Les albums

3502 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Musique de chambre
17,99 €
13,49 €

Trios - À paraître le 29 septembre 2017 | Berlin Classics

Hi-Res Livret
Il va sans dire que le Trio avec cor, Op. 40 de Brahms est l’œuvre la plus célèbre de tout le répertoire pour cette formation (cor, violon, piano), voire de tout le répertoire de chambre tout court. Brahms, qui touchait du cor depuis sa jeunesse, a su mieux que quiconque tirer de l’instrument les accents qui lui convenaient le mieux, de sorte que son Trio fait l’objet d’un véritable culte auprès des solistes. Il est donc normal qu’il soit en quelque sorte le « pilier » de cet album. Mais on peut se demander s’il existe d’autres ouvrages pour le même effectif, et si Brahms a été le premier à l’utiliser. Eh oui pour la première question, eh non pour la seconde. Le corniste Felix Klieser a entouré le Trio en question de quelques œuvres antérieures, dues à Frédéric Duvernoy – actif au début du XIXe siècle et dont la musique reste très empreinte des grands classiques viennois – et de quelques œuvres du XXe siècle de Koechlin et Kahn, lui permettant ainsi de couvrir une période de plus de cent ans. Que ni Duvernoