | Four Seasons Records

3,99 €

Musique symphonique - Paru le 8 mai 2015 | Four Seasons Records

3,99 €

Musique symphonique - Paru le 8 mai 2015 | Four Seasons Records

3,99 €

Musique symphonique - Paru le 8 mai 2015 | Four Seasons Records

2,49 €

Musique symphonique - Paru le 8 mai 2015 | Four Seasons Records

14,99 €
9,99 €

Ballets - Paru le 5 mai 2015 | Timpani

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
C’est en 1934 que fut commandé à Ibert une partition chorégraphique sur le thème de Don Quichotte, Le Chevalier errant ; il s’agirait d’un grand spectacle alliant narration, ballet, chant, d’une durée de trois quarts d’heure, création prévue par Ida Rubinstein en 36. Le projet ne vit finalement le jour qu’après la guerre, en 1950, à l’Opéra de Paris avec Lifar ; peu après Ibert en tira une suite d’orchestre sans chœur ni solistes ni narrateurs, ici offerte par l’Orchestre National de Lorraine. Dès 1945, Roland Petit avait commandé à Ibert un grand ballet mettant en scène les frasques conjugales de Jupiter : ce serait Les Amours de Jupiter, un ample ouvrage présenté musicalement sous forme de quasi-concerto pour orchestre, tant chaque pupitre est sollicité l’un après l’autre. Ibert s’amuse à traverser l’Europe thématique – Italie, Espagne, Grèce… – , avec une incursion outre-Atlantique pour emprunter quelques accents au jazz et au blues de l’époque. Quel dommage que ces deux somptueux chefs-d’œuvre n’apparaissent pas plus souvent au répertoire des autres grands orchestres français ! Mille mercis donc à Jacques Mercier d’avoir remis ces partitions à l’honneur. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 5 mai 2015 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
Pour célébrer le 175e anniversaire de la naissance de Tchaikovsky, l’Orchestre de San Francisco et son chef Michael Tilson Thomas publient un tout nouvel enregistrement de la cinquième symphonie, avec en complément de programme la fantaisie-ouverture Romeo et Juliette. Un événement discographique qui précède un événement tout court, puisque l’orchestre sera en tournée à travers l’Europe avec entre autres, dans leurs valises, ces mêmes œuvres. Précisons qu’il s’agit ici d’un enregistrement réalisé en concert, ou plutôt « en concertS » puisque les techniciens font usage des meilleurs mouvements captés pendant les deux ou trois concerts de septembre 2014 au cours desquels ont été donnés les pièces – du direct amélioré, donc, mais en aucun cas n’a-t-on ici à faire à ces montages rapiécés ; il s’agit surtout de pouvoir supprimer tel toussotement intempestif, tel couac involontaire ou autres petites scories. Vous aurez bien là le geste du concert public, dans toute sa fougue san-franciscaine. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 5 mai 2015 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 5 mai 2015 | eOne Music

8,94 €
7,15 €

Musique symphonique - Paru le 4 mai 2015 | LSO Live

Hi-Res
Enregistré en concert voici peu, ce beau programme rassemble à nouveau John Eliot Gardiner et le London Symphony Orchestra dans leur exploration du monde de Mendelssohn, le plus anglais des compositeurs allemands – avec Haendel, s’entend. La Symphonie n°5 de Mendelssohn « Réformation » date de 1830, et n’est donc pas vraiment la « cinquième » puisque la deuxième « Lobgesang », l’Ecossaise et l’Italienne toutes trois sont postérieures. En vérité la « Réformation » ne fut donnée pour la première fois que trois ans après son achèvement – qui devait pourtant coïncider avec le tricentenaire de la Confession d’Augsburg, un événement fondateur de la doctrine protestante, mais la symphonie ne fut pas prête à temps. Le numéro « 5 » est tout simplement l’ordre d’édition, puisque l’ouvrage ne fut publié qu’en 1868. Dès 1838, Mendelssohn avait estimé que cette symphonie n’était qu’une pièce de jeunesse, ce en quoi nous nous permettons de n’être pas d’accord. Oui, l’ampleur de l’ouvrage est peut-être encore le résultat d’un enthousiasme de jeunesse, mais la qualité du contenu témoigne d’une immense maîtrise de son sujet. Gardiner complète avec l’ouverture de Ruy Blas et celle de Mer calme et heureux voyage, témoignant de l’intérêt que portait le jeune compositeur à la littérature contemporaine : Goethe et Victor Hugo. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 4 mai 2015 | Mariinsky

Hi-Res Distinctions Choc de Classica
" Dans la Neuvième Symphonie, il est possible de comparer Gergiev à lui-même : Philips a publié un premier enregistrement de 2002. La nouvelle version l'emporte largement en termes de clarté, d'expression, d'esprit, de style, et rejoint Kondrachine, Jansons et Bernstein en tête de la discographie. En complément, on trouve le très sombre Concerto pour violon, Op.77. Les climats développés dans cet immense chef-d'œuvre sont d'une diversité et d'une ferveur sans égal." (Classica, mai 2015)
14,99 €

Musique symphonique - Paru le 29 avril 2015 | Ivory Classics

Livret Distinctions Diapason d'or
Paderewski : Thème & Var. op.16 n°3 - Concerto pour piano op.17 & Fantaisie Polonaise op.19 - Scharwenka : Concerto pour piano n°1 op.32 & Danse Polonaise n°1 op.3 / Earl Wild, piano

Le genre

Musique symphonique dans le magazine