Les albums

37,99 €

Classique - Paru le 28 novembre 2014 | RCA Red Seal

Distinctions Diapason d'or
22,49 €
14,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 19 novembre 2014 | Ediciones Singulares

24 Bits Livret Distinctions Diapason d'or
D'abord imaginé comme un fastueux spectacle de plein air pour le Théâtre antique d'Orange, Les Barbares de Saint-Saëns furent finalement créés au Palais Garnier en octobre 1901. L'action scénique renonce à une débauche d'effets sanguinaires pour se concentrer sur l'évolution du rapport amoureux entre la vestale Floria et le chef barbare Marcomir qui succombent à la passion dans une cité romaine à feu et à sang, assiégée par les Germains. L'intérêt musical culmine d'ailleurs dans leur splendide duo qui termine l'acte II. Tout comme Massenet à la même époque, Saint-Saëns illustre avec cet opéra sa capacité à modifier son style au gré de ses inspirations littéraires, en déployant sa science orchestrale. Dans la veine des Troyens de Berlioz, il n'hésite pas à intituler "tragédie lyrique" cette révérence aux sujets antiques du XVIIIe siècle. Comme nous l'apprend la notice, la relation de travail entre le compositeur et Victorien Sardou, son librettiste, n'a pas été des plus faciles : " Ce n'est pas une collaboration, note ce dernier, c'est un combat !" Saint-Saëns en effet ne se gêne pas pour retoucher, réduire, même supprimer tout ce qui pourrait l'obliger à retoucher sa partition — laquelle valait vraiment la peine qu'on l'exhume. Très bon duo Floria (Catherine Hunold) / Marcomir (Edgaras Montvidas) et excellente direction de Laurent Campellone.
17,48 €
9,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 17 novembre 2014 | Universal Music Division Classics Jazz

24 Bits Livret Distinctions Diapason d'or
S'entourant d'une brochette de stars américaines telles que Wynton Marsalis, Chris Botti, Kelli O'Hara ou Gregori Porter, Renée Fleming s'offre une escapade jazzy inattendue en reprenant quelques standards parmi les plus connus du répertoire de Noël. Voilà du cross over bien troussé et swingant, à la fois folk, groove, blues..., servi par une voix qui n'a rien perdu de sa musicalité, de son élégance et de sa finesse. Deviendrait-elle une chanteuse de jazz après avoir incarné tant de grands rôles d'opéras ? Quoiqu'il en soit, sa reconversion est parfaitement réussie ! (GG)
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 13 novembre 2014 | Alia Vox

24 Bits Livret Distinctions Diapason d'or
La Lira d’Espéria, c’est l’instrument à cordes de l’Hespérie – le nom que l’Antiquité grecque donnait aux deux péninsules occidentales de la Méditerranée, l’italique et l’ibérique. Jordi Savall a choisi pour ses explorations trois instruments anciens : le rebec, la vielle ténor et le rabâb arabo-andalou, soutenu par les percussions de Pedro Estevan. Le répertoire médiéval pour instruments d’archet et composé de musiques provenant des diverses cultures chrétiennes, juives et arabo-andalouses, présentes alors dans les territoires ibérique et italique, mais c’est plus précisément en Hespérie ibérique que l’on trouve les premières traces d’instruments à archet. Selon Savall lui-même, le concept d’idéal sonore de ces époques devait fortement différer de celui d’aujourd’hui : seules les sonorités et les techniques de certains instruments populaires actuels tels qu’on les joue en Crète, en Macédoine, au Maroc ou même en Inde peuvent donner une idée approximative de ce qu’étaient les musiques de danse ou populaires : un son archaïque et parfois primitif mais plein d’énergie vitale. Voici un magnifique essai de reconstitution de l’atmosphère musicale médiévale. (MT)
74,99 €

Quatuors - Paru le 11 novembre 2014 | Music and Arts Programs of America

Livret Distinctions Diapason d'or
Pendant des décennies, le violoniste Alexander Schneider (né Abram Sznejder ; 1908 – 1993) fut l’un des plus considérables solistes de son temps ; soliste, mais encore plus chambriste, aux côtés par exemple de Casals, de Stern et tant d’autres de la même eau. Il fit partie du Quatuor de Budapest, du New York Quartet, et naturellement du Schneider Quartet dont voici quelques-uns des plus beaux enregistrements de Haydn, réalisés entre 1951 et 54. Car Schneider joua plus ou moins toute la musique que Haydn consacra à tant de formations de chambre, ce qui représente un corpus phénoménal. Parmi ce corpus, les quatuors à cordes sont sans doute le plus abouti de sa production ; on a tendance à les négliger un peu, serait-ce devant leur nombre impressionnant (soixante-huit, écrits tout au long de l’existence du maître) ? Toujours est-il que sans les quatuors de Haydn, point de quatuors de Mozart ni de quatuors de Beethoven ni de quatuors de Schubert, car le bonhomme a entièrement défriché le terrain pour fonder, tout seul comme un grand, le format, l’écriture spécifique, le langage intime de cette formation la plus idéale qui soit. Notez qu’en plus des quatuors à cordes, le Quatuor Schneider offre les Sept dernières paroles du Christ en croix, l’un des sommets de l’art de Haydn. Très soigneuse remastérisation à partir des matrices originales, pour une sonorité exemplaire. (MT)
18,00 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 10 novembre 2014 | Channel Classics Records

