AU SOMMAIRE

NUMÉRO 58 - DECEMBRE 2016

En couverture

2016, le menu-maxi best of

Dossier

77 prophéties pour 2017

Enquête

De quoi le jazz est-il la marque ?

Sans oublier des articles consacrés à Gui Duvignau, Kadhja Bonet, Gabriel Garzon-Montano, Sharon Jones, Guy Darol, Steve Lehman, Horace Parlan, Lee Fields et à bien d'autres.

Les albums

13,49 €
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 20 octobre 2017 | Label Bleu

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 6 octobre 2017 | La Buissonne Studios

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
16,49 €
10,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 6 octobre 2017 | [PIAS] Le Label

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS
« Pour Lilies, j’ai voulu me retirer dans ma cave avec mon Pro-Tool, mon ordinateur et un micro Sure acheté cent euros. J’aurais pu m’offrir un grand studio et faire une grosse production. Mais j’ai souhaité me limiter à ce matériel. Je voulais revenir à l’essence même de la créativité. J’étais dans cette pièce où il n’y avait pas de lumière, où je ne faisais pas la distinction entre le jour et la nuit. Une situation particulièrement inconfortable, mais je me sentais libre. Je n’avais pas besoin de plus. » L’esprit et le contexte dans lesquels Melanie De Biasio a conçu Lilies sont finalement à l’image de cette artiste à part… Une chanteuse-musicienne toujours prête à se remettre en question pour à nouveau faire trembler les paravents qu’on met habituellement entre les genres musicaux. Paru en 2013, son album No Deal excellait dans ce corps à corps atmosphérique entre jazz, électro et rock. La Belge qui vénère Nina Simone et Abbey Lincoln s’éloigne à nouveau avec délicatesse des classiques sentiers battus de ce qu’on appelle communément le jazz vocal pour flâner vers la soul, le trip hop, le blues voire dans des éthers on ne peut plus impalpables. Dans ces séquences en apesanteur, Lilies impose un peu plus la marque De Biasio. Une manière de réduire en poussière les étiquettes et de jongler avec l’ombre et la lumière, le jour et la nuit. © MD/Qobuz
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 29 septembre 2017 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 29 septembre 2017 | Motema

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Publié en 2015, Family First était un convaincant premier épisode pour le quartet de Mark Guiliana. Deux ans plus tard, le batteur du New Jersey retrouve le saxophoniste Jason Rigby, le pianiste Fabian Almazan et le bassiste Chris Morrisey pour un disque encore plus dense, intitulé Jersey. Un enregistrement qui est aussi une réflexion pour le batteur ayant travaillé avec John Scofield, Donny McCaslin, Meshell Ndegeocello, Avishai Cohen, David Bowie (il a participé à son dernier album, Blackstar) et Brad Mehldau (il forme un duo explosif avec le pianiste), sur son art et sur le format du quartet. « Beaucoup de mes disques en tant que leader, précise-t-il, étaient portés par des textures et des rythmiques électroniques, mais pour Family First et aujourd’hui Jersey, j’ai eu le sentiment qu’il était temps de présenter ma musique dans un environnement entièrement acoustique… Le Jazz Quartet est donc mon humble tentative de proposition personnelle à partir de la palette traditionnelle saxophone-piano-basse-batterie. Avec ce choix de formation, le groupe est confronté à un challenge : comment être créatif à l’intérieur de ce cadre défini ? Quelle liberté et quelle expérimentation peut-on y trouver ? » Sens de la narration, improvisations hors-pair, sophistication harmonique et rythmique, il y tout ça dans Jersey. Le disque d’un quartet avant d’être celui d’un batteur. © MD/QObuz
22,49 €
14,99 €

Jazz vocal - Paru le 29 septembre 2017 | Mack Avenue Records

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Album après album, Cécile McLorin Salvant rappelle qu’elle est tout sauf le cliché de la « chanteuse jazz ». Révélée au grand public en 2013 avec le somptueux WomanChild, elle avait haussé le ton, deux ans plus tard, avec For One To Love, un disque encore plus maîtrisé, plus complet et sur lequel sa voix faisait davantage de miracles. Celle qui vit le jour le 28 août 1989 à Miami en Floride et étudia le droit français, le baroque et le jazz vocal à Aix-en-Provence avant de remporter le Concours International Thelonious Monk en 2010 (à seulement 20 ans devant un jury composé d’Al Jarreau, Dee Dee Bridgewater, Patti Austin, Dianne Reeves et Kurt Elling !) était également une impressionnante compositrice comme le montraient les cinq chansons originales de cette cuvée 2015… Avec Dreams And Dagger, la Franco-américaine installée à Harlem signe un troisième album enregistré en concert dans la Mecque new-yorkaise du Village Vanguard et au DiMenna Center avec son fidèle trio (le pianiste Aaron Diehl, le contrebassiste Paul Sikivie et le batteur Lawrence Leathers) et, en invités sur certains titres, le Quatuor Catalyst et le pianiste Sullivan Fortner. Un vrai choix pour celle qui rêve de n’enregistrer que des albums live, là où le son de son groupe lui paraît le plus authentiquement représenté. Plus classique dans sa forme que ses deux précédents enregistrements, Dreams And Dagger est surtout la preuve de son aisance quel que soit le répertoire. Dans un standard comme My Man’s Gone Now où on ne compte même plus les milliers de versions existantes, elle embarque la mélodie et sa voix sur des sentiers inédits et l’effet est assez stupéfiant. Et puis Cécile McLorin Salvant fait aussi corps avec son trio qui n’est jamais un simple faire-valoir de son organe de feu mais un élément essentiel de son univers musical. Bref, elle trace, une fois de plus, un peu plus profondément son sillon loin de la sainte-trinité Billie/Sarah/Ella car comme l’a dit Wynton Marsalis, « des chanteuses comme ça, vous en avez une par génération ou toutes les deux générations… » © MD/Qobuz
11,99 €
7,99 €

Jazz - Paru le 22 septembre 2017 | DStream

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
14,49 €

Jazz vocal - Paru le 22 septembre 2017 | The Lost Recordings - Fondamenta

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
10,49 €
6,99 €

Classique - Paru le 21 septembre 2017 | Continuo Musique

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
19,99 €
14,49 €

Jazz - Paru le 15 septembre 2017 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
14,99 €
9,99 €

Free jazz & Avant-garde - Paru le 8 septembre 2017 | Laborie Jazz

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Un beau souffle. Ample et posé. On entre dans ce Mona d’Elodie Pasquier à pas feutrés. Mais ça ne dure pas. Les coups vont pleuvoir. Les caresses aussi. Du sang, des larmes, des sourires, des baisers et tout le reste remplissent les 45 minutes de ce disque dense. Il y a surtout cette sensation que le son de la clarinette d’Elodie Pasquier fait corps avec le son de sa propre respiration. Passer du calme à la tempête et réunir puissance et sagesse avec autant de grâce n’est pas à la portée de tous. On sentait le potentiel dans ses faits d’arme passés. Avec orTie en duo avec feu Grégoire Gensse notamment. Mais là, pour cet enregistrement portant son seul nom, son aura prend de l’ampleur. Seule pas vraiment puisqu’Elodie Pasquier est encadrée par quatre solides gardes du corps : l’impressionnant guitariste islandais Hilmar Jensson, le batteur belge Teun Verbruggen, le trompettiste Fred Roudet et le saxophoniste Romain Dugelay. Un quintet d’aventuriers de l’âme. Des chasseurs de timbres qui alternent entre séquences free et méditations épurées sans jamais surligner les transitions. Non, pas de sas de décompression dans cette musique. Juste une palette de souffles. Epoustouflante. © MZ/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 1 septembre 2017 | jazz family

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 1 septembre 2017 | Jazz & People

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
25,49 €
16,99 €

Jazz - Paru le 16 juin 2017 | Sam Records

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS - Jazzwise Five-star review
Le cinéaste Roger Vadim eut beau trancher en faveur de la B.O. d’Art Blakey et de ses Jazz Messengers pour illustrer son adaptation cinématographique moderne des Liaisons dangereuses de Laclos, la partition élaborée par Thelonious Monk est tout aussi impressionnante. Non pas pour son originalité puisqu’il s’agit essentiellement des propres thèmes, revisités, du pianiste. Superbement exhumée par le label Sam Records (son Hi-Res 24Bit et livret numérique passionnant), cette session new-yorkaise inédite du 27 juillet 1959 réunissait, autour du pianiste, les saxophonistes Charlie Rouse et Barney Wilen, le contrebassiste Sam Jones et le batteur Art Taylor. Une séance assez magique durant laquelle un Monk détendu au possible laisse le champ libre notamment à ses deux ténors. Un vrai trésor caché à découvrir d’urgence. © MD/Qobuz « [...] La surprise est de taille, aucune nouveauté contemporaine ne pouvant se comparer à l'irruption d'une telle Atlandide inouïe. "Crepuscule with Nellie", qui accompagnait le générique du film, n'a peut-être jamais été aussi magnifique, aussi poétique et déchirant. L'ensemble constitue une extraordinaire révélation, un indispensable et inoxydable monument.» (Classica, juillet-août 2017 / Jean-Pierre Jackson)
16,99 €
12,99 €

Bandes originales de films - Paru le 9 juin 2017 | Lo-Max - Columbia

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS