Les albums

2064 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Musique vocale sacrée
9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 7 juillet 2017 | Accent

Livret Distinctions 5 de Diapason
1,07 €

Musique vocale sacrée - Paru le 28 juin 2017 | KauppaKumpu.Fi

17,99 €
11,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 2 juin 2017 | PentaTone

Hi-Res Livret
1,07 €

Musique vocale sacrée - Paru le 25 mai 2017 | Engelschall Music

10,79 €

Musique vocale sacrée - Paru le 14 mai 2017 | Amarcord Studio

14,99 €
9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 5 mai 2017 | Glossa

Hi-Res Livret
9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 5 mai 2017 | Pan Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason
« Musica Fiorita nous invite à Florence pour... des grands motets, genre versaillais par excellence ! Le tropisme français du prince Ferdinand III de Medicis, fils de Marguerite-Louise d'Orléans, lui en fit commander six à Giacomo Antonio Perti (1661-1756), qui fournissait également en opéras (perdus) son théâtre de Pratolino. En voici trois, de style résolument italien malgré leur ampleur. Leur instrumentation sollicite jusqu’à deux cornets (archaïsme cher au prince) et deux trompettes, en plus des cordes (ici à un par partie) et du continuo. Des chœurs savants, chantés à un par voix par les Basler Madrigalisten, encadrent des airs aussi séduisants dans la douceur ("Virgo dulcis") que dans la bravoure ("Fremunt tartara"). Si les solistes ne suscitent pas d’émoi particulier, la direction de Daniela Dolci apporte tension et relief.» (Diapason, septembre 2017 / Luca Dupont-Spirio)
20,24 €

Musique vocale sacrée - Paru le 1 mai 2017 | KauppaKumpu.Fi

16,79 €
11,99 €

Cantates sacrées - Paru le 21 avril 2017 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Les trois cantates de Bach ici présentées appartiennent à l’époque de Weimar (où il restera de 1708 à 1717), en l’occurrence entre 1711 et 1714. Bach est encore un jeune compositeur, mais tout y est et l’on ne peut que secouer la tête d’incompréhension : où donc ce bonhomme a-t-il trouvé les sources de cette intense émotion, de cette hardiesse harmonique ? Le début de Weichet nur, betrübte Schatten (« Dissipez-vous, ombres lugubres ») déroule un tapis d’harmonies qui, l’une par rapport à l’autre, semblent fuir toute tonalité, tout ancrage, c’est d’ailleurs de cette manière que le compositeur décrit en musique les « ombres lugubres » en question. Arias déchirantes ou adorables, invention instrumentale, tout y est déjà. La soprano Carolyn Sampson, accompagnée du Freiburger Barockorchester (auquel s’adjoint le baryton-basse Andreas Wolf pour la cantate Tritt auf die Glaubensbahn), se saisit de ces œuvres avec ferveur, alliant les enseignements de l’exécution à la baroque avec un solide sens de l’émotion, tellement indispensable pour ces chefs-d’œuvre. © SM/Qobuz « Ne vous laissez pas tromper par la beauté blonde en couverture : Carolyn Sampson ose, sans chef, un Bach gourmand de danses comme de mots, en dialogue musclé avec les Freiburger. [...] Nous avons toujours applaudi miss Sampson chantant Bach auprès d'Herreweghe et de Suzuki, mais l'avons-nous jamais entendue si franche dans ses mots, si généreuse dans ses rythmes ? L'absence de chef a parfois ses vertus. L'énergie qui se libère en dialogue présente la BWV 202 sous son vrai jour : une suite de danses exaltées avec voix. [...] Les Freiburger sont encore à la fête dans la BWV 152, où Bach entremêle d'abord la flûte à bec, le hautbois et la viole d'amour dans un "concerto". [...] dans la BWV 199, le geste très actif des Freiburger et de Sampson ne fait plus l'affaire. Le premier air ne manque pas d'expression mais de vision, d'unité (de chef ?). [...] l'accompagnement assez poussif et décousu du deuxième air [...] n'aide pas Sampson à se laisser porter par sa ferveur hymnique. Diapason d'or pour un triptyque en montagnes russes ? L'hésitation s'évanouit quand le disque repart, avec les nappes de cordes, la tenue magique de hautbois, et cet alliage de trouble et de majesté que Sampson et sa bande ont saisi au plus haut degré. » (Diapason, juillet/août 2017 / Gaëtan Naulleau)
1,07 €

Musique vocale sacrée - Paru le 14 avril 2017 | Embark Music

21,99 €
14,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 14 avril 2017 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Qobuzissime - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Les Vêpres de la Vierge de Monteverdi – Vespro della Beata Vergine – est un ouvrage composé de plusieurs ouvrages, si l’on veut. Le compositeur semble avoir mis dans cette publication vénitienne de 1610 tout ce qu’il avait à offrir, comme pour un immense catalogue de ce qu’il savait faire, dans l’ancien, le moderne, le strict, le flamboyant, l’instrumental, le vocal, le choral, le solo, la messe parodique, le magnificat, le psaume… Aurait-il voulu utiliser cet ouvrage au titre de dossier d’audition et de candidature pour Venise, où il devint effectivement maître de chapelle de 1613 ? Le fait que plusieurs passages soient conçus pour deux tribunes accueillant chacune un chœur pourrait militer dans ce sens. Toujours est-il que pour un dossier de candidature, Monteverdi a produit là l’un de ses plus impérissables chefs-d’œuvre, réalisant le pont entre la Renaissance finissante – avec les passages empruntés à la Prima practica, le style développé par Palestrina – et le baroque naissant et la Seconda practica chère à Monteverdi qui libéra la dissonance du carcan ancien. Pour cet enregistrement, Giuseppe Maletto a rassemblé les riches forces de La Compagnia del Madrigale et des ensembles Cantica Symphonia et La Pifarescha, car il faut beaucoup de beau monde pour se saisir des Vêpres en grand style. © SM/Qobuz
14,99 €
12,99 €

Oratorios sacrés - Paru le 7 avril 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Quoiquoiquoi ? Qu’est-ce donc que l’on célébrait en 1755 pour que Telemann se vît passer commande d’un oratorio à la gloire de la Réforme ? Sachant que ladite Réforme se célèbre, a priori, pendant des années se terminant en « 17 », en mémoire des 95 thèses clouées à la porte de l’église de Wittenberg par Luther en personne en 1517… La réponse se trouve autre part : c’est en 1555 que fut signée la Paix d’Augsbourg entre l’Empereur Ferdinand I (le frère de Charles Quint abdicataire) et les États luthériens, dont le principe fondamental est « cujus regio, ejus religio », autrement dit « tel prince, telle religion », en bon français : c’est le patron qui décidait de ce que ses sujets devaient croire ou pas. Et c’est ainsi que deux siècles plus tard, l’on passa commande à Telemann pour un oratorio à la gloire de ce traité, ce serait Holder Friede, heil’ger Glaube (« Gracieuse paix, sainte foi »), dont l’imposante partition fait appel à des traversos, des hautbois, des cors, des trompettes, des timbales et les cordes, en plus du chœur et des voix solistes. Notez qu’il s’agit ici de la première mondiale discographique de l’ouvrage, avec les forces orchestrales desquelles disposait alors le compositeur. Reinhard Goebel mène le Chœur de la Radio bavaroise, la Philharmonie de chambre bavaroise et les solistes – à la différence de la création de 1755, toutefois, où le pauvre Telemann dut se suffire de voix d’hommes et, sans doute, de garçons du chœur pour les solos. Pour cet enregistrement, Goebel a choisi de rendre à Césarine ce qui est à Césarine, et de faire chanter les parties de soprano et d’alto par des dames de la catégorie, Regula Mühlemann en tête. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 7 avril 2017 | LSO Live

Hi-Res
17,99 €
13,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 7 avril 2017 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
De la Brockes-Passion de Haendel on n'entendra ici que les arias pour soprano solo, un instrument obligé et le continuo. Le texte lui-même n’est pas repris directement de la Bible, mais se présente sous forme d’une variation poétique d’après les Écritures, signée Barthold Heinrich Brockes (d’où le nom ; 1680-1747…). Il semble que Haendel ait écrit son ouvrage en 1712, donc déjà lorsqu’il résidait à Londres, mais en allemand à l’usage d’un public hambourgeois ; c’est d’ailleurs à Hambourg que la Passion fut créée en 1719. L’allemand, soit dit en passant, est une langue que le compositeur a peu utilisée, préférant l’italien et l’anglais, d’où l’intérêt particulier des Neuf arias allemandes qui nous sont ici présentées entrelacées avec les arias de la Passion, d’autant que les textes sont eux aussi de Brockes. Il semble que Haendel les ait composées entre 1724 et 1726, même si l’unique manuscrit qui nous soit parvenu est un brouillon à partir duquel il convient de faire sa propre instrumentation et de compléter les lignes de basse manquantes. On ignore pour quelle occasion ces arias ont été conçues… Quoi qu’il en soit, toute cette belle musique, profondément contemplative plutôt que brillante et italianisante, nous est ici donnée par la soprano allemande Ina Siedlaczek accompagnée par l’ensemble Lautten Compagney. © SM/Qobuz
16,79 €
11,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 24 mars 2017 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Ce disque associe deux des plus belles cantates de Bach, composées pour alto solo à Weimar (1714) et Leipzig (1726) respectivement, au Stabat Mater de Pergolèse (1736), l’œuvre sacrée préférée du XVIIIe siècle. Entre austère piété luthérienne et fulgurante émotivité méditerranéenne, le gouffre peut sembler infranchissable. Pourtant, Bach admirait tant le travail de son collègue napolitain qu’il en a réalisé une « parodie » sur un texte allemand. La Nuova Musica et ses deux illustres solistes font preuve ici d’une même maîtrise des deux styles. (c) harmonia mundi

Le genre

Musique vocale sacrée dans le magazine