La Discothèque Idéale Qobuz sélectionne des albums originaux non compilés pour en respecter la saveur et le geste artistique, qui ont marqué l'histoire du disque ou qui constituent des enregistrements essentiels de chaque genre musical. En téléchargeant ces albums, ou en les écoutant avec votre abonnement, vous choisirez le meilleur de l'histoire du disque.

Les albums

3164 albums triés par Date: du plus récent au moins récent
19,49 €

Chanson française - Paru le 18 mai 2015 | Universal Music Division Mercury Records

Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz
A force d'avoir été mort tant de fois, Daniel Darc est mort pour de bon en février 2013 à seulement 53 ans. Clap de fin brutal sur cette vie d’écorché vif ayant titubé entre excès et passions… L’ancien chanteur de Taxi Girl était sans doute la plus belle incarnation d’un Saint Sébastien transpercé de flèches. Faux dur et vrai tendre. De cette carrière chaotique dont la trajectoire sera régulièrement déviée par la drogue ou l’alcool surgiront de belles fulgurances. Des chansons incandescentes. Des cris déchirants. Ou juste touchants. Si pour beaucoup le chanteur fut une icône, lui s’en entoura sans compter. Elvis, Chet, Drieu, Coltrane, Nijinsky, James Dean, Vian, Van Morrison, Jacques Rigaut, Elvis, la liste de ces images pieuses qu’il serrait contre son âme était longue, exigeante et plus que chérissable. 2004 marqua un tournant pour cet extra-terrestre qui errait alors dans Paris et dont l’image était pour certains plus souvent celle d’un loser flamboyant que d’un véritable auteur. Avec le sublime Crèvecœur qui parait cette année-là, Daniel Darc ressuscite et dévoile un talent fulgurant. L’album réalisé avec l’aide de Frédéric Lo ramasse les lauriers des médias et trouve même un public : 60.000 exemplaires vendus et une Victoire de la Musique dans la catégorie – on croit rêver ! – Album révélation de l'année. Les chansons de Crèvecœur comptent parmi les plus belles de leur auteur et de leur époque. Sans artifice comme par le passé, Darc épure sa prose, livrant de la poésie pure qui touche au cœur. Frédéric Lo trouve les mélodies et l’instrumentarium adéquate pour ne pas dire parfait. Surtout Crèvecœur est l’album ressemblant le plus à son auteur qui ne cherche ici aucun effet de manche ou de fatigants name dropping cultureux… Cette Super Deluxe Edition qui parait onze années plus tard propose, en plus de l’album original, un deuxième disque de 17 titres supplémentaires. L’occasion de découvrir onze inédits (dont le tubesque Désolé écrit pour Johnny) et cinq raretés. « Pendant la genèse de Crèvecœur, se souvient Frédéric Lo, Daniel et moi avons passé beaucoup de temps à écouter des morceaux rares, inédits ou des enregistrements pirates de nos artistes préférés, des bootlegs qu’il affectionnait particulièrement. C’est cette même démarche qui me conduit aujourd’hui à partager des instants de création, fragiles mais vrais. » © MZ/Qobuz
12,99 €

Amérique latine - Paru le 18 mai 2015 | Soul Jazz Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 4 mai 2015 | Editions Milan Music

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L’œuvre la plus célèbre du grand compositeur Elmer Bernstein ! Si le film Les Sept mercenaires est entré dans la légende comme l’un des meilleurs western de l’histoire du cinéma, c’est en partie grâce à sa musique. Nominée aux Oscars en 1961, cette bande originale reste l’une des plus facilement identifiables et s’inscrit comme un symbole de la culture américaine. Le disque parvient à retranscrire fidèlement les partitions de ce chef d’œuvre avec une qualité sonore excellente mettant en valeur les thèmes et les envolées épiques et tragiques composées par le grand Bernstein. Plus de 50 ans après, la magie opère toujours. © LG/Qobuz
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 14 avril 2015 | JMS

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Il y eut d’abord ces nombreuses piges de sideman aux côtés de géants américains nommés Bud Powell, Donald Byrd, Dexter Gordon ou Kenny Clarke. C’était les années 60 et Henri Texier faisait alors forte impression. Mais la soif de liberté à laquelle les jeunes jazzmen d’alors aspirent l’embarque dans son tourbillon et le contrebassiste barbu mais pas barbant devient un maître de l’avant-garde alors qu’il n’a pas 20 ans. Texier intègre même des éléments de musique du monde dans son univers musical, à une époque où la world est loin d’être populaire ou ne serait-ce que connue. Réunis dans cette géniale parution, ses trois premiers enregistrements effectués sur le label JMS : Amir en 1975, Varech en 1977 et A Cordes et à Cris en 1979. Trois opus intégralement remasterisés. On croise aux côtés de Texier, des artistes tels qu’Aldo Romano, Gordon Beck ou Didier Lockwood, et on boit cet alliage de jazz et de rythmes et de sons venus d’ailleurs. Les années rendent même ces trois disques encore plus touchants et inspirants. Ils prouvent surtout que le jazz ne tournait alors pas en rond et que des créateurs de la trempe d’Henri Texier avaient de nombreuses choses à dire et, surtout, à raconter. © MD/Qobuz
15,39 €
12,99 €

Country - Paru le 3 avril 2015 | RLG - Legacy

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 23 mars 2015 | Editions Milan Music

