Les albums

769 albums triés par Date: du plus récent au moins récent
15,39 €
10,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 26 janvier 2015 | Discograph

24 Bits Livret Distinctions 4F de Télérama
17,48 €
12,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 janvier 2015 | Universal Music GmbH

24 Bits Distinctions 4F de Télérama
Gold Shadow s’ouvre sur Over My Head, single principal de l’opus, qui s’avère être une ballade ternaire légère sur fond de chœurs doo-wop. Ce deuxième album solo, très attendu après le succès de Different Pulses, se tourne vers une dynamique plus rythmée ; on y trouve en effet moins de chansons aériennes, pour une prise en main plus rock. Les couplets sexy de Ode To My Thalamus laissent place à Little Parcels Of An Endless Time au tempo marqué par un synthé agréablement obsédant, tandis que le titre éponyme Gold Shadow pose un cadre plus intimiste. « C’est l’album où j’ai mis le plus de moi-même » ; un investissement personnel audible dont on profite avec joie. © HR/Qobuz
36,29 €

Classique - Paru le 2 janvier 2015 | Sony Classical

Livret Distinctions 4F de Télérama
9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2015 | WW1 Music

Distinctions 4F de Télérama - 4 étoiles Classica
" Nul ne méritait plus qu'Albéric Magnard d'ouvrir cette série consacrée aux Musiciens de la Grande Guerre. [Il avait tiré sur des uhlans qui répliquèrent en le fusillant aussitôt]. [...] Alain Meunier et Philippe Guilhon-Herbert s'inscrivent dans le peloton de tête d'une discographie déjà riche (Sonate pour violoncelle). Ecouter Alain Meunier, c'est se trouver en prise directe avec le style propre de l'école française de violoncelle, son élégance, ses couleurs et son absence d'emphase. Les belles couleurs un peu estompées et sans agressivité du Bechstein de 1888, la subtilité des timbres contribuent à l'homogénéité du duo." (Classica, juillet 2014 / Jacques Bonnaure) Cet enregistrement a été publié pour la première fois en 2011. Voilà une réédition bienvenue.
15,39 €
12,99 €

Soul - Paru le 15 décembre 2014 | RCA Records Label

24 Bits Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Music
Il y a tout de même un mystère D’Angelo. Comment un tel talent qui secoua la planète soul en 1995 avec son premier album Brown Sugar puis avec sa suite, Voodoo en 2000, se soit contenté d’une carrière aussi… chaotique ? Car Black Messiah qui parait quelques jours avant Noël 2014, n’est finalement QUE le troisième album studio de D’Angelo en vingt ans de carrière ! Mais cette attente de quatorze années aura d’une certaine manière valu le coup tant le niveau de ce Messie noir est élevé. On retrouve déjà cette voix furieusement sensuelle (pour ne pas dire sexuelle), et cette façon unique de l’enrouler autour d’un groove entêtant. Il y a évidemment du charnel, du sale et du vrai dans cette soul héritée de Sly Stone et Al Green. Pas d’enluminures superflues ou de sons gratuitement léchés. Bref, un comeback soulful et réussi. A noter que Black Messiah, co-produit par Questlove des Roots, accueille quelques goûtus invités parmi lesquels Q-Tip, le bassiste Pino Palladino, le batteur James Gadson et l’ex-Parliament/Funkadelic Kendra Foster. © MD/Qobuz
11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 décembre 2014 | Domino Recording Co

Distinctions 4F de Télérama
11,99 €

Disco - Paru le 1 décembre 2014 | Préférence Prod - Because Music

Distinctions 4F de Télérama
Cerrone / Best of Cerrone Productions : il est Music ! Véritable "Godfather" de l'Euro-Disco, en concurrence amicale avec le sacro-saint Giorgio Moroder, Jean-Marc Cerrone aura marqué son temps sous son nom ou/et au fil de ses productions. L'homme, toujours très actif dans ses projets, a déjà à son panégyrique près de 40 ans de carrière, et quelques remarquables trous d'air. Si le public est enclin à chantonner et danser sur les multiples versions de Give me love, il est moins au fait de sa riche carrière, et notamment de ses productions. C'est la raison pour laquelle Qobuz ne cache pas de joie de voir édité ce Best Of Cerrone Productions, premier du genre. Il regroupe dans son flux numérique une trentaine de morceaux remasterisés avec grâce (mais parfois mal édités en versions "radio"), dont ses Bandes Originales du triptyque La Secte de Marrakech et les chansons les plus connues extraites de ses albums. Il ne manque même pas à l'appel certains morceaux enregistrés en compagnie de son groupe Kongas (dont le Best Of vient également d'être édité en 16 et 24 bits audio). Avec Best of Cerrone Productions, l'éditeur a désiré être pédagogue en couvrant la carrière du Disco Master de façon encyclopédique, de Love in C Minor en passant par Supernature, Look for love, Cerrone's Paradise ou les moins connus et étonnants Panic, Club Underworld, Call me Tonight et You are the one (avec la diva Jocelyn Brown). Le néophyte y trouvera sa dose de découverte-frissons, et le fan de base pourra même y dégoter des délices de l'étoffe du très soul "Tattoo Woman" (avec Kongas). Une belle façon de regarder dans le rétroviseur d'un sacré pan de l'histoire de la musique de clubs. La rétrospective se caractérise également par un son dynamique qui a du niveau.
15,39 €
10,99 €

Classique - Paru le 1 décembre 2014 | Les Arts Florissants

24 Bits Livret Distinctions 4F de Télérama
En n’épousant pas le très-catholique Charles d’Autriche, prétendant au trône d’Espagne, lui préférant le très-protestant prince Georg-August de Hanovre, Caroline d’Ansbach (1683 – 1737) aura sans doute grandement influencé le cours de l’Histoire de la musique, puisque c’est elle qui recommande Haendel au poste de maître de chapelle de Hanovre en 1710. Et lorsque ladite Caroline part pour l’Angleterre avec le titre de Princesse de Galles, Haendel ne tarde pas à suivre. Une fois Caroline devenue reine d’Angleterre, consort du roi George II, elle continue à soutenir le musicien qui, en retour, lui consacrera quelques-unes de ses plus belles pages. Les voici réunies sur un seul CD, du couronnement à la tombe… car l’infortunée Caroline meurt en 1737, pleurée par tous – y compris son protégé et ami Haendel, dont la musique funèbre est l’un des grands chefs-d’œuvre. A telle enseigne que Mozart empruntera, assez directement, l’un des premiers thèmes de l’Ode pour l’insérer dans son Requiem. Existe-t-il un plus bel hommage de recyclage ? A la baguette, William Christie sait manier les immenses masses orchestrales et chorales avec parfaite transparence. Et en bonus : une nouvelle exclusive de Douglas Kennedy, "Au Concert". (MT) Épouse du roi George II d'Angleterre, femme d'une grande beauté, esprit éclairé et grande protectrice des arts et des sciences, Caroline d'Ansbach entretint avec Händel une profonde relation d’amitié et d’admiration mutuelle. Cet enregistrement réunit trois œuvres du compositeur destinées aux grandes cérémonies qui, de son couronnement à ses funérailles, ponctuèrent son règne. Un des maîtres absolus de ce répertoire, William Christie revient souvent à Händel ! Et les Arts Florissants sous sa houlette apportent à la musique baroque une fraicheur constante.
26,23 €
19,49 €

Jazz - Paru le 28 novembre 2014 | ECM

24 Bits Livret Distinctions 4F de Télérama
Cinq années séparent l’enregistrement de The Astounding Eyes Of Rita de ce Souvenance. Cinq années chamboulées par un événement majeur dans la vie d’Anouar Brahem et de sa Tunisie natale : la révolution de jasmin. S’il n’est pas directement la lecture par le maître du oud de ces événements, ce nouvel album en dégage les effluves, en hume l’essence… Un moyen sans doute pour Anouar Brahem de s’interroger sur le rôle du réel dans sa musique. De par sa longueur (un double album) et son instrumentarium atypique (un grand orchestre est de la partie et le oud est souvent en retrait comme rarement chez Brahem), Souvenance est un disque à part. Une ample et vaste tenture comme en apesanteur. Le musicien tunisien se fait ici metteur en son, compositeur d’une vraie-fausse musique de film dans laquelle on s’abandonne avec bonheur. Et comme à l’accoutumée avec Anouar Brahem, impossible d’étiqueter ce sublime ovni. Sublime, oui. © MD/Qobuz
12,99 €

Chanson française - Paru le 24 novembre 2014 | Columbia

Distinctions 4F de Télérama
Produit avec son fils de 21 ans, Lucas, Stratégie de l’inespoir est une nouvelle preuve du niveau toujours aussi élevé de l’art d’Hubert-Félix Thiéfaine. Pour ce 17e album, le plus baudelairien des chanteurs de l'hexagone s’est entouré de brillants collaborateurs comme Arman Méliès, Cali, JP Nataf ou bien encore Yann Péchin. Écrit dès 2011, peu de temps après la sortie de Suppléments de mensonge avec lequel il partage de nombreuses thématiques, Stratégie de l’inespoir est avant tout un nouveau périple mélancolique et sombre et surtout poétique à souhait, comme toujours chez son auteur… Et même si le mot inespoir est apposé sur cet album, cette cuvée 2014 de Thiéfaine offre quelques étincelles de lumière, comme une vapeur d'espoir distillée avec parcimonie. Un grand cru. © CM/Qobuz
26,23 €
19,49 €

Chanson française - Paru le 24 novembre 2014 | Universal Music GmbH

24 Bits Distinctions 4F de Télérama
Cette Super Deluxe Édition contient l’album original de Jane Birkin Di Doo Dah paru en 1973 ainsi que les deux titres La Décadanse et Les Langues de chat. Elle inclut également l’album original de Gainsbourg Vu de l’extérieur avec de nombreuses versions alternatives et instrumentales et l’inédit Tout mou tout doux.
25,69 €
22,09 €

Intégrales d'opéra - Paru le 14 novembre 2014 | Sony Classical

24 Bits Livret + Vidéo Distinctions 4F de Télérama
Ce que déteste le plus Teodor Currentzis, c'est la tiédeur et tant pis s'il égratigne la tradition interprétative dont il n'a cure. Car ce qui lui importe, c'est de respecter la musique de Mozart dont il juge l'écriture tout en contraste et dynamique. Et ce Cosi, Currentzis le porte au pinacle, le considérant musicalement comme le meilleur opéra du compositeur contrairement aux jugements établis. Dans ce nouvel enregistrement, Currentzis s'est efforcé de restituer ce qui fait pour lui tout Mozart, à la fois la jeunesse, la spontanéité, la vivacité, l'esprit, l'audace, la brillance, la simplicité intangible et la fine sensibilité. Il utilise, dit-il, tous les moyens à sa disposition pour parvenir à ce résultat, comme faire appel à des instruments anciens, non par souci d'authenticité mais uniquement parce qu'il estime que leur vibration, leur son plus tendus peuvent mieux traduire l'émotion au plus près de sa force et de sa vérité. Currentzis applique la même démarche aux voix dont il met la technique au service de la clarté et de la pureté vocale au détriment du vibrato et du volume sonore plus déclamatoires, afin de mieux rendre l'intimité des sentiments. Voilà un Cosi finalement presque moins décoiffant que ne l'est la force de conviction et d'engagement jusqu'au-boutiste d'un chef dont l'enthousiasme acharné pour mener à bien son combat interprétatif (est-il le bon ?) reste sans égal. (GG)
14,99 €

Rock - Paru le 11 novembre 2014 | Light In The Attic

Distinctions 4F de Télérama
Vous cherchez du garage rock joué par un groupe Inuit tout au nord du Québec dans les seventies ? Le label Light In The Attic vous présente Sugluk, et deux albums entiers d’artistes indigènes d’Amérique du grand Nord en tous genres. Ils ont trouvé leur propre version de la folk, de la country et de l’americana, et expriment par cette musique toute personnelle une culture, une histoire, comme celle de Willy Mitchell dans Call Of The Moose où il raconte comment un policier lui a tiré dessus. Porteuse de sens, la musique raconte les luttes politiques, les traditions d’un peuple dont il a fallu presque 15 ans pour réunir la bande son dispersée. On y trouve notamment The Chieftones, groupe surnommé le « Canadian’s All-Indian Band », Morley Loon, qui met à l’honneur la langue cri (parlée par les Algonquiens), ou encore Shingoose, de la communauté Ojibwa. Une compilation de qualité que l’on doit au producteur Kevin « Sipreano » Howes, dénicheur de perles cachées quelque part entre les Rocheuses et le Saint-Laurent. © HR/Qobuz
19,49 €

Musiques du monde - Paru le 11 novembre 2014 | Universal Music GmbH

Distinctions 4F de Télérama
La gracieuse Silvia Perez Cruz chante des reprises accompagnée par Raül Fernandez Miró pour un duo intimiste et touchant. On voyage entre plusieurs genres, langues, et époques, de Bowie à Piaf, de Leonard Cohen aux chants traditionnels. L’hymne à l’amour prend une autre dimension dans cette interprétation, et le duo va jusqu’à revisiter des lieder de Schumann dans une version purifiée épatante. La voix de Silvia Perez Cruz est à découvrir absolument, son timbre comme ses envolées lyriques, et la guitare de Raül Fernandez Miró est à écouter pour son adaptation juste à la voix qu’il accompagne, que ce soit en arpèges ou en accords saturés à la guitare électrique. Ce double enregistrement est plus universel que le laisse présumer son titre, bien que l’on ressente une atmosphère catalane qui soutient le tout. © HR/Qobuz
31,19 €

Intégrales d'opéra - Paru le 7 novembre 2014 | Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg

Livret Distinctions 4F de Télérama