AU SOMMAIRE

NUMÉRO 54 - JUILLET 2016

En couverture

BadNotGood : grosse chaleur

Rencontre

Matthieu Chédid & Yaron Herman

Dossier

Grosse chaleur: pochettes les plus hot, disques les plus coquins...

Sans oublier des articles consacrés à Theo Croker, Christine Salem, Hailu Mergia, Branford Marsalis, Martha High, l'ONJ a 30 ans, Emile Savitry, Olivier Roueff, Whirlwind Records et à bien d'autres.

Les albums

14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 8 juillet 2016 | Ninja Tune x Steve Reid Foundation

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Un superbe ovni. Un disque brisant frontières et cloisons. Enregistré entre l'Inde et l'Angleterre, Day To Day marie la musique folk traditionnelle de la communauté Sidi avec le jazz et la musique électronique. Avec la participation du saxophoniste britannique Shabaka Hutchings (Sons Of Kemet et The Comet is Coming), de la pianiste sud-africaine Cara Stacey (avec qui Korwar forme le duo Pergola qui s'emploie à réhabiliter des instruments traditionnels) et du clarinettiste indien Arun Ghoshe, ce premier album de Sarathy Korwar suit la lignée et l’esprit du légendaire percussionniste et batteur Steve Reid, ayant quitté New York au milieu des années 60 pour accomplir un pèlerinage spirituel à travers l’Afrique. Conçu pendant un long voyage dans la région de Gujarat, suivi de séances aux Studios Dawn à Pune, Day To Day a été réalisé à partir de field recordings enregistrés auprès d'une troupe Sidi de Ratanpur, dont les voix et les percus forment l’épine dorsale de l’album. La troupe dispose de cinq batteurs – leurs polyrythmies reflétant leur héritage africain, contrairement aux batteurs indiens traditionnels qui jouent à l’unisson. « Le disque parle de la façon dont nous vivons, individuellement et collectivement, au quotidien, les taches et les rituels quotidiens qui nous rassemblent. C’est une célébration du trivial et du banal, explique Sarathy Korwar. Les femmes Sidis font des collages impressionnants à partir de chiffons de tous les jours. C’est comme ça que je vois mon album ». © CM/Qobuz
13,49 €
11,69 €

Jazz - Paru le 10 juin 2016 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Avant de s’éclipser soudainement en novembre 2015, victime d’une crise cardiaque alors qu’il était en tournée en Espagne, Allen Toussaint avait terminé un nouvel album studio. L'enregistrement s’est déroulé lors de deux séries de sessions avec le producteur Joe Henry, Toussaint, au piano, étant épaulé par une section rythmique composée de Jay Bellerose et David Piltch. Cerise sur le gâteau, une poignée d’invités parmi lesquels Bill Frisell, Charles Lloyd, Greg Leisz, Rhiannon Giddens et Van Dyke Parks. Au menu des festivités dans ces habits sobres et élégants, de grands classiques signés Toussaint évidemment mais aussi Professor Longhair, Duke Ellington, Fats Waller, Bill Evans ou bien encore Paul Simon. Cette feuille de route donne un album posthume aussi élégant que l’était Allen Toussaint. Une célébration raffinée de toutes les musique de sa Nouvelle-Orléans natale et plus précisément du jazz éternel. Un magnifique adieu. © MD/Qobuz
13,49 €
11,69 €

Jazz - Paru le 3 juin 2016 | Nonesuch

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS
Ces trois-là, on connait déjà. Et pourtant. Oui pourtant. Rarement l’association Brad Mehldau, Jeff Ballard et Larry Grenadier n’avait atteint une telle profondeur. Le contexte délimité et décrit par le titre du disque – du blues et des ballades – est déjà un appel au raffinement et à la beauté. Il aurait pu tout aussi bien être un piège, les disques de blues et de ballades alimentant déjà des milliers d’étagères chez les fans de jazz. Mais l’entente et la complicité entre les trois hommes accouchent d’une musique épurée et inspirée au possible. A aucun moment, la virtuosité de Mehldau ne vient flouter sa force narrative qu’il met ici en exergue, encore plus qu’à l’accoutumée. Ce trio, qu’il pioche dans le livre d’or de la pop (And I Love Her des Beatles et My Valentine de McCartney en solo), dans l’American Songbook (I Concentrate On You de Cole Porter) ou dans les standards de jazz (Cheryl de Charlie Parker et These Foolish Things (Remind Me Of You) de Jack Strachey), réussit à faire entendre sa voix, rien que sa voix. Celle de l’émotion pure qui n’a besoin d’aucun artifice ou d’effet de manche pour viser au cœur. © MZ/Qobuz
11,69 €

Jazz - Paru le 3 juin 2016 | Nonesuch

Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Ces trois-là, on connait déjà. Et pourtant. Oui pourtant. Rarement l’association Brad Mehldau, Jeff Ballard et Larry Grenadier n’avait atteint une telle profondeur. Le contexte délimité et décrit par le titre du disque – du blues et des ballades – est déjà un appel au raffinement et à la beauté. Il aurait pu tout aussi bien être un piège, les disques de blues et de ballades alimentant déjà des milliers d’étagères chez les fans de jazz. Mais l’entente et la complicité entre les trois hommes accouchent d’une musique épurée et inspirée au possible. A aucun moment, la virtuosité de Mehldau ne vient flouter sa force narrative qu’il met ici en exergue, encore plus qu’à l’accoutumée. Ce trio, qu’il pioche dans le livre d’or de la pop (And I Love Her des Beatles et My Valentine de McCartney en solo), dans l’American Songbook (I Concentrate On You de Cole Porter) ou dans les standards de jazz ( Cheryl de Charlie Parker et These Foolish Things (Remind Me Of You) de Jack Strachey), réussit à faire entendre sa voix, rien que sa voix. Celle de l’émotion pure qui n’a besoin d’aucun artifice ou d’effet de manche pour viser au cœur. © MZ/Qobuz
17,99 €

Jazz - Paru le 1 juin 2016 | Fremeaux Heritage

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 27 mai 2016 | Nome

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
8,99 €

Jazz - Paru le 20 mai 2016 | Promise Land

Distinctions Elu par Citizen Jazz - CHOC de JAZZmagazine-jazzman - Indispensable JAZZ NEWS - OUI! de Culture Jazz
9,99 €

Jazz - Paru le 20 mai 2016 | Whirlwind Recordings

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
5,99 €

Jazz - Paru le 13 mai 2016 | Cristal records

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
14,99 €
9,99 €

Electro - Paru le 13 mai 2016 | Brainfeeder

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - L'album du mois JAZZ NEWS
Du naive computer jazz. Du jazz d’ordinateur naïf en quelque sorte. C’est ainsi que Mitchel Van Dinther alias Jameszoo a baptisé sa musique. Un élixir étrange et envoûtant qui donne ce premier album du producteur néerlandais pour Brainfeeder, le label de Flying Lotus… Originaire de Den Bosch, petite ville du sud de la Hollande, Van Dinther a d’abord fait ses armes comme DJ, jonglant avec tous les types de musiques osées : jazz d’avant-garde jazz, rock progressif, krautrock, électro expérimentale, etc. Pour ce disque conçu sous ce sobriquet de Jameszoo, il dit avoir été influencé pour ne pas dire obsédé par trois albums : Steve Kuhn (1971) de Steve Kuhn, Arthur Verocai (1972) d’Arthur Verocai et Rock Bottom (1974) de Robert Wyatt. Obsédé au point d’avoir contacté en direct Kuhn et Verocai pour qu’ils participent à son projet ! Et l’Américain comme le Brésilien ont accepté de mettre leurs grains de sel dans cet ovni sonore fou. Oui fou, car sans logique ni homogénéité. La musique à 360° d’un artiste regorgeant d’influences. Un artiste prêt à tendre tous les ponts possibles et imaginables. On entre donc guère facilement dans ce Fool, œuvre hautement exigeante et totalement inclassable. © MD/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 13 mai 2016 | naïve Jazz

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - Qobuzissime
L’idée de monter un quartet de ce genre n’est pas nouvelle pour la talentueuse Airelle Besson. En effet, elle avoue en 2014 (année des premières répétitions avec le groupe) qu’elle avait passé les cinq années précédentes à potasser le sujet. Très rapidement l’alchimie entre les membres du groupe prend place et Airelle Besson affirme son choix de collaboration avec Benjamin Moussay (piano, synthé) et Fabrice Moreau (batterie). La découverte de la perle rare se fera plus tard en la personne d’Isabel Sörling.  La Scandinave à la voix d’agent utilise parfois son organe vocal comme un instrument, rendant le jazz mélodieux d’Airelle Besson encore plus aérien. Organique et minimaliste de bout en bout, l’ensemble musical de Radio One est gracieux et délicat. En plaçant l’émotion au cœur du projet, le quartet transforme son jazz en nuage où les auditeurs prendront plaisir à se poser. Formation atypique pour la nouvelle étoile de la trompette française, cette formation offre un véritable bol d’air créatif à la musicienne récemment récompensée. © AR/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 29 avril 2016 | Onjazz Records

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
A l'instar du cinéma de genre post-apocalyptique, le quartet Post K propose une lecture décalée du jazz de la Nouvelle-Orléans après le passage de l'ouragan Katrina. Appartenant à la nouvelle génération de musiciens de jazz, aussi brillants qu'éclectiques, le clarinettiste (de l'Orchestre National de Jazz Olivier Benoit) Jean Dousteyssier, son frère Benjamin, Matthieu Naulleau et Elie Duris interprètent le répertoire des années 20-30, notamment celui des pianistes de stride comme Fats Waller, Willie “The Lion” Smith ou Eubie Blake, dont ils tirent des particularités de jeu, qu'ils appliquent avec un regard contemporain dans l'écriture comme dans l'improvisation. Egalement largement influencé par le free jazz des années 60-70 et par la musique improvisée européenne des vingt dernières années, Post K invite à une musique populaire, à la fois riche et savamment déstructuré, dans des formats courts, à l'image des premiers enregistrements de jazz.
6,99 €

Jazz - Paru le 21 avril 2016 | Atypeek Music

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Manuel Adnot, guitariste du trio Sidony Box, a imaginé ce projet April Fishes comme un voyage improvisé et narratif au sein du monde aquatique. Il a ainsi proposé au guitariste et violoncelliste Adrien Dennefeld de monter ce nouveau groupe, inspiré des musiques improvisées et électroniques. Pour compléter l’équipe, le saxophoniste Romain Dugelay et le batteur Sylvain Darrifourcq apportent leurs énergies toutes particulières, au service d’un propos thématisé. April Fishes nous embarque ainsi pour des sensations virtuelles, fournies par l’imaginaire associé à l’univers marin… Tout au long des sept pièces qui composent ce premier album, la symbolique est restituée avec une grande force d’évocation et un sens certain du récit, voire de l’odyssée. Les quatre musiciens, qui s’étaient à maintes reprises croisés sur scène mais signent ici leur première œuvre commune, déploient une alliance mouvante d’instruments acoustiques et électriques ou électroniques. Guitare nylon, violoncelle, capteurs sur la batterie, machines, saxophone baryton... l’instrumentarium permet une texture sonore tantôt dense, tantôt aérée. Tissant un vrai patchwork de timbres, déroulant à l’envi des nappes sonores éthérées et des riffs planants, l’ensemble évoque volontiers les grands espaces à l’instar du groupe post-rock islandais Sigur Rós, tout en gardant un ancrage dans les musiques libres et les drames instantanés de l’improvisation. Un disque dans lequel on ne peut que plonger tête la première…
9,99 €

Jazz - Paru le 15 avril 2016 | Stunt Records

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Etonnant que cet album d’Aaron Parks conçu au sortir d’une résidence au Danemark. En compagnie d’une rythmique locale composée du contrebassiste Thomas Fonnesbæk et du batteur Karsten Bagge, le pianiste américain déroule sa superbe palette stylistique déjà contemplée sur Arborescence paru chez ECM en 2012, Invisible Cinema publié par Blue Note en 2008 ou bien encore au sein du groupe James Farm avec Joshua Redman, Matt Penman et Eric Harland. Dans les brisées du style de Brad Mehldau, Parks impose tout au long de Groovements un piano multicolore, alternant entre la mélancolie et la joie pure. Un jeu qu’ont apprivoisé à la vitesse de l’éclair ses complices d’un jour. Avec une grande intelligence, le trio offre ici un jazz virtuose jouissif à la musicalité communicative. © MD/Qobuz
9,99 €

Jazz - Paru le 15 avril 2016 | Buda musique

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Donnant une seconde jeunesse à ses Yeddish Cowboys, Yom forme un quintet faisant belle part à la guitare et ses dérivées. A travers cet album, qui s’apparente être un recueil, Yom remonte l’histoire de sa famille. Né d’un père s’étant installé aux Etats-Unis suite à la Seconde Guerre mondiale et d’une mère juive, il visualise en musique avec neuf titre son rêve américain. Voyage itinérant au cœur de l’infinie étendue des grandes plaines, dans le froid glacial des Appalaches, dans les lacs et leur calme déroutant, mais aussi dans l’âpreté des canyons… Faisant un parallèle entre les ballades traditionnelles yiddish et celles américaines, Yom vient sublimer à la clarinette un ensemble porté par les guitares folk, parfois country mais aussi rock’n’roll. Défini par une mélancolie incessante, cet album est une hymne à la solitude et à la découverte de soi-même à travers d’interminables voyages… © RB/Qobuz