Le choix d'un Qobuzissime est réalisé par l'équipe de Qobuz à l'unanimité. Le plus souvent un Qobuzissime est "crossover" au meilleur sens du terme, c'est-à-dire qu'il doit pouvoir s'adresser à tous les publics de Qobuz.


En décernant un Qobuzissime, les disquaires de Qobuz veulent attirer l'attention sur des albums magnifiques, dans les genres les plus variés. Un Qobuzissime idéal vous parlera du premier album d'un artiste inconnu sur un répertoire improbable... mais cette pureté conceptuelle connaitra des exceptions ! Dans tous les cas, Qobuz soutiendra l'album à fond. Nous collaborons en amont avec le producteur afin de lui donner la meilleure exposition possible sur Qobuz et hors-Qobuz.


Notre plus grande satisfaction sera de permettre aux utilisateurs de Qobuz de partir à la découverte d'enregistrements qui ne seraient pas tous dans le champ premier de leurs préférences musicales.

Les albums

134 albums triés par Date: du plus récent au moins récent
12,31 €
10,99 €

Piano solo - À paraître le 2 mars 2015 | Mirare

24 Bits Livret Distinctions Qobuzissime
Rémi Geniet propose avec ce programme un portrait en raccourci de Bach au clavier et de son génial esprit de synthèse stylistique ; de la virtuosité des œuvres de jeunesse, comme la Toccata, jusqu’aux suites de danses (Partita et Suites anglaises), la vitalité à la fois mélodique, harmonique et contrapuntique de l’écriture, sa liberté aussi, ne peuvent que susciter respect et admiration. Le jeune pianiste se souvient avoir été, dès la petite enfance, particulièrement sensible à Bach. Porté par un instinct musical sans faille — style, phrasé, parfaite articulation et musicalité semblant couler de source — qui s'appuie sur un jeu clair, tour à tour puissant ou tout en finesse, il aborde le compositeur avec une sûreté sereine propre à la jeunesse mais toujours avec la sobriété des grands interprètes dont il fait déjà partie. « Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années » ! Rémi Geniet est de celles-là, tant sa maturité, son intelligence musicale, son engagement, son aisance et sa maîtrise impressionnent. Voilà un Bach tout autant net, précis, que parfaitement construit et juste dans sa pulsation, toujours conduit avec souplesse dans sa complexe globalité où se répondent en un dosage parfaitement équilibré les deux mains qui semblent ne faire qu’une. Si le compositeur intimide, ce très jeune talent en impose aussi, à sa manière. © GG/Qobuz
10,39 €
8,99 €

Electro - À paraître le 2 mars 2015 | Parlophone France

24 Bits Livret Distinctions Qobuzissime
Des années que son nom irradie la technosphère sans pour autant qu’il ait publié un véritable album sous son nom. Avec ce Brava, Brodinski sort donc enfin ce premier disque et ne se contente donc plus de n’être qu’un DJ mixant en club ou produisant des titres pour Kanye West, Daft Punk, Gesaffelstein, Yuksek et des dizaines d’autres. Brava est une œuvre impressionnante, sombre, oppressante et festive à la fois qui montre tous les contours de son visage mais aussi son éclectisme. Une puissante aventure électro au cœur de laquelle le rap américain contemporain occupe une place de choix. © MD/Qobuz
10,99 €
10,99 €

Jazz - Paru le 16 février 2015 | Jazz Village

24 Bits Livret Distinctions Qobuzissime
Pour son second album, Justin Kauflin a embarqué avec lui un coproducteur de renom : Quincy Jones ! Premier fruit de sa collaboration sous contrat avec le mythique musicien/producteur, ce Dedication parait en même temps qu’un documentaire poignant, Keep On Keepin' On, chronique de l'amitié entre le jeune pianiste aveugle de 23 ans et son mentor, le grand trompettiste Clark Terry. Avec cet album, on comprend que le style de Kauflin incarne à la fois le feu tranquille du lyrisme d’un Bill Evans, la fluidité agile d’un Bud Powell, le génie mélodique d’un Herbie Hancock et une pointe du style percussif d’un Dave Brubeck. Mais derrière ces lourds héritages d’un jazz du siècle passé qu’il a intelligemment et subtilement digéré, Kauflin ne jongle jamais avec la naphtaline. En trio et en quartet, le virtuose déploie son art et impose son style. A découvrir d’urgence. © CM/Qobuz
13,49 €
11,00 €