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La plus célèbre partition de Ryuichi Sakamato pour le 7e Art est sans doute la plus mal connue. Car si le thème du film réalisé par Nagisa Oshima a quant à lui fait le tour du monde, le reste des compositions écrites par l’ex-leader du Yellow Magic Orchestra sont souvent négligées. Comme à l’accoutumée, Sakamoto jongle ici à la perfection entre sa passion pour la musique française du début du XXe siècle (Ravel et Debussy en tête), la musique répétitive (Reich et surtout Glass) et sa connaissance des musiques traditionnelles de son Japon natal. La fusion de tous ces éléments apparemment disparates trouve ici une cohésion bluffante et qui se savoure même sans les images de ce film pour lequel Sakamoto endossera également son costume de comédien aux côtés d’un certain David Bowie… © MZ/Qobuz
17,48 €
12,99 €

Rap - Paru le 23 mars 2015 | Universal Music GmbH

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Kendrick Lamar n’est pas juste l’auteur du chef d’œuvre good kid, m.A.A.d city paru en 2012. Non, le Californien est simplement le rappeur le plus important de sa génération. Haut la main même ! Rares sont en effet ceux aussi bien vénérés par l’undergound du hip hop que les anciens, les nouveaux mais aussi le grand public. Kendrick est sans doute le seul à réunir tous les suffrages. Tous. Et ce troisième album, To Pimp A Butterfly et son titre clin d’œil au To Kill A Mockingbird de Harper Lee, ne fait que conforter ce roi dans son trône. Un opus d’une densité impressionnante dans le fond comme dans la forme, dans ses productions comme dans ses textes. Un disque à écouter en boucle pour en savourer les centaines de subtilités. Loin d’avoir joué la carte de la facilité en surfant sur le succès de son précédant album, le MC de Compton brasse ici une multitude de styles, parfois même osés. G-funk, jazz, boom bap, nu soul, électro, blaxploitation, funk, P-Funk, dirty South, tout y passe ! Le soul train de Kendrick regarde aussi bien dans le rétroviseur de la Great Black Music que droit devant lui ; dans le turfu comme dirait l’autre… Quant à sa plume, son agilité est elle aussi affolante. Trip introspectif, commentaire sociétal, second degré, parenthèse politique, trait d’humour, prose du bitume ou ego trip, Kendrick Lamar sait et peut tout faire. Côté featurings enfin, c’est là aussi le grand jeu avec des piges du parrain George Clinton, du régional de l’étape Snoop Dogg, de Pharrell ‘Je suis partout’ Williams, de Ronald Isley des Isley Brothers, de Bilal, de la rappeuse Rapsody et même de l’allumé Thundercat ! A se demander si avec cet album, Kendrick Lamar ne livre pas aux années 2010 ce que Nas offrit aux années 90 avec son mythique Illmatic. Ambitieux et déjà historique, To Pimp A Butterfly est déjà… un classique ? © MZ/Qobuz
15,39 €
11,69 €

Rock - Paru le 17 mars 2015 | RCA - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec Transformer, son chef d’œuvre qui parait en novembre 1972, Lou Reed propose une version new-yorkaise du glam rock de Bowie. Celui-ci produit ce second disque solo, et prête au Lou son fidèle guitariste Mick Ronson. Grandiloquent et poète sur Perfect Day, nerveux et serré pour Vicious et noctambule et vénéneux sur Walk On The Wild Side qui livre un génial tango basse et sax, félin à souhait : voilà un album en forme de bande originale idéale d’une New York androgyne, décadente et plus urbaine que jamais. © MZ/Qobuz
9,99 €

Blues - Paru le 24 février 2015 | Smithsonian Folkways Recordings

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
Entre 1941 et 1947, Lead Belly a enregistré avec Folkways Records certaines des compositions les plus importantes de l’histoire de la musique américaine. Virtuose de la guitare à 12 cordes et doté d’une voix puissante, le musicien originaire de la Louisiane a su, malgré une courte carrière, laisser une empreinte indélébile dans le monde du blues et de la folk. Cette anthologie, compilée et produite par Jeff Place et Robert Santelli, regroupe plus d’une centaine de titres qui ont fait de Lead Belly l’un des artistes les plus influents de sa génération, ayant été repris par de nombreux artistes venus de toutes horizons (Nirvana, Beach Boys, Elvis Presley, Abba…). © LG/Qobuz
11,99 €

Musique de chambre - Paru le 13 février 2015 | Solstice

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Noëlle Spieth a passé des années à réfléchir, à travailler et à peaufiner ses interprétations de Couperin et de Rameau. L'intégrale qu'elle offre de ce dernier est magnifique de cohérence, d'imagination et de style. Enregistrée sur un clavecin parisien du XVIIIe siècle (Benoist Stehlin)qui possède une sonorité et une résonance exceptionnelles, cette intégrale est destinée aux amateurs de "gourmandise" sonore, tant la sonorité de cet instrument est charnelle pour ne pas dire sensuelle. FH
6,39 €

Classique - Paru le 5 février 2015 | Solstice

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Maria Luisa Cantos, piano
15,39 €
12,99 €

Rock - Paru le 2 janvier 2015 | RCA - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
15,39 €
12,99 €

Bandes originales de films - Paru le 2 janvier 2015 | RCA Victor - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
15,39 €
12,99 €

Rock - Paru le 2 janvier 2015 | RCA - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
15,39 €
12,99 €

Bandes originales de films - Paru le 2 janvier 2015 | RCA - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz