Ferdinand Ries Concertos pour piano (Volume 5)

Concertos pour piano (Volume 5)

Ferdinand Ries

24 Bits 24 bits – 96.00 kHz

Bonus : 1 Livret numérique

Paru le 6 novembre 2012 chez Naxos

Artiste principal : Christopher Hinterhuber

Genre : Classique > Musique concertante

Distinctions : Qualité Studio Masters Garantie ()

Choisissez votre téléchargement
Télécharger

Qualité d'écoute

MP3 (CBR 320 kbps)

FLAC (16 bits - 44.1 kHz)

1.45

Qobuz Player
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 7 pistes Durée totale : 01:17:42

    Piano Concerto No. 2 in E-Flat Major, Op. 42 (Ferdinand Ries)
  1. 1 Piano Concerto No. 2 in E-Flat Major, Op. 42: I. Allegro con brio

    Christopher Hinterhuber, piano - New Zealand Symphony Orchestra - Uwe Grodd, Conductor Copyright : 2012 Naxos 2012 Naxos

  2. 2 Piano Concerto No. 2 in E-Flat Major, Op. 42: II. Larghetto

    Christopher Hinterhuber, piano - New Zealand Symphony Orchestra - Uwe Grodd, Conductor Copyright : 2012 Naxos 2012 Naxos

  3. 3 Piano Concerto No. 2 in E-Flat Major, Op. 42: III. Rondo: Allegro non troppo

    Christopher Hinterhuber, piano - New Zealand Symphony Orchestra - Uwe Grodd, Conductor Copyright : 2012 Naxos 2012 Naxos

  4. Introduction et Rondeau brillant, Op. 144
  5. 4 Introduction et Rondeau brillant, Op. 144

    Christopher Hinterhuber, piano - New Zealand Symphony Orchestra - Uwe Grodd, Conductor Copyright : 2012 Naxos 2012 Naxos

  6. Piano Concerto No. 9 in G Minor, Op. 177
  7. 5 Piano Concerto No. 9 in G Minor, Op. 177: I. Allegro con brio

    Christopher Hinterhuber, piano - New Zealand Symphony Orchestra - Uwe Grodd, Conductor Copyright : 2012 Naxos 2012 Naxos

  8. 6 Piano Concerto No. 9 in G Minor, Op. 177: II. Larghetto con moto

    Christopher Hinterhuber, piano - New Zealand Symphony Orchestra - Uwe Grodd, Conductor Copyright : 2012 Naxos 2012 Naxos

  9. 7 Piano Concerto No. 9 in G Minor, Op. 177: III. Rondo: Allegretto

    Christopher Hinterhuber, piano - New Zealand Symphony Orchestra - Uwe Grodd, Conductor Copyright : 2012 Naxos 2012 Naxos

À propos

Christopher Hinteruber revient chez Naxos avec le cinquième et dernier volume des concertos pour piano de Ferdinand Ries (1784-1838). Aux côtés de ceux d'Hummel, ces concertos sont parmi les plus importants des premières décennies du dix-neuvième siècle. Une stature musicale impressionnante traverses ces pièces qui affichent par moment une grandeur proche de Beethoven. Ce volume présente les premier et dernier de ses concertos publiés et les très virtuose Rondeau Brillant.

24 Bits 24 bits – 96.00 kHz

Détails de l'enregistrement original:

78:06 - DDD - Enregistré du 12 au 14 septembre 2011 au Michael Fowler Centre, Wellington (Nouvelle-Zélande)

Ferdinand Ries (1784-1838)

Concertos pour piano
Mi bémol majeur, op. 42
Sol mineur, op. 177

Introduction et Rondeau brillant, op. 144

Christopher Hinterhuber, piano
New Zealand Symphony Orchestra
Direction Uwe Grodd

Hélas pour le malheureux Ferdinand Ries, il se trouva toute sa vie dans l’ombre de son professeur, mentor, ami Beethoven – dont il fut également l’interprète, le factotum et parfois le souffre-douleur. Gageons que si le génial sourd n’avait pas vu le jour, Ries aurait occupé une place autrement importante dans le panthéon des grands musiciens ayant réalisé la jonction entre l’ère classique et le romantisme naissant. A son époque, Ries connut une gloire immense, tout autant comme pianiste que comme compositeur : on considérait sa musique comme sauvagement romantique ! L’auditeur saura se faire sa propre idée à l’écoute de son neuvième et dernier concerto (neuvième de ses concertos tous instruments confondu, huitième et dernier concerto pour piano, le premier étant pour violon) de 1832-33, déjà éloigné de Beethoven, plus proche du Schubert à venir ; surtout en comparaison avec le Second concerto (donc le premier concerto pour piano) de 1808, encore très inspiré de Weber et de Mozart et, naturellement, du grand mentor LvB.

    Plus révolutionnaire, sans doute, est son Introduction et Rondeau brillant de 1825, où Ries se laisse aller à une immense liberté de forme et de ton, comme dans une grande improvisation préfigurant Chopin dans son utilisation des ornementations pianistiques les plus échevelées – rappelons que les concertos de Chopin datent de quatre ou cinq ans après cet ouvrage : Ries a donc innové et non pas copié.

À découvrir

Dans la même thématique

Le label

Naxos

Naxos a 25 ans ! Créé en 1987, le label Naxos célèbre en mai 2012 le vingt-cinquième anniversaire de sa fondation par une série d'événements internationaux. Extraordinaire histoire que celle de Naxos, label indépendant classique né à... Hong-Kong, d'abord premier label de CD classiques économiques, devenu en 25 années de travail acharné et de talent de son fondateur Klaus Heymann, le premier label classique mondial indépendant et le premier distributeur indépendant de musique classique mondial. La relation de Naxos avec le marché discographique français est étonnante. Elle a produit un ensemble exceptionnel de disques de musique française - et cette relation se p...

Voir la page Naxos Lire l'article

L'instrument

Piano dans le magazine

Plus d'articles

Le genre

Musique concertante dans le magazine

Plus d'articles

Le genre

Classique dans le magazine

Plus d'articles

Actualités

Plus d'articles
)