Heinrich Neuhaus (piano) Russian Piano School (L'Ecole russe de piano) : Bach - Beethoven - Mozart

Russian Piano School (L'Ecole russe de piano) : Bach - Beethoven - Mozart

Heinrich Neuhaus (piano)

Paru le 19 novembre 2009 chez Russian Compact Disc

Artiste principal : Heinrich Neuhaus

Genre : Classique

Distinctions : 5 de Diapason (juin 2013)

Certaines pistes sont uniquement disponibles à l'achat en téléchargement : le détenteur des droits ne souhaite pas qu'elles soient disponibles en streaming. Vous pouvez télécharger ces pistes, ou écouter des extraits de 60 secondes, en MP3 320.

Choisissez votre téléchargement
Télécharger

Qualité d'écoute

MP3 (CBR 320 kbps)

FLAC (16 bits - 44.1 kHz)

1.45

Qobuz Player
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 12 pistes Durée totale : 01:07:51

  1. 1 The Well-Tempered Clavier, Book 1, BWV 846-869: Prelude and Fugue No. 13 in F sharp major, BWV 858

    Heinrich Neuhaus, piano

  2. 2 The Well-Tempered Clavier, Book 1, BWV 846-869: Prelude and Fugue No. 14 in F sharp minor, BWV 859

    Heinrich Neuhaus, piano

  3. 3 The Well-Tempered Clavier, Book 1, BWV 846-869: Prelude and Fugue No. 15 in G major, BWV 860

    Heinrich Neuhaus, piano

  4. 4 The Well-Tempered Clavier, Book 1, BWV 846-869: Prelude and Fugue No. 16 in G minor, BWV 861

    Heinrich Neuhaus, piano

  5. 5 The Well-Tempered Clavier, Book 1, BWV 846-869: Prelude and Fugue No. 17 in A flat major, BWV 862

    Heinrich Neuhaus, piano

  6. 6 The Well-Tempered Clavier, Book 1, BWV 846-869: Prelude and Fugue No. 18 in G sharp minor, BWV 863

    Heinrich Neuhaus, piano

  7. 7 Rondo in A minor, K. 511

    Heinrich Neuhaus, piano

  8. 8 Sonata for 2 Pianos in D major, K. 448: I. Allegro con spirito

    Heinrich Neuhaus, piano - Stanislav Neuhaus, piano

  9. 9 Sonata for 2 Pianos in D major, K. 448: II. Andante

    Heinrich Neuhaus, piano - Stanislav Neuhaus, piano

  10. 10 Sonata for 2 Pianos in D major, K. 448: III. Allegro molto

    Heinrich Neuhaus, piano - Stanislav Neuhaus, piano

  11. 11 Piano Sonata No. 24 in F sharp major, Op. 78: I. Adagio cantabile - Allegro ma non troppo

    Heinrich Neuhaus, piano

  12. 12 Piano Sonata No. 24 in F sharp major, Op. 78: II. Allegro vivace

    Heinrich Neuhaus, piano

À propos

Bach : Clavier bien tempéré : Préludes & Fugues n°13-17, BWV858-863 - Beethoven : Sonate pour piano n°24, op.78 - Mozart : Rondo, K511 - Sonate pour 2 pianos, K448 / Heinrich Neuhaus (1888-1964), piano

Détails de l'enregistrement original:

68:06 - ADD - Enregistré en 1950, 1951 & 1952 par la Radio Télévision de Moscou - Notes en anglais et en russe
Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Clavier bien tempéré, Livre I : Préludes & Fugues
N° 13 en fa dièse majeur BWV 858 - N° 14 en fa dièse mineur, BWV 859
N° 15 en sol majeur, BWV 860 - N° 16 en sol mineur, BWV 861
N° 17 en la bémol majeur, BWV 862 - N° 18 en sol dièse mineur, BWV 863

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sonate n° 24 pour piano en fa dièse majeur, op. 78

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Rondo en la mineur, K.511
Sonate pour deux pianos en ré majeur, KV 448 *

Heinrich Neuhaus (1888-1964), piano
* Stanislas Neuhaus (1927-1980), piano

Neuhaus consacrait les trois-quarts de son enseignement au travail sur le son, car " si tant est que la musique soit faite de son, le travail sur le son doit alors être la première et plus importante tache de chaque interprète ". Chez un pianiste artistiquement créatif, poursuit-il, le "beau son" est le résultat d'un processus très complexe de combinaisons et de corrélations de sons pris au sens large. Autrement dit, on ne peut pas rechercher de sonorité dans l'absolu : elle est intimement liée au contenu musical, elle en est un des vecteurs et non pas un simple support.
    Ainsi comprendra-t-on chez Neuhaus, la différence considérable, particulièrement sensible ici, entre son toucher pour Bach, pour Mozart et Beethoven. Le terme de "son métallique noble" peut sans doute s'appliquer à sa lecture des quelques Préludes et Fugues, tandis que c'est plutôt le son sans attaques de la harpe que l'on entendrait pour le Rondo KV511. Pour Beethoven. indescriptible. Mais Beethoven n'est-il pas la pierre de touche (et non pas la touche de pierre !) de l'école russe de piano ?
    Les enregistrements datent des années 1950, l'époque de la très grande maturité du pianiste.

À découvrir

Dans la même thématique

L'instrument

Piano dans le magazine

Plus d'articles

Le genre

Classique dans le magazine

Plus d'articles

Actualités

Plus d'articles
)