Dimitri Chostakovitch Symphonies n°6 et n°12

Symphonies n°6 et n°12

Dimitri Chostakovitch

Hi-Res 24 bits – 44.10 kHz

Inclus: 1 Livret numérique

Paru le 4 octobre 2011 chez Naxos

Artiste principal : Vasily Petrenko

Genre : Classique > Musique symphonique

Distinctions : 5 de Diapason (décembre 2011) - Hi-Res Audio (septembre 2012)

Choisissez votre téléchargement
Télécharger
Améliorer cette page album

Qualité d'écoute

MP3 (CBR 320 kbps)

FLAC (16 bits - 44.1 kHz)

1.45

Qobuz Player
Des problèmes d'écoute avec le Player HI-FI HTML ? Cliquez-ici pour utiliser notre Player Flash (MP3 seulement)
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 7 pistes Durée totale : 01:09:31

    Symphony No. 6, Op. 54 (Dmitry Shostakovich)
  1. 1 Symphony No. 6, Op. 54: I. Largo

    Royal Liverpool Philharmonic Orchestra - Vasily Petrenko, Conductor Copyright : 2011 Naxos

  2. 2 Symphony No. 6, Op. 54: II. Allegro

    Royal Liverpool Philharmonic Orchestra - Vasily Petrenko, Conductor Copyright : 2011 Naxos

  3. 3 Symphony No. 6, Op. 54: III. Presto

    Royal Liverpool Philharmonic Orchestra - Vasily Petrenko, Conductor Copyright : 2011 Naxos

  4. Symphony No. 12 in D Minor, Op. 112, "The Year of 1917"
  5. 4 Symphony No. 12 in D Minor, Op. 112, "The Year of 1917": I. Revolutionary Petrograd

    Royal Liverpool Philharmonic Orchestra - Vasily Petrenko, Conductor Copyright : 2011 Naxos

  6. 5 Symphony No. 12 in D Minor, Op. 112, "The Year of 1917": II. Razliv

    Royal Liverpool Philharmonic Orchestra - Vasily Petrenko, Conductor Copyright : 2011 Naxos

  7. 6 Symphony No. 12 in D Minor, Op. 112, "The Year of 1917": III. Aurora

    Royal Liverpool Philharmonic Orchestra - Vasily Petrenko, Conductor Copyright : 2011 Naxos

  8. 7 Symphony No. 12 in D Minor, Op. 112, "The Year of 1917": IV. The Dawn of Humanity

    Royal Liverpool Philharmonic Orchestra - Vasily Petrenko, Conductor Copyright : 2011 Naxos

À propos

Les Symphonies n°6 et 12 "1917" de Chostakovitch trouvent toutes deux leurs origines dans des projets d'envergure à la gloire de Lénine. La Sixième est la plus abstraite des symphonies du compositeur, avec ce long et intense mouvement lent d'ouverture. La Douzième est moins une célébration de l'héritage de Lénine qu'une description chronologique de la révolution bolchevique. Vasily Petrenko et l'Orchestre Philharmonique de Liverpool délivrent une interprétation fabuleuse, dans ce sixième volume d'une intégrale désormais incontournable.

Hi-Res 24 bits – 44.10 kHz

Détails de l'enregistrement original:

69:38 - DDD - Enregistré en juillet 2009 et juin 2010 au the Philharmonic Hall de Liverpool - Notes en anglais

Dimitri Chostakovitch (1906-1975)

Symphonies
N° 6 en si mineur, op. 54
N° 12 en ré mineur, op. 112 "1917"

Royal Liverpool Philharmonic Orchestra
Direction Vasily Petrenko

Pourquoi la Sixième symphonie de Chostakovitch (1939) n’a-t-elle pas atteint le même statut cultuel que la Cinquième ou la Septième ? Peut-être sa forme inhabituelle a-t-elle interloqué les auditeurs et les musiciens : le premier mouvement, lent, sombre et implacable, dure quasiment vingt minutes, tandis que les deux derniers, hystérico-primesautiers allegro puis presto, n’en totalisent guère plus de douze. Pourtant, cette progression du tragique jusqu’au sarcastique, un effrayant crescendo émotif, est totalement irrésistible – et fichtrement originale. La fin du dernier mouvement explose en cirque cataclysmique, cancan morbide, comédie musicale macabre et flonflon militaire meurtrier, un mélange intrigant mais très réussi. On peut imaginer que cette nouvelle version de apportera sa petite pierre à l’édifice chostakovitchien.

    Vingt-deux ans plus tard, le compositeur écrit sa Douzième symphonie, intitulée L’année 1917, dédiée à la mémoire de Lénine. Quatre mouvements, quatre tableaux, dans lesquels l’auditeur reconnaîtra – ou pas, sans doute – Petrograd révolutionnaire, Razliv (le hameau où Lénine s’était réfugié, et d’où il lança les opérations révolutionnaires), Aurora (le nom du cuirassé qui, le 25 octobre 1917, tira à blanc sur le Palais d’Hiver, lançant ainsi les hostilités anti-tsaristes), puis – en toute simplicité – L’Aube de l’humanité. Humanité dûment soviétique en majeur triomphant… D’aucuns ont vu une certaine faiblesse de structure et d’imagination dans cette symphonie ; dommage ! Il suffit de jeter aux orties les imbécillités communistes et hagio-léninesques et hop ! voilà un ouvrage absolument superbe, bien trop rarement joué de nos jours.

À découvrir

Dans la même thématique

L'artiste principal

Vasily Petrenko dans le magazine

Plus d'articles

Le label

Naxos

Naxos a 25 ans ! Créé en 1987, le label Naxos célèbre en mai 2012 le vingt-cinquième anniversaire de sa fondation par une série d'événements internationaux. Extraordinaire histoire que celle de Naxos, label indépendant classique né à... Hong-Kong, d'abord premier label de CD classiques économiques, devenu en 25 années de travail acharné et de talent de son fondateur Klaus Heymann, le premier label classique mondial indépendant et le premier distributeur indépendant de musique classique mondial. La relation de Naxos avec le marché discographique français est étonnante. Elle a produit un ensemble exceptionnel de disques de musique française - et cette relation se p...

Voir la page Naxos Lire l'article

Le genre

Musique symphonique dans le magazine

Plus d'articles

Le genre

Classique dans le magazine

Plus d'articles

Actualités

  • C'est le Weeknd ! C'est le Weeknd !

    Le nouveau maître canadien du R'n'B moderne...

    Lire l'article
  • La Minute Qobuz #62

    Cette semaine, La Minute Qobuz présente toute l’actualité musicale avec Foals, Yaron Herman, Lianne La Havas, Daniil Trifonov, pour la séquence Rétroviseur les Isley Brothers et notre nouvelle rubr...

    Lire l'article
Plus d'articles