Soul - Paru le 26 janvier 2015 | Anti - Epitaph

24 Bits Distinctions Qobuzissime
La soul moderne, le R&B respectueux d’une certaine tradition bref le groove de qualité se porte plutôt bien ces derniers temps. Et ce premier album de Curtis Harding, le bien nommé Soul Power, fait entrer un nouvel outsider flamboyant dans une famille réunissant déjà Aloe Blacc, Mayer Hawthorne, Jamie Lidell, Myron & E, Nicole Willis, Lady, Nick Waterhouse et quelques autres. Originaire d’Atlanta, ancien choriste pour Cee Lo Green et proche de Cole Alexander des Black Lips, Harding épate dès son premier opus, tant l’éclectisme qu’il offre ici, comme l’aisance qu’il a à passer d’une ballade de lover à un titre nettement plus up tempo et funky voire à de la soul rock sudiste, est bluffante ! Et même si les références comme les clins d’œil sont légions, Harding impose déjà l’originalité de sa voix. Un peu d’Aloe Blacc par ici ou du Curtis Mayfield là (comme sur Keep On Shining et ses intonations héritées de l’ancien leader des Impressions), pas mal de Shuggie Otis un peu plus loin, le jeune soul brother peut joliment durcir le ton comme sur le plus rock Castaway voire Surf qui rappelle étonnamment les Fine Young Cannibals de Roland Gift. Toutes ces nombreuses références ne font pas pour autant de Curtis Harding un suiveur de seconde zone. Bien au contraire. Il écoute du rap, de la country, du rock, de la soul, du blues et 150.000 autres choses, bref le bonhomme sait d’où il vient et, avec Soul Power, montre où il va. On le suit les yeux fermés ! A noter enfin, histoire d'ajouter une touche supplémentaire de glamour et de hype à cette belle affaire, Hedi Slimane a photographié Harding pour la pochette de son album... © MZ/Qobuz
22,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 26 janvier 2015 | naïve classique

24 Bits Livret Distinctions Qobuzissime
Il est grand temps que le chef-d’œuvre de Félicien David intègre enfin le répertoire des orchestres français ; certes, l’ouvrage est assez inclassable puisque ni symphonie, ni oratorio, ni mélodame, il emprunte un peu à tous les genres. David considérait Le Désert comme une « ode-symphonie », néologisme qui lui permettait de faire un peu ce qu’il voulait. L’album propose deux versions : l’une avec le narrateur, ce qui en fait un mélodrame, l’autre sans narrateur, ce qui en fait une sorte de symphonie lyrique. Composé en 1844, Le Désert ne manque pas de montrer certains points communs musicaux avec Harold en Italie (1834) mais aussi avec L’Enfance du Christ écrit bien plus tard, en 1854 : pollinisation croisée ? David, qui a passé de longues années en Algérie et en Afrique vers 1832-33, est revenu avec le cerveau rempli à raz bord de tournures orientalisantes, et Le Désert lancera cette nouvelle mode musicale exotique, et nombre de ses œuvres auront pour sujet toutes sortes de contrées lointaines -–dont la musique endémique n’était pas assez connue pour que le public pût réellement en goûter l’authenticité ou pas. Mais chaque morceau caractéristique – le chant du muezzin, la fantaisie arabe, la marche de la caravane, l’hymne à la nuit… – est un petit bijou de caractère. Dès sa création, Le Désert plaça David au firmament des compositeurs de son temps ; et s’il n’est pas un génie du niveau d’un Berlioz (la postérité s’est d’ailleurs chargée de placer chacun sur l’échelle), il mérite mille fois d’être enfin remis à la place d’honneur qui lui est due. © SM / Qobuz
7,49 €
4,99 €

