Sergey Ostrovsky, violon Concertos russes pour violon

Concertos russes pour violon

Sergey Ostrovsky, violon

Bonus : 1 Livret numérique

Paru le 4 octobre 2011 chez Naxos

Artiste principal : Sergey Ostrovsky

Genre : Classique > Musique concertante > Concertos pour violon

Distinctions : Qualité Studio Masters Garantie (mars 2013)

Ou

8,99 €
Choisissez d'abord votre qualité d'écoute
Télécharger
Player Qobuz
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 5 pistes Durée totale : 01:04:43

Les pistes écoutées dans le lecteur intégré sont en Qualité Standard (320 kbps).

    Violin Concerto in E Minor, Op. 1 (Jules Conus)
  1. 1 Violin Concerto in E Minor, Op. 1: Violin Concerto in E Minor

    Sergey Ostrovsky, violin - Bournemouth Symphony Orchestra - Thomas Sanderling, Conductor Copyright : 2011 Naxos

  2. Violin Concertino, Op. 42 (Mieczyslaw Weinberg)
  3. 2 I. Allegretto cantabile -

    Sergey Ostrovsky, violin - Bournemouth Symphony Orchestra - Thomas Sanderling, Conductor Copyright : 2011 Naxos

  4. 3 Violin Concertino, Op. 42: II. Cadenza. Lento - Adagio -

    Sergey Ostrovsky, violin - Bournemouth Symphony Orchestra - Thomas Sanderling, Conductor Copyright : 2011 Naxos

  5. 4 Violin Concertino, Op. 42: III. Allegro moderato poco rubato

    Sergey Ostrovsky, violin - Bournemouth Symphony Orchestra - Thomas Sanderling, Conductor Copyright : 2011 Naxos

  6. Violin Concerto in A Minor, Op. 54 (Anton Stépanovitch Arenski)
  7. 5 Violin Concerto in A Minor, Op. 54

    Sergey Ostrovsky, violin - Bournemouth Symphony Orchestra - Thomas Sanderling, Conductor Copyright : 2011 Naxos

À propos

Le Concerto pour violon d'Anton Arensky, influence par Tchaikovski, est remarquable par sa richesse mélodique et son orchestration délicate et le Concerto de Julius Conus (un élève d'Arensky) pleinement romantique, a connu une grande popularité lors de sa création. Le Concertino de Mieczyslaw Weinberg est donné ici en premier enregistrement mondial. Le violoniste Sergey Ostrovsky fut violon solo de l'Orchestre de la Suisse Romande et a enregistré plusieurs albums chez Naxos, en tant que memre du quatuor Aviv.

24 Bits 24 bits – 96.00 kHz

Détails de l'enregistrement original:

64:47 - DDD - Enregistré les 1 et 2 juin 2010 à The Lighthouse, Poole, Dorset (Royaume-Uni) - Notes en anglais
Jules Conus (1869-1942)
Concerto pour violon & orchestre en mi mineur (1898)

Mieczysław Weinberg (1919-1996)
Concertino pour violon & orchestre à cordes, op. 42 (1948) *

Anton Stépanovitch Arenski (1861-1906)
Concerto pour violon & orchestre en la mineur, op. 54 (1891)

* Premier enregistrement discographique

Sergey Ostrovsky, violon
Bournemouth Symphony Orchestra
Direction Thomas Sanderling

Première discographique mondiale pour le Concertino de Mieczysław Weinberg ! C’est que le malheureux compositeur n’eut guère de chance de son vivant, si ce n’est l’amitié de Chostakovitch qui prit de gros risques personnels pour faire sortir son jeune collègue des griffes de la dictature soviéto-communiste – Weinberg s’était vu taxer de nationalisme bourgeois juif en février 1953, heureusement juste avant la mort de Staline qui remit quelques pendules à l’heure et quelques pendus à leur famille. Mais sa musique souffrit toujours d’ostracisme, malgré le soutien de Guilels, Rostropovitch ou Kondrashine, et le pauvre compositeur mourut dans l’indifférence en 1996. Mais depuis sa mort, c’est la ruée sur le Weinberg ! Ses symphonies, ses opéras, sa musique de chambre, on redécouvre tout au fur et à mesure, et surprise… il fut vraiment l’un des compositeurs majeurs de son temps.

    Arenski, lui, est surtout connu comme le professeur de Scriabine et Rachmaninov ; son maître Rimski déclara, avec une pointe de méchanceté : « Dans sa jeunesse, Arenski n'a pas pu échapper à ma propre influence, puis à celle de Tchaïkovski. Il sera bien vite oublié.  » Oui, on l’a un peu négligé, mais cet enregistrement de son Concerto pour violon – très tchaïkovskien – permettra à l’auditeur de se faire sa propre religion.

    Enfin, Julius Conus fut l’un des élèves d’Arenski ; son Concerto pour violon figura au répertoire de Kreisler et de Heifetz. Ce n’est peut-être pas le concerto du siècle, mais il n’a rien à envier à ceux de Bruch ou Moszkowski ou Reger que l’on joue pourtant assez souvent. Pour la petite histoire, Conus fut le beau-père de Rachmaninov.

À découvrir

Dans la même thématique

Le label

Naxos

Naxos a 25 ans ! Créé en 1987, le label Naxos célèbre en mai 2012 le vingt-cinquième anniversaire de sa fondation par une série d'événements internationaux. Extraordinaire histoire que celle de Naxos, label indépendant classique né à... Hong-Kong, d'abord premier label de CD classiques économiques, devenu en 25 années de travail acharné et de talent de son fondateur Klaus Heymann, le premier label classique mondial indépendant et le premier distributeur indépendant de musique classique mondial. La relation de Naxos avec le marché discographique français est étonnante. Elle a produit un ensemble exceptionnel de disques de musique française - et cette relation se p...

Voir la page Naxos Lire l'article

Le genre

Classique dans le magazine

Plus d'articles

Actualités

Plus d'articles
)