Cet album est disponible en qualité "Qobuz Studio Masters" : meilleure que le CD ! - Télécharger l'album
Découvrez le son tel qu'il figure dans l'enregistrement original, à la sortie de la console de l'ingénieur du son. Voir tous les albums en Studio Masters
Caractéristiques techniques :
24 bits / 88.20 kHz - Stereo
Qobuz Référence vise à clarifier la discographie souvent embrouillée d'un artiste dont une partie est tombée dans le "domaine public", et orienter votre choix pour vous éviter compilations ou rééditions de mauvaise qualité. Certains Qobuz Référence peuvent être des rééditions du domaine public à l'intérêt évident, d'autres sélectionnés pour la qualité de leur travail éditorial ou leur rareté. En savoir plus sur Qobuz Référence..
Voir tous les Qobuz Référence
 Afficher tous les interprètes
Album : 1 disque - 11 pistes - Durée totale : 00:43:38
Les pistes écoutées dans le lecteur intégré sont en Qualité Standard (320 kbps).
  1. 1 Première Suite: Prélude François Couperin, interprète - Ariane Maurette, interprète - Jordi Savall, interprète - Ton Koopman, interprète - Divers, compositeur - Copyright : (P) 2012 Alia Vox
  2. 2 Première Suite: Allemande légère François Couperin, interprète - Ariane Maurette, interprète - Jordi Savall, interprète - Ton Koopman, interprète - Divers, compositeur - Copyright : (P) 2012 Alia Vox
  3. 3 Première Suite: Courante François Couperin, interprète - Ariane Maurette, interprète - Jordi Savall, interprète - Ton Koopman, interprète - Divers, compositeur - Copyright : (P) 2012 Alia Vox
  4. 4 Première Suite: Sarabande grave François Couperin, interprète - Ariane Maurette, interprète - Jordi Savall, interprète - Ton Koopman, interprète - Divers, compositeur - Copyright : (P) 2012 Alia Vox
  5. 5 Première Suite: Gavotte François Couperin, interprète - Ariane Maurette, interprète - Jordi Savall, interprète - Ton Koopman, interprète - Divers, compositeur - Copyright : (P) 2012 Alia Vox
  6. 6 Première Suite: Gigue François Couperin, interprète - Ariane Maurette, interprète - Jordi Savall, interprète - Ton Koopman, interprète - Divers, compositeur - Copyright : (P) 2012 Alia Vox
  7. 7 Première Suite: Passacaille ou Chaconne François Couperin, interprète - Ariane Maurette, interprète - Jordi Savall, interprète - Ton Koopman, interprète - Divers, compositeur - Copyright : (P) 2012 Alia Vox
  8. 8 Deuxième Suite: Prélude François Couperin, interprète - Ariane Maurette, interprète - Jordi Savall, interprète - Ton Koopman, interprète - Divers, compositeur - Copyright : (P) 2012 Alia Vox
  9. 9 Deuxième Suite: Fuguéte François Couperin, interprète - Ariane Maurette, interprète - Jordi Savall, interprète - Ton Koopman, interprète - Divers, compositeur - Copyright : (P) 2012 Alia Vox
  10. 10 Deuxième Suite: Pompe funèbre François Couperin, interprète - Ariane Maurette, interprète - Jordi Savall, interprète - Ton Koopman, interprète - Divers, compositeur - Copyright : (P) 2012 Alia Vox
  11. 11 Deuxième Suite: La chemise blanche François Couperin, interprète - Ariane Maurette, interprète - Jordi Savall, interprète - Ton Koopman, interprète - Divers, compositeur - Copyright : (P) 2012 Alia Vox

À propos

Réalisé en l’église romane de Saint-Lambert-des-Bois, en décembre 1975, cet opus dédié aux Pièces de viole de Couperin, qui lança à l'époque le label Astrée fondé par Michel Bernstein, demeure l'un des actes fondateurs du mouvement baroque. L’œuvre ultime de François Couperin bénéficie ici d'une interprétation admirable, humaine et intense. Soutenu avec élégance et finesse et surtout une infinie tendresse par Ton Koopman et Ariane Maurette, toujours soucieux de maintenir des équilibres sonores et expressifs et - si ! - fragiles, Jordi Savall nous livre des phrasés rayonnants, d'une fluidité imperturbable.
Inclus 1 Livret numérique
Studio Masters 24 bits – 88.20 kHz
Détails de l'enregistrement original: Enregistrement réalisé en l’église romane de Saint Lambert des Bois, Yvelines, en décembre 1975 (Production Michel Bernstein)
François Couperin (1668-1733)

Pièces de violes (1728) avec la basse chiffrée par Mr F.C.
Première suite
Deuxième suite

Jordi Savall, basse de viole à sept cordes (facteur anonoyme français, fin XVIIe s.)
Ton Koopman, clavecin Gilbert des Ruisseaux (fin XVIIe siècle)
Ariane Maurette, viole de gambe (basse continue / Basse de viole Barak Norman, Londres 1697)

La collection Alia Vox Heritage initiée par Alia Vox en 2007, avec la réédition du Vespro della Beata Vergine de Monteverdi (AVSA9855), propose une vision renouvelée des enregistrements réalisés entre 1977 et 1996 par Jordi Savall, Montserrat Figueras et leurs ensembles Hespèrion XX, La Capella Reial de Catalunya et Le Concert des Nations pour le label Astrée. Ce legs discographique unique représentant près de 70 albums parmi les plus emblématiques de la renaissance de la musique ancienne sera systématiquement remasterisé et édité avec le soin qui caractérise Alia Vox depuis sa création en 1998. Cette démarche permet de réunir sous une même bannière les productions passées et actuelles, et de mesurer l’ampleur et la continuité du travail réalisé par les artistes d’Alia Vox depuis plus de trente ans.
« Jusqu’à 1972 je n’avais qu’une viole de gambe faite en 1965 par le luthier Manuel Fleta de Barcelone, c’est pourquoi le claveciniste Rafael Puyana, — avec qui j’avais déjà fait quelques récitals où nous interprétions les trois Sonates de Bach pour viole de gambe et clavecin —, me proposa d’aller au Musée Instrumental du Conservatoire de Paris et d’y jouer pour sa directrice Madame de Chambure. Pendant que nous jouions au fond de la salle, avec un très beau clavecin ancien, elle resta assise dans son bureau en travaillant ou en faisant mine de travailler sur ses documents éparpillés sur sa grande table. Quand nous partions, j’ai été très surpris de sa remarque ; « Jeune homme, vous jouez très bien, mais vous avez un mauvais instrument. À la prochaine occasion où vous serez à Paris, venez me voir chez moi. » Par grande chance deux mois plus tard, je devais retourner à Paris pour enregistrer (pour Erato) un concert de Telemann pour flûte à bec et viole de gambe avec Michel Piguet et l’orchestre de chambre Jean-François Paillard. Je profitai de l’occasion pour appeler Madame de Chambure, qui me donna très rapidement un rendez-vous.

« Quand j’arrivai chez elle à Neuilly-sur-Seine, elle me proposa tout de suite de faire un concert dans sa saison « Musique d’Autrefois » avec les œuvres de Mr. de Sainte-Colombe, et pour cela il fallait que je choisisse une des nombreuses violes de gambe qu’elle avait dans son extraordinaire collection. Cela dit, elle me laissa seul dans cet énorme salon plein d’instruments et je commençai à essayer les différentes violes qui y étaient exposées. Après une bonne demi-heure j’avais trouvé l’instrument idéal : une belle basse de viole à sept cordes d’un facteur anonyme de la fin du XVIIe siècle, et au moment où Madame de Chambure revint, je lui dis : « j’aime beaucoup celui-ci » et je m’aventurai à ajouter que « l’instrument était très différent du mien et qu’il faudrait que je puisse le travailler quelque temps avant le concert ». A ma grande surprise elle me dit : « bien sûr vous pouvez l’emmener tout de suite » et sans autre formalité je sortis de sa maison avec deux violes de gambe, la mienne et celle qu’on venait de me prêter si généreusement ; malgré ce poids j’avais l’impression de flotter, tant ma joie était grande.

« Ce fut grâce à la qualité du son de cet instrument anonyme du XVIIe siècle, que toutes les indications historiques du jeu de la viole que j’essayais d’apprendre avec patience depuis sept ans, devenaient tout de suite bien plus évidentes et plus faciles à réaliser ; coups d’archet en l’air, enfler, jeter ou exprimer le son, jeu inégal, arpèges, souplesse et précision, etc., l’instrument était comme un cheval prêt à courir, à sauter, il suffisait d’un petit geste précis pour le faire réagir et vibrer pleinement. Trois ans plus tard (1975), c’est cet instrument que j’ai utilisé pour l’enregistrement des Pièces de Violes de François Couperin, la deuxième viole jouée par Ariane Maurette était la Barak Norman de 1697, que j’avais eu la grande chance de pouvoir acquérir en 1973 et le merveilleux clavecin joué par Ton Koopman était de Gilbert des Ruisseaux de la fin du XVIIe siècle, tout juste magnifiquement restauré par Hubert Bédart. L’église romane de Saint-Lambert-des-Bois nous fournit le cadre acoustique idéal pour ce style de musique, avec un son chaleureux et ample, qui permettait une forte proximité, nécessaire pour capter d’une manière intime tout le raffinement de la musique et du jeu de ces instruments.

« C’était aussi grâce à Madame de Chambure que j’eus l’occasion de rencontrer Michel Bernstein après un concert que nous donnâmes à Paris avec Montserrat, Hopkinson Smith et Lorenzo Alpert en 1974 et quelques mois plus tard à Nantes à un concert avec Trevor Pinnock et Stephen Preston, dans le cadre d’une exposition itinérante d’instruments baroques qu’elle organisait dans plusieurs villes de France. Michel Bernstein montra immédiatement un grand intérêt pour enregistrer les Pièces de Violes de François Couperin, une des œuvres les plus importantes du répertoire, mais je voulais d’abord le convaincre de faire plusieurs enregistrements dédiés aux Cinq livres de Pièces de Viole de Marin Marais. On parla longuement et à la fin on tomba d’accord pour faire tout. Je commençai avec le 2e Livre de Marais (au mois d’Août) et quelques mois plus tard en décembre les Pièces de Violes de François Couperin, ce qui permit à Michel Bernstein de présenter au début de 1976 le disque N° 1 de sa nouvelle collection Astrée, dédié à la « Deffence & Illustration de la Musique Française ».

« La collaboration avec L’Astrée de Michel Bernstein se poursuivra jusqu’après l’achat du label par Auvidis et après 25 ans d’étroite collaboration (avec plus de 60 enregistrements édités), finira en 1990 par la séparation de celui-ci de la direction artistique, suite à de graves divergences. Ce fut cette situation malheureuse qui nous obligea à devenir nous-mêmes les seuls producteurs de l’enregistrement de la bande son de Tous les matins du Monde (en cédant à Astrée/Auvidis la commercialisation de l’enregistrement durant les premiers 10 ans). Le procès que Michel Bernstein avait engagé, par malchance, avant la production de Tous les matins du Monde, empêcha injustement celui qui avait été, avec Astrée, à l’origine de cette phénoménale redécouverte de Mr. de Sainte-Colombe et de Marin Marais, de participer et de profiter de cet extraordinaire succès.

" Cette réédition est un double hommage à tous ceux qui ont été inspirés par « l’amour d’une viole » : d’abord au grand art de François Couperin et ensuite à tous ceux qui au long de ma vie on contribué à rendre possible ce chemin inspiré aussi par ce même amour : en gardant, dans ce long parcours, un spécial souvenir plein de gratitude, pour ces deux grandes personnalités et ces amis que furent Geneviève Thibault, Comtesse de Chambure et Michel Bernstein ; tous les deux grands pionniers dans la « Deffence & Illustration de la Musique Française », qui avaient fait sienne la devise de Couperin « j’aime beaucoup mieux ce qui me touche que ce qui me surprend ».
Bellaterra, premier jour de l’Automne de 2012
JORDI SAVALL


À LIRE AUSSI SUR QOBUZ l'intégralité des souvenirs de Michel Bernstein (Souvenirs de Michel Bernstein I, Souvenirs de Michel Bernstein II, Souvenirs de Michel Bernstein III, Souvenirs de Michel Bernstein IV, Souvenirs de Michel Bernstein V, Souvenirs de Michel Bernstein VI, Souvenirs de Michel Bernstein VII, Souvenirs de Michel Bernstein VIII, Souvenirs de Michel Bernstein IX)

À découvrir

Dans la même thématique

À lire autour de l'album

L'artiste principal

Jordi Savall dans le magazine

Le label

Alia Vox
Créé par Jordi Savall, Alia Vox est né en mars 1998. L'enregistrement phonographique a toujours tenu une place centrale dans les activités de Jordi Savall, de Montserrat Figueras et de leurs ensembles. En 1998, Jordi Savall décidait d'aller jusqu'au bout de sa démarche d'exigence extrême, jusqu'a...
À lire dans le magazine

L'instrument

Viole de Gambe dans le magazine

L'époque

Musique Baroque dans le magazine

Le genre

Classique dans le magazine
  • France - Italie, un pont ?
    France - Italie, un pont ? Amandine Beyer chez un Couperin qui promeut la rencontre des styles français et italiens...
  • 250 !
    250 ! Le grand Rameau s’est éteint il y a 250 ans aujourd’hui…

Actualités