Soul - Paru le 26 janvier 2015 | Prospect

24 Bits Distinctions Qobuzissime
On a beau nous dire que sa mère est française et son père colombien, difficile de ne pas penser que les vrais parents de Gabriel Garzón-Montano sont en fait Sly Stone, Donny Hathaway et Prince. Mais comme ce natif de Brooklyn possède un don réel et une vraie personnalité, il ne se contente jamais d’être un clone de ses illustres maîtres tout au long de Bishouné : Alma del Huila, son premier album (un disque Qobuzissime !) qui parait le 26 janvier sur Prøspect, projet hybride lancé par les gens de Nø Førmat!, à la fois label dédié à l’émergence de jeunes artistes et espace de curation musicale fondée sur une veille sélective, nourrie de voyages à la rencontre des cultures urbaines du monde… Un superbe mini-album en fait composé de six titres raffinés, pour trente minutes d’une soul très contemporaine, mouchetée d’électro (James Blake, The Acid) et baignant dans une philosophie de l’épure. Un minimalisme qui colle parfaitement à ce savant dosage entre nu jazz et nu soul. Guère surprenant donc que Gabriel Garzón-Montano ait été adoubé par Gilles Peterson… A découvrir de toute urgence. © MD/Qobuz
13,49 €
11,00 €

Classique - Paru le 19 janvier 2015 | Erato - Warner Classics

24 Bits Livret Distinctions Choc de Classica - Qobuzissime
Attention ! Très, très chaud ! Ce disque a fait bouillir le mercure du thermomètre Qobuzissime ! Car ​Jean Rondeau a choisi de signaler sa présence au monde discographique avec un disque ​Bach, bien mieux qu'​original​, ​qui ​a tous les atouts de l'aventure.​ On est tellement heureux, chez Qobuz, de ​saluer et re-saluer dès que possible, cette nouvelle génération de jeunes interprètes, le plus souvent issus de la musique ancienne, qui renouvellent l'approche de la musique classique et la façon de la communiquer, qui lèvent l'enthousiasme et s'expriment sans œillères. Jean Rondeau en est l'un des nouveaux hérauts. Vous allez adorer cet album. Le claveciniste commence par une Suite BWV 997 dont on pense ​maintenant ​qu’elle est ​vraiment ​de Bach, mais sans que l’on sache si elle est destinée au clavier ou au luth​. ​Puis la transcription, sans doute concoctée par l’un de ses fi​ls, ​certainement ​Wilhelm Friedeman, de la Sonate pour violon initialement BWV 1003, rebaptisée BWV 964 sous sa forme réécrite pour clavier ; l’original ​a été largement modifié pour en faire une ​vraie pièce pour clavier​, hormis le dernier mouvement, à peine travaillé.​ Le clou du CD ​est la transcription pour clavier réalisée par Stéphane Delplace (vénéré maître ès-écriture de Jean Rondeau) de la Sonate pour flûte BWV 1013. L’ouvrage nouveau est tellement réussi qu’on serait tenté de lui accorder son propre numéro de BWV. Naturellement, pas une note du discours n’est changée et la réalisation de Delplace « monnaye » et redistribue, en quelques sorte, l’évidence harmonique impliquée par la ligne mélodique. Après un petit clin d’œil à Brahms et sa transcription pour piano-main-gauche de la chaconne de la Partita pour violon seul à laquelle il ajoute quelques tenues à la main droite​, notre claveciniste ​décoiffé ​termine ​son programme ​avec le Concerto italien ou plus précisément : « Concerto dans le goût italien ». Rondeau lui restitue toute sa plénitude harmonique et thématique, que certains clavecinistes de ces dernières décennies avaient quelque peu écornée dans des lectures trop dogmatiques. Saluons donc ce premier opus discographique réussi à tous égards. © SM / Qobuz
14,99 €
9,99 €

Chanson française - Paru le 17 novembre 2014 | Mi'ster

24 Bits Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - Qobuzissime
Et la Alice de Lewis Carroll croisa le chemin d’Ibrahim Maalouf et d’Oxmo Puccino ! Leur rencontre accouche de ce superbe album concept guidé par la baguette magique du trompettiste et la plume du rappeur. En 2011, le Festival d'Ile de France avait invité Ibrahim Maalouf à imaginer un spectacle musical inspiré de Alice au Pays des Merveilles. Pour l’accompagner dans cette aventure, il avait alors sollicité Oxmo Puccino. Avec l'apport de l'orchestre et des chœurs, les deux artistes construisent l'ossature d'un opéra moderne et multiculturel. Projet ambitieux, rempli de bonne humeur, de liberté et d’humour, Au pays d’Alice… mixent les émotions, et c’est une nouvelle œuvre à part entière que l’on découvre ici. Comme un autre pays des merveilles… © CM/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 3 novembre 2014 | Aparté

24 Bits Livret Distinctions 5 de Diapason - Qobuzissime
Nés tous les deux à Genève, la ville natale de Jean-Jacques Rousseau, Louis Swizgebel et Thierry Fischer font une brillante carrière mondiale, notamment au Royaume-Uni. Ce premier enregistrement avec orchestre du jeune pianiste sino-helvétique le place d'emblée aux côtés des élus. Sa fine musicalité, alliée une imagination de chaque instant, la simplicité avec laquelle il aborde les deux premiers Concertos de Beethoven forcent l'admiration. Avec la parfaite complicité de Thierry Fischer à la tête des magnifiques instrumentistes de l'Orchestre Philharmonique de Londres , ce Beethoven là sonne juste. Il est jeune, joyeux et impertinent. Après un album consacré à la musique de chambre de Brahms et un autre en récital, ce troisième disque paru sous le label APARTE confirme un talent qui semble touché par la grâce et le naturel, sans aucune esbroufe ni recherche expressive superflue, avec un art du chant souverain. FH
13,49 €
11,00 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 24 octobre 2014 | Warner Bros.

24 Bits Livret Distinctions Qobuzissime
Histoire de montrer d’où il vient et où il va, Theophilus London accueille deux fortes personnalités à la production de son deuxième album. Deux géants du groove issus de deux générations bien distinctes : le grand Leon Ware – soul man cinq étoiles et ancien complice de Marvin Gaye – et un certain Kanye West qu’on ne présentera évidemment pas. L’empreinte du plus populaire des rappeurs/producteurs actuels est d’ailleurs bien présente sur ce Vibes qu’il supervise d’un bout à l’autre. Mais Theophilus London conserve heureusement sa forte personnalité musicale, celle qui avait éclaté à la face du monde dès Timez Are Weird These Days, son premier album paru en 2011. Ce son bien à lui, alternant entre R&B classieux, soul urbaine, rap de velours et quelques sonorités ovni (new wave, électro, ragga et pop) qui viennent ponctuer çà et là ses compositions. A l’arrivée, le disque dense d’un chanteur bien décidé à embrasser et embraser toute la planète soul actuelle. © MD/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Quatuors - Paru le 20 octobre 2014 | La Dolce Volta

24 Bits Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Choc de Classica - Qobuzissime
Il y a des artistes qui ont le don de magnifier une œuvre que l'on croyait plus ou moins réussie. C'est bien le cas ici du jeune Quatuor Hermès auquel nous sommes redevables d'un splendide enregistrement des trois Quatuors de Robert Schumann. Si le Troisième a toujours paru le plus abouti, les deux premiers semblaient jonchés de faiblesses d'écriture. Rien de tel ici avec les Hermès qui nous proposent un Schumann inquiet, enthousiaste, romantique, donnant à ce triptyque une cohésion rarement entendue à un tel niveau. La France est vraiment devenue depuis une vingtaine d'années une grande nation du quatuor à cordes, grâce aux actions conjuguées de Pro Quartet et du magnifique enseignement du Quatuor Ysaÿe. Ce nouvel enregistrement en apporte une preuve supplémentaire. Le Quatuor Hermès est une des jeunes formations à suivre avec attention. FH
17,99 €
11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 6 octobre 2014 | Play It Again Sam

24 Bits Distinctions 4F de Télérama - Qobuzissime
Avec Aventine, Agnes Obel étoffe un peu plus l’univers intimiste, climatique et on ne peut plus onirique qui suintait de son premier album, le grandiose Philharmonics. Derrière un piano épuré emprunté à Erik Satie, la Danoise installée à Berlin étire ses miniatures vers davantage de grandeur. Comme d’immenses espaces sonores que sa voix réverbérée vient magnifier. On se laisse donc flotter dans cette sublime matière sonore. Dans ce rêve éveillé encore plus subtil que sur son prédécesseur. Moucheté par quelques violons ici. Ou par un violoncelle là. Un disque qui confirme le talent d’une musicienne hors du temps. Cette édition Deluxe comprend onze titres inédits dont des versions live de ses classiques tels que Fuel To Fire ou Words Are Dead, deux remix signés David Lynch et David Matz ainsi que trois titres inédits : Arches, Under Giant Trees et September Song. De quoi prolonger un peu plus la magie… © MD/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 6 octobre 2014 | ARTALINNA

24 Bits Livret Distinctions Qobuzissime
C'est un voyage aux multiples ramifications que nous propose ce premier Volume de Meeting Ginastera. C'est aussi une rencontre entre un artiste inspiré, le pianiste cubain Gabriel Urgell Reyes, la sculptrice japonaise Ayano Ohmi qui explore la spiritualité de l'argile et un jeune producteur passionné, Pierre-Yves Lascar, fondateur du label Artalinna, dont l'ambition clairement annoncée est de dessiner de nouvelles lignes éditoriales "permettant une conquête plus large des supports de diffusion et de médiation correspondant au monde d'aujourd'hui". Ce premier opus, mêlant la musique tonique et bigarrée de Ginastera aux rythmes cubains de Carlos Fariñas, est déjà totalement convaincant, grâce à la plasticité et à l'imagination d'un jeu pianistique fascinant. Il faut aussi porter au crédit de ce superbe album une prise de son superlative qui semble bien être la marque de ce nouveau label à suivre. FH
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 29 septembre 2014 | L'empreinte digitale

24 Bits Livret Distinctions Qobuzissime
Qobuz est heureux de saluer la parution d'un disque qui est une introduction parfaite à l'univers de Zad Moultaka, l'une des voix les plus singulières de la musique d'aujourd'hui. Les trois pièces présentées ici ont été composées sur une période de neuf ans : Où en est la nuit (2013), Fanàriki, concerto pour cymbalum et ensemble (2004) et Hanbleceya, concerto pour guitare et ensemble (2012) — neuf années d’un langage qui évolue en mûrissant et s’affirmant. La succession de ces pages semble si naturelle qu’on sort de l’écoute comme immergé dans une seule et même œuvre. Cette matière sonore splendide, Lorraine Vaillancourt la porte avec la complicité de l'immense Pablo Marquez à la guitare, d'Alexandru Sura au cymbalum et des musiciens du Nouvel Ensemble Moderne. Une invitation à l'émotion.
16,49 €
10,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 septembre 2014 | Infectious

24 Bits Distinctions Qobuzissime
Ne pas savoir dans quelle case faire rentrer Alt-J est plutôt positif, non ? Surtout qu’avec ce This Is All Yours, le deuxième album du groupe de Leeds (un quartet devenu trio), les choses ne s’arrangent guère côté classification… On peut certes dire que c’est souvent pop, parfois folk, occasionnellement electro, tantôt lyrique, quelquefois dépouillé, très porté sur la voix de son chanteur mais surtout que l’expérimentation est de rigueur à chaque coin de chanson. Bref, comme Radiohead, Alt-J empêche la pop de tourner en rond, c’est tant mieux et c’est surtout Qobuzissime ! © MD/Qobuz