Les albums

796 albums triés par Date: du plus récent au moins récent
12,99 €

Folk - Paru le 23 mars 2015 | Universal Music GmbH

Distinctions 4F de Télérama
On compta sur les doigts de la Vénus de Milo ceux qui, au beau milieu des années 60, applaudirent Bob Dylan lorsqu’il décida de brancher sa guitare dans un ampli électrique. Comment réagir face au geste similaire de Laura Marling pour son album Short Movie ? Plutôt bien. Plutôt même très bien. A 25 ans seulement et déjà quatre albums au compteur, la jeune reine britannique du nu-folk est sans doute l’une des plumes les plus douées de sa génération. Et de loin ! Il est évidemment toujours difficile d’écouter ses envolées comme les cambrures de sa voix sans penser à la Joni Mitchell du milieu des années 70. Mais avec cette cuvée 2015, Marling lorgne désormais aussi vers la PJ Harvey de Stories From The City, Stories From The Sea. Son écriture est toujours aussi bluffante mais cette fois sa palette s’est clairement enrichie de nouvelles teintes, de sonorités inédites chez cette songwriteuse plus que douée. Un cinquième album franchement impressionnant. © MD/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Piano solo - Paru le 23 mars 2015 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
« C'est une véritable mission que d'avoir à enregistrer l'intégrale des sonates de Mozart. Une mission qui ne cesse de me questionner et qui parfois me paraît vertigineuse : pourrais-je ? ai-je raison ? Et pourtant, je suis littéralement attiré par ces sonates. Elles constituent pour moi un émerveillement permanent. C'est une joie de les enregistrer et même une nécessité intérieure. » (Menahem Pressler) Deuxième disque du pianiste Menahem Pressler pour La Dolce Volta. L'occasion de retrouver un Mozart d'une sérénité absolue, comme libéré des contingences et des tensions terriennes, chantant sa grâce en toute douceur, avec un toucher miraculeux de tendresse. Une exécution bouleversante de simplicité, de pure poésie sereine et gorgée de tendresse. Voici un disque miraculeux délivré par un humble serviteur de la musique à son sommet d'inspiration.
11,99 €

Chanson française - Paru le 16 mars 2015 | Wagram Music - Cinq 7

Distinctions 4F de Télérama
Voilà bientôt un quart de siècle que Dominique A est une voix singulière de la chanson française. Une voix belle et unique qui a permis à toute une génération de chanteurs gaulois élevés à la pop et au rock anglo-saxon de se réapproprier la langue française. En ce début 2015, Dominique A publie ce dixième album studio. S'inscrivant dans l'univers proposé avec ses derniers opus, voilà un superbe disque placé sous le signe du voyage. Une œuvre fine et élégante qui ressemble à son auteur comme jamais. © CM/Qobuz
12,59 €
8,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 9 mars 2015 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama
En imaginant qu’il existe un « bel canto » français, il ne procéderait en rien de l’art lyrique, ni n’appartiendrait au XIXe siècle : il serait religieux et né du Grand siècle, sous la plume de compositeurs tels que Michel Lambert, Marc-Antoine Charpentier, François Couperin, Michel Corrette, Nicolas Bernier ou Michel-Richard de Lalande, tous d’immenses créateurs de « beau chant », tout particulièrement dans leurs Leçons des ténèbres. Et pourquoi, demanderez-vous, tant de musiciens se sont-ils penchés sur le genre ? C’est tout simplement que dès le début du Crème et jusqu’à la Semaine sainte, les spectacles d’opéra étaient interdits, de sorte que les chanteurs se seraient trouvés sans emploi pendant quarante jours. Or, il était encore permis de donner de la musique sacrée, et quel meilleur argument musical que les Lamentations de Jérémie pour donner libre cours à l’imagination mélodique sans fin de tous ces grands bonshommes ? Certes, l’accompagnement se limite à la basse continue, mais le contenu vocal des Leçons sont du plus grand « opéra » monodique qui se puisse imaginer. Personne ne devait être dupe, d’ailleurs, car rien de plus éloigné de l’austère Grégorien (qui serait toujours utilisé lors de certains services divins) et des riches enluminures mélismatiques des Leçons. Sophie Karthäuser nous donne celles de Lalande, entrecoupées précisément de quelques passages grégoriens qui permettent de les remettre en perspective historique et musicale. Une superbe réalisation, sous tous les plans : prise de son, qualité vocale, accompagnement, et architecture du CD. © SM/Qobuz "Le chef-d'œuvre de Sophie Karthäuser et Sébastien Daucé fera-t-il sortir Lalande de son purgatoire ? [...] Karthäuser abordait ce répertoire en novice et c'est une chance, car elle se l'est approprié sans préjugé, par un travail profond, quand bien des spécialistes trop sûrs de leur fait se contentent de saupoudrer trois ornements sur un déchiffrage. Subtilement guidée par Daucé, elle donne un sens, un élan, un poids à chaque mot comme les plus grands évangélistes aux Passions de Bach. À la palette de sa voix répond l'accompagnement très ouvragé." (Diapason, avril 2015 / Gaëtan Naulleau)
15,39 €
10,99 €

Piano solo - Paru le 9 mars 2015 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
" ... [...] Jeu lumineux, bien articulé, tempéré dans les contrastes et agréable dans sa sonorité. [...] L'éloquence équilibrée de François Chaplin laisse simplement s'exprimer le lyrisme de ces poèmes musicaux [...] Cette lecture au charme discret suffit à nous tenir en haleine. En complément, François Chaplin propose la transcription par Liszt du lied Litanei, si chère à Alfred Cortot, dont il fait impeccablement ressortir la tendre gravité. " (Diapason, mars 2015 / Jérôme Bastianelli)
24,99 €

Afrique - Paru le 6 mars 2015 | RetroAfric

Distinctions 4F de Télérama
16,89 €

Jazz - Paru le 23 février 2015 | 10'10

Distinctions 4F de Télérama
11,99 €

Soul - Paru le 16 février 2015 | XL Recordings

Distinctions 4F de Télérama
Les jumelles sortent leur première merveille à 19 ans, où elles entremêlent les cultures et les langues, apportent la richesse Yoruba à la souplesse de la langue anglaise. La voix est tantôt utilisée comme un instrument, manipulée, façonnée, tantôt sublimée, vénérée. Filles du percussionniste cubain Anga Diaz, les Ibeyi (jumelles en yoruba) abordent la question d’un père absent dans Mama Says, d’une certaine loyauté dans Faithful et plus généralement d’humanité, le temps d’un album. Entre piano intimiste mélancolique (Behind The Curtain) et percussions viscérales (River), la world inclassable d'Ibeyi est très addictive et incite immanquablement à une deuxième, troisième et énième écoute. © HR/Qobuz
15,39 €
12,99 €

Duos - Paru le 13 février 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
La nouvelle superstar du violoncelle, Sol Gabetta, a choisi le pianiste Bertrand Chamayou pour sa nouvelle aventure discographique : Chopin, dont le répertoire pour violoncelle et piano tient environ sur un seul CD, et encore, il faut fouiller dans les recoins ! Bon, la sonate de 1846, écrite pour Auguste Franchomme (qui la créa avec le compositeur lors du dernier concert public de ce dernier) est l’évident pivot de l’album, mais on pense aussi au grand duo concertant, carrément signé des deux musiciens dès la publication puisqu’ils travaillèrent ensemble à la conception de l’ouvrage, ainsi qu’à la Grande polonaise brillante, conçue d’emblée pour le violoncelle, pièce de la première jeunesse. Mais il convient surtout de redécouvrir, voire même de découvrir tout court, quelques adaptations qui ont été réalisées pour le violoncelle d’œuvres initialement pour piano, adaptations pour la plupart dues au même Franchomme – en particulier deux Nocturnes, si bien choisis par le violoncelliste pour leur ample ligne mélodique –, mais aussi à Glazounov pour l’Etude Op. 25/7 de 1836. En tous les cas, voilà qui change des sempiternels Brahms ou Beethoven ou Debussy que les violoncellistes moulinent à tour de CD. Merci Sol. SM
14,99 €
9,99 €

Folk - Paru le 10 février 2015 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Suite au lyrique Birds On A Wire, la délicate Rosemary Standley dévoile Love I Obey, du titre d’une mélodie de William Lowes, compositeur anglais du XVIIème siècle. Il représente bien l’esprit de l’opus, entre interprétations de Purcell, composition d’Henry VIII, ballades oubliées et chants traditionnels américains ; Rosemary Standley s’est pour cela entourée de l’ensemble de Bruno Helstroffer, guitariste et luthiste, qui collabore avec des musiciens spécialistes des instruments anciens (théorbe, viole de gambe, clavecin…). Un projet salutaire qui fait revivre un répertoire vieux de 400 ans dans une modernité surprenante. © HR/Qobuz
10,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 février 2015 | Bella Union

Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Music
Ceux qui découvriront Father John Misty avec I Love You, Honeybear doivent savoir que le songwriter de Baltimore est loin d’être un novice. Tout d’abord sous son nom (J. Tillman), le barbu a publié plusieurs albums solo d’une Americana lettrée et très dénudée. Puis, Tillman restera également comme LE batteur des Fleet Foxes. Enfin, sous ce nom de Father John Misty, il avait enregistré en 2012 un disque intitulé Fear Fun… Avec I Love You, Honeybear, on ne trouve plus guère trace de sa facette la plus roots. Et l’épure qui était un peu son bâton de berger s’est transformée en luxe. Avec cette cuvée 2015 qu’il a concoctée avec l’excellent Jonathan Wilson derrière la console, Josh Tillman surfe sur une pop gorgée de soul avec sa dose de folk. On pense ainsi à de nombreux noms des années 60 (Randy Newman, Harry Nilsson, John Lennon, Scott Walker, Beach Boys) mais tout en gardant à l’esprit que nous sommes en 2015. Un opus flamboyant et mélodiquement incroyable. © MD/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Classique - Paru le 9 février 2015 | PM Classics - Onyx

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
9,99 €

Jazz - Paru le 3 février 2015 | Sunnyside

Distinctions 4F de Télérama
7,99 €

Musiques du monde - Paru le 2 février 2015 | Accords Croisés

Livret Distinctions 4F de Télérama
C’est avec une précision et une délicatesse toutes particulières que l’Iranien continue de mettre à l’honneur le chant persan. Inspirés par le Gulistan (« jardin des roses » imaginaire), les poètes soufis tels que Hafez, Sadi et Rumi sont mis en musique ici par Saman Samimi et chantés par Alireza Ghorbani. Le multi-instrumentiste de musique traditionnelle persane a d’abord commencé par des cantillations du Coran (prononciation de la hauteur musicale des voyelles de chaque mot d’un verset) puis s’est perfectionné dans la connaissance du radif, ce corpus musical destiné à la transmission de la culture iranienne ; les chants interprétés dans Eperdument… Chants d’amour persans viennent d’ailleurs aussi bien de vers médiévaux que de poésies contemporaines. Enfin, l’impressionnant « coup de glotte » (tahrir) s’accorde parfaitement à la vièle kamânche et au luth târ. On retiendra notamment Monajaat (suite), un chant d’amour particulièrement intimiste et émouvant de par sa lenteur solennelle qui s’envole dans un élan rythmique mélodieux. Le livret numérique fourni avec ce bel album ne manquera pas d’apporter des informations complémentaires toujours utiles à une meilleure compréhension de l’œuvre. © HR/Qobuz
31,49 €
19,99 €

Classique - Paru le 26 janvier 2015 | Ambroisie

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama