La Discothèque Idéale Qobuz sélectionne des albums originaux non compilés pour en respecter la saveur et le geste artistique, qui ont marqué l'histoire du disque ou qui constituent des enregistrements essentiels de chaque genre musical. En téléchargeant ces albums, ou en les écoutant avec votre abonnement, vous choisirez le meilleur de l'histoire du disque.

Les albums

3033 albums triés par Date: du plus récent au moins récent
14,99 €

Musique symphonique - Paru le 29 avril 2014 | Andromeda

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Lorsque l’on parle du Chant de la Terre de Mahler par Bruno Walter, Julius Patzak et l’éternelle Kathleen Ferrier, on ignore généralement qu’il en existe deux versions : l’une, réalisée pour le disque les 14, 15 et 16 mai 1952 – de loin la plus connue, la plus diffusée, la plus célébrée, ne serait-ce que parce qu’elle appartient à un major. Et une, quasiment oubliée, prise sur le vif en concert le 17 mai, que voici. On dira ce que l’on veut : cette dernière vision en public, en direct et dans la spontanéité l’emporte haut la main sur celle réalisée devant micros, avec montages et tout le tralala de studio. L’interprétation de Ferrier est encore plus déchirante et nostalgique, éblouissante de noirceur – si, si, c’est possible ! Le petit jeu des comparaisons est lancé, et les auditeurs possédant les deux versions auront tout loisir de se déchirer pour telle ou telle inflexion vocale, contre telle ou telle fausse note dans l’orchestre. Disons également à tous ceux que la voix de Julius Patzak dérange de par son timbre un peu agressif dans l’enregistrement « habituel », qu’ils seront ici assez étonnés du moelleux dont il sait faire preuve en concert. Bruno Walter, lui, n’a rien à prouver : c’est ce même chef qui créa l’ouvrage après la mort du compositeur. Direction la Discothèque idéale donc, bien plus que la version habituellement mise en avant. Quant à la Quatrième Symphonie, elle apparaît ici sous un aspect fort dramatique, alors que c’est a priori la plus mozartienne des symphonies de Mahler, ne serait-ce que par son instrumentation très légère ; Walter sait en distiller l’élément le plus sombre plutôt que de fallacieusement souligner l’éventuelle légèreté dont on pourrait croire qu’elle répond à la transparence de l’orchestration. (MT)

Classique - Paru le 24 avril 2014 | EMI Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qualité Studio Masters Garantie
En 1973 est annulée la session que devait réaliser Wolfgang Sawallisch pour Electrola / EMI d'un opéra de Wagner à Dresde. D'un commun accord, l'équipe technique et les musiciens décident tout de même d'honorer le contrat et ... de graver les Symphonies de Schumann. De cela naîtra un enregistrement d'une beauté à couper le souffle. Intensité des phrasés, souplesse rythmique, chaleur de l'orchestre, tout sonne ici magistral !

Enfants - Paru le 24 avril 2014 | RCA Records Label

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
17,48 €
12,99 €

Pop - Paru le 21 avril 2014 | Universal Music Enterprises

24 Bits Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qualité Studio Masters Garantie
18,19 €

Enfants - Paru le 21 avril 2014 | Walt Disney Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
12,99 €

Pop - Paru le 18 avril 2014 | Legacy Recordings

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Tout l’art de la power pop est au cœur de ce premier album de 20/20 qui comptent parmi les plus merveilleux ambassadeurs de ce genre musical qui brilla outre-Atlantique à la fin des années 70 et au début des années 80. Chansons de moins de trois minutes, paroles bubble-gum, guitares claires bien en exergue et bien nerveuses et refrains sucrés, Steve Allen et Ron Flynt maîtrisent les règles de la power pop au point d’en avoir signé l’un des hymnes les plus respectés, Yellow Pills. Un single classique sur un album classique. © MZ/Qobuz
6,99 €

Classique - Paru le 15 avril 2014 | Ina Archives

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Est-il encore besoin de souligner combien la musique française de l’Après-guerre souffrit catastrophiquement de la politique d’apartheid musicale inspirée et menée jusqu’au-boutiquement par qui-vous-savez, de sorte que plusieurs générations de compositeurs de grand talent furent, du jour au lendemain, versés dans l’enfer de l’oubli – un oubli à 100% injustifié car des personnes comme Henri Martelli, Elsa Barraine ou André Jolivet méritent tout autant, voire bien plus, les feux de la rampe que leurs contemporains ayant courbé l’échine sous les fouches caudines du tout-sériel obligatoire. En 1952, le laminoir n’était pas encore entièrement passé et il était encore possible de recevoir commande officielle pour des œuvres modernes non-avant-gardistes, et d’être joué par l’Orchestre National de France sans être renvoyé dans les cordes par un concert de bouhs moqueurs. Pour preuve ce superbe concert dirigé par le grand, le très grand Jean Martinon, le 21 avril 1952 au cours duquel il hasardait deux œuvres fort nouvelles : la deuxième symphonie d’Elsa Barraine (composée en 1938, mais si l’on décompte les années de guerre où rien de se fit, c’est une œuvre quasi-contemporaine) et le concerto pour Ondes Martenot d’André Jolivet (1947) avec Ginette Jolivet aux manettes. En guise de bonbon, Martinon encadre le concert avec deux piliers « grand public » que sont La Création du monde de Milhaud et le Boléro de Ravel ; et annonce le concert avec la truculente Ouverture pour un conte de Boccace d’Henri Martelli, l’une des victimes les plus tragiques de la chasse aux sorcières non-sérielles de l’après-guerre. © SM/Qobuz
9,99 €

Electro - Paru le 14 avril 2014 | Software Recording Co.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
7,19 €

Diction - Paru le 11 avril 2014 | INA

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le discours du Général de Gaulle du 24 mai - La seconde nuit des barricades - La "commune de Nantes" - La conférence de Grenelle - Pompidou et Daniel Cohn-Bendit + Montage d'entretiens et d'archives
7,19 €

Documents historiques - Paru le 11 avril 2014 | INA

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le discours du Général de Gaulle du 30 mai - Les événements de juin - Bilans - Influences - Interprétations - Analyses et auto-analyses + Montage d'entretiens et d'archives
11,99 €
10,39 €

Rap - Paru le 11 avril 2014 | Columbia - Legacy

24 Bits Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuzissime - Qualité Studio Masters Garantie
Début 1994, Nas surgissait sur la scène rap avec un premier album choc, Illmatic, un des disques essentiels de l’âge d’or du hip-hop new-yorkais. Un chef d’œuvre précurseur qui ressort en édition deluxe 20e anniversaire agrémenté de dix remixes, démos et autres inédits (dont un énorme freestyle de plus de sept minutes enregistré le 28 octobre 1993 lors du mythique Stretch Armstrong & Bobbito Show sur l'antenne de la station WKCR). Dès ce premier album produit par (on prend sa respiration, attention) Pete Rock, Q-Tip, DJ Premier et Large Professor, Nas offrait une peinture poétique et nuancée de la vie dans la cité de Queensbridge. Il ouvrait surtout la voie à Notorious BIG, Jay-Z et toute une nouvelle génération de rappeurs new-yorkais. Une réédition essentielle. © MZ/Qobuz
14,99 €
11,99 €

Bandes originales de films - Paru le 7 avril 2014 | Wagram Music

24 Bits Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qualité Studio Masters Garantie
Après une plongée dans les abysses, Nikita nous propulse dans l’enfer urbain. C’est un changement de registre radical pour le tandem Serra/Besson. Et là où la mise en scène se surpasse, la musique suit elle aussi le rythme. Prolongement du Grand Bleu dans l’exploration synthétique, Nikita trouve une certaine force de renouvellement. Au final, une partition jouant un rôle majeur, au même niveau qu'Anne Parillaud , Tchéky Karyo et Jean-Hugues Anglade. © MMM/Qobuz
12,99 €

Bossa Nova & Brésil - Paru le 1 avril 2014 | EMI Records Brasil Ltda

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
10,39 €

Rock - Paru le 1 avril 2014 | Rhino - Elektra

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
18,19 €

Rock - Paru le 30 mars 2014 | Universal-Island Records Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue