Artistes similaires

Les albums

19,99 €

Opéra - Paru le 21 avril 2017 | Dynamic

20,24 €

Musique vocale sacrée - Paru le 1 février 2017 | Brilliant Classics

Ah ça ! Si vous aimez les Stabat Mater, vous allez être servi : voici quelque quatorze heures de musique, exclusivement des Stabat Mater, enregistrés par tout une pléthore d’artistes en tout genre. On va du plus ancien au plus récent, du plus célèbre au plus confidentiel : alphabétiquement Boccherini, Bononcini, Caldara, Dvořák, Haydn, Howells, Lachner, Liszt, Mayr, Nystedt, Palestrina, Pärt, Pergolesi, Perosi, Poulenc, Rossini, Scarlatti père et fils, Schubert, Stanford, Steffani, Szymanowsi, Verdi et Vivaldi. Qui dit mieux… Parmi les interprètes, citons René Clemencic, The Sixteen de Harry Christopher, le Chœur de Stuttgart, l’Orchestre d’état de Hongrie, l’Orchestre de Washington, l’Orchestre de Bornemouth, le Chœur national polonais, Michel Piquemal, l’Orchestre de la Radio de Stuttgart – un peu toute la planète donc, qui s’est réunie pour un album « pour en finir avec les Stabat Mater ». © SM/Qobuz
9,99 €

Classique - Paru le 31 janvier 2017 | Centaurus Music - Luca Casagrande

10,49 €14,99 €
6,99 €9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 10 novembre 2016 | Arcana

Hi-Res Livret
Une grande partie du répertoire italien de cantates et duos des XVIIe et XVIIIe siècles était composée pour des chanteurs professionnels au service de familles nobles. Ce répertoire servait au divertissement domestique et occasionnellement pour des fonctions privées, pour la distraction des invités, ou encore durant les rencontres au sein de sociétés académiques. Les parties vocales étaient plutôt aiguës, non seulement parce qu’elles jouissaient d’une grande faveur parmi les auditeurs, mais aussi parce que les registres de soprano et d’alto, outre qu’ils étaient naturels pour les voix féminines, étaient pratiqués par les voix masculines des falsettistes – contre-ténors – et des castrats. Les sept duos de chambre inclus dans le présent recueil proviennent tous de ce que l’on pourrait définir «l’âge d’or» du genre, qui en Italie concerne à peu près le dernier tiers du XVIIe siècle et le premier du XVIIIe. Agostino Steffani (1654-1728), qui travailla longtemps en Allemagne (d’où sans doute un certain goût pour le riche contrepoint), le Vénitien Antonio Lotti (1666-1740) très connu pour ses pièces sacrées dans le stile antico ainsi que ses opéras, le Bolognais Giovanni Bononcini (1670-1747), plus moderne sans doute que Lotti bien que ses duos de chambre soient antérieurs, sont les trois compositeurs choisis par la contralto Sara Mingardo et ses collègues chanteuses, ici accompagnées par le Cenacolo Musicale. Le genre, sans doute assez peu connu du grand public, bénéficie de l’implication totale de toutes ces artistes ; et l’on notera qu’une petite moitié des œuvres est donnée en première discographique mondiale. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | Navona

Hi-Res Livret
9,99 €

Classique - Paru le 12 septembre 2016 | Centaurus Music

9,99 €

Classique - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

14,99 €

Classique - Paru le 20 novembre 2015 | Classical Expressions

10,39 €

Classique - Paru le 7 septembre 2015 | deutsche harmonia mundi

9,99 €

Classique - Paru le 1 juin 2015 | Bongiovanni

17,99 €

Classique - Paru le 31 mars 2015 | Opus Arte

Livret
13,49 €

Classique - Paru le 1 février 2015 | Brilliant Classics

28,49 €
24,49 €

Classique - Paru le 5 janvier 2015 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Gramophone Record of the Month - 4 étoiles Classica
Il est vrai que Agostino Steffani (1654–1728) n’est pas une star de la composition comme certains de ses contemporains ; à tort, peut-on estimer à l’écoute de ce Niobe, reine de Thèbes, opéra créé en 1688 à Munich. Longtemps tombé dans l’oubli, l’ouvrage en sortait en 2013 lors de l'Early Music Festival de Boston, avec la participation d’une vraie star, le contreténor français Philippe Jaroussky pour un superbe résultat discographique, qu’il convient de saluer chapeau bas. On y découvrira que Steffani fut un étonnant creuset de toutes les grandes influences de son temps, le stilo antico de sa jeunesse, puis le flamboyant opéra vénitien, un passage à Paris chez Lully pour le genre à la française, et une écriture orchestrale particulièrement soignée et inventive qui laisse une large part aux instruments solistes – à une époque où il était l’usage de faire accompagner les opéras avec ce dont on disposait, selon les endroits et les habitudes locales. Luxure, ambition, désespoir, rage, vengeance, meurtres, infanticides, tout est décrit avec un luxe de brillantes extravagances qui ont dû causer bien du souci aux musiciens de 1688, tellement Steffani les met à contribution. Les voix elles-mêmes sont sollicités à l’extrême, mais avec Jaroussky aux commandes vocales, on ne peut que s’attendre au meilleur – attente pleinement satisfaite. Voilà un ajout précieux à votre discothèque baroque. © SM/Qobuz « Pressentie par quelques airs distillés dans le récital Steffani de Cecilia Bartoli — Mission (Diapason d'Or) —, la splendeur de Niobe n'avait pas encore été révélée en intégralité au disque. [...] Sa captation soignée (en studio) rend justice à une merveille, jalon essentiel du chemin qui mène à l'opéra vénitien triomphant des années 1640-1660 (Monteverdi-Cavalli) au seria. Inspiré par les Métamorphoses d'Ovide, le livret d'Orlandi narre la chute de Niobe. Fille de Tantale et épouse d'Amphion, roi de Thèbes, elle affirme par orgueil être l'égale des dieux et trahit son époux avec le prétendant Clearte. La vengeance sera terrible, les dieux tueront ses enfants, Amphion se suicidera, Niobe se changera en pierre. [...] Anfione est l'alpha et l'oméga musical qui offre un rôle sur mesure à Philippe Jaroussky. Le contreténor au zénith, rendu à un état de grâce inné et maîtrisé, [...] nous subjugue. Dans une distribution ne montrant aucune faiblesse, Karina Gauvin en grande voix manie le fer et le miel de l'arrogante Niobe [...] Si on ajoute un orchestre affûté et un continuo qui répond au doigt et à l'œil, on tient avec cette Niobe le premier opéra incontournable de l'année 2015.» (Diapason, février 2015 / Sophie Roughol)
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 28 juillet 2014 | Signum Records

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
" L'Ensemble Charivari Agréable porte bien son nom... Et l'idée heureuse de donner à entendre une anthologie de Sinfonias tirées d'opéras baroques des XVIIe et XVIIe sièles. Si ces pages, il est vrai, ont moins pour intention d'introduire le drame qui va se jouer que de préparer les oreilles du public, le geste précis et primesautier de Kah-Ming Ng en tire ce qu'il y a de meilleur." (Classica, mai 2015)