Compositeurs similaires

Les albums

9,99 €

Classique - Paru le 11 décembre 2013 | Ondine

Classique - Paru le 12 juillet 2013 | deutsche harmonia mundi

9,99 €

Classique - Paru le 1 juillet 2013 | Alba

9,99 €

Classique - Paru le 30 avril 2013 | Baryton

12,99 €

Classique - Paru le 13 avril 2012 | Zebralution - Bella Musica Edition

14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 9 avril 2012 | Ramée

Studio Masters Livret Distinctions Qualité Studio Masters Garantie
9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2011 | Russian Compact Disc

9,99 €

Classique - Paru le 10 décembre 2009 | early-music.com

19,49 €

Classique - Paru le 20 février 2009 | Bella Musica Edition

11,99 €

Classique - Paru le 1 décembre 2008 | Alpha

Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles du Monde de la Musique - 9 de Classica-Répertoire
D'Anglebert : Pièces de clavecin & Transcriptions d'airs de Lully - Pièces pour orgue - Les Airs originaux de Lully / Céline Frisch, clavecin & orgue - Café Zimmermann, dir. Pablo Valetti Pièces de clavecin Composées par J. Henry d'Anglebert Ordinaire de la Musique de la Chambre du Roy Avec la manière de les Jouer. Diverses Chaconnes, Ouvertures, et autres Airs De Monsieur de Lully mis sur cet Instrument. Quelques Fugues pour l'Orgue. Et les Principes de l'Accompagnement Livre Premier, Avec Privilège du Roy, Paris, décembre 1689     Telle se présente la page de titre de l'édition de 1689 de ces ouvres de Jean-Henry d'Anglebert, à laquelle le programme de ce double disque fait pendant.     Les deux suites en sol majeur et sol mineur présentent l'art raffiné du compositeur dans des pièces tour à tour poétiques et vives, toujours riches et profondes. Mais le plus singulier, et le plus fascinant sans doute, nous est offert par les brillantes transcriptions pour le clavecin faites par D'Anglebert à partir d'airs tirés d'opéras de Lully. Transcriptions de transcriptions, conviendrait-il de préciser, car ce ne sont pas en réalité les airs originaux qui servirent de point de départ à d'Anglebert mais leur adaptation pour orchestre par Lully même : baroque et captivant parcours des métamorphoses successives d'une même matière musicale, selon un procédé cher à la musique baroque. On voit à cette occasion d'Anglebert déployer tout l'art du claveciniste de la cour, capable d'exploiter les moindres ressources techniques et expressives de l'instrument dans le but de rendre toute sa beauté à la musique de l'orchestre lullien.     Originalité de cet enregistrement : proposer la mise en perspective des transcriptions de d'Anglebert avec la musique de Lully dans sa version originale - un apport enrichissant pour le mélomane contemporain.     Les Quelques Fugues pour l'orgue complètent ce portrait de d'Anglebert musicien, qui les présente ainsi dans sa préface : « J'ai voulu donner aussi un échantillon de ce que j'ay fait autrefois pour l'Orgue, c'est pourquoi j'ay mis seulement cinq fugues sur un même sujet varié de différens mouvemens. »
10,99 €

Classique - Paru le 28 octobre 2008 | Naxos

Livret
Suites pour clavecin n°1 à 4 / Elizabeth Farr, clavecin & luth-clavecin D’Anglebert ayant écrit de la musique de clavecin dans le style que l’on appelle maintenant « style luthé » ou « style brisé », ce n’est que justice de jouer ses œuvres sur un luth-clavecin (ce que Bach appelait « Lautenwerck »). Hélas, aucun instrument ne nous est parvenu, de sorte que les facteurs modernes doivent se servir des – nombreuses – descriptions qui en furent faites au cours du XVIIIe siècle ; la différence principale réside naturellement dans les cordes, en fil métallique pour le clavecin, en boyau de mouton (et pas de chat comme on le croit communément !) pour le luth-clavecin. Par ailleurs, les étouffoirs sont inutiles sur l’instrument puisque le son est bien plus « court » que sur le clavecin. Cela dit, le son du luth-clavecin s’apparente plutôt à celui du théorbe.     D’Anglebert fut collègue et ami de Lully ; l’unique édition de ses œuvres, 1689, contient non seulement les présentes Suites, mais également une table complète de réalisation des ornements, document musicologique des plus précieux. Les quelques manuscrits qu’il nous a légués comportent même un bref traité de basse continue. Mais sans doute est-ce la trop grande rareté de ses œuvres aujourd’hui connues qui l’ont fait quelque peu oublier du grand public, alors qu’il est aisément l’égal de Lully.