24 Bits Livret Distinctions Diapason d'or
9,99 €

Classique - Paru le 10 novembre 2014 | Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg

Distinctions 5 de Diapason
24 Préludes, Op. 28 - Prélude n°25 Op. 45 - Prélude n°26 Op. Posthume / Christoph Eschenbach, piano
20,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 6 novembre 2014 | Decca

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
L'enregistrement n'est certes pas tout jeune (1955), mais il représente un sommet du style mozartien viennois. A la tête de l'Orchestre Philharmonique de Vienne, Erich Kleiber dirige souverainement avec une constante préoccupation théâtrale, grâce à des tempi très vifs et une tension permanente. Lisa della Casa est une Comtesse noble et touchante, Suzanne Danco (venue par hasard dans cet enregistrement) campe un espiègle et coquin Cherubino, Hilde Guedden est la Susanna rouée que l'on attend et Alfred Poell un Comte avec une belle présence... mais un italien assez rudimentaire. Ce que l'on entend avant tout, c'est le style inimitable de musiciens pour lesquels Mozart était l’indispensable pain quotidien. Miraculeux ! FH
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 4 novembre 2014 | Zig-Zag Territoires

24 Bits Livret Distinctions Diapason d'or
16,79 €
10,19 €

Piano solo - Paru le 3 novembre 2014 | harmonia mundi

24 Bits Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
16,79 €
10,19 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 3 novembre 2014 | harmonia mundi

24 Bits Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - 4 étoiles Classica
Voyage d'une âme solitaire, écorchée, crucifiée, dans le plus grand désarroi et sans autre horizon qu'une profonde souffrance pour toute compagnie, tel est le climat glacé de ces 24 lieder du Voyage d'hiver que Matthias Goerne restitue magnifiquement en parfaite complicité avec Christoph Eschenbach. Un grand moment d'intense émotion !
23,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 3 novembre 2014 | Universal Music Division Classics Jazz

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
En dépit de son héros principal qui excite toujours l'imagination, Alessandro n'est pas l'opéra le plus populaire de Haendel. Il raconte, avec pas mal de libertés historiques, l'expédition d'Alexandre le Grand en Inde. En parfait homme de théâtre Haendel est stimulé par la personnalité des chanteurs dont il dispose et utilise la rivalité de deux cantatrices célèbres comme moteur de son intrigue et de ses rebondissements. Aujourd'hui point de Bordoni ni de Cuzzoni qui se crêpent le chignon , mais un plateau absolument superbe qui fait de cet enregistrement un régal de grandes voix ce qui est vraiment le but suprême de l'art opératique ! Enregistré à Athènes avec un Max Emanuel Cencic au sommet de son art vocal et sous la direction si vivante de George Petrou voici un Alessandro de retour en grâce et... en Grèce. FH
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 3 novembre 2014 | Alia Vox

24 Bits Livret Distinctions Diapason d'or
La Lira d’Espéria, c’est l’instrument à cordes de l’Hespérie – le nom que l’Antiquité grecque donnait aux deux péninsules occidentales de la Méditerranée, l’italique et l’ibérique. Jordi Savall a choisi pour ses explorations trois instruments anciens : le rebec, la vielle ténor et le rabâb arabo-andalou, soutenu par les percussions de Pedro Estevan. Le répertoire médiéval pour instruments d’archet et composé de musiques provenant des diverses cultures chrétiennes, juives et arabo-andalouses, présentes alors dans les territoires ibérique et italique, mais c’est plus précisément en Hespérie ibérique que l’on trouve les premières traces d’instruments à archet. Selon Savall lui-même, le concept d’idéal sonore de ces époques devait fortement différer de celui d’aujourd’hui : seules les sonorités et les techniques de certains instruments populaires actuels tels qu’on les joue en Crète, en Macédoine, au Maroc ou même en Inde peuvent donner une idée approximative de ce qu’étaient les musiques de danse ou populaires : un son archaïque et parfois primitif mais plein d’énergie vitale. Voici un magnifique essai de reconstitution de l’atmosphère musicale médiévale. (MT)
9,99 €

Classique - Paru le 31 octobre 2014 | Glossa

Livret Distinctions Diapason d'or - Prise de Son d'Exception
5,99 €

Musique symphonique - Paru le 29 octobre 2014 | Les Indispensables de Diapason

Livret Distinctions Diapason d'or
Une détérioration de la bande à 4’46’’de la 4e track affecte la fréquence haute du spectre. Afin de préserver l’intégrité du document, nous avons renoncé à toute correction qui aurait endommagé l’ensemble du signal sonore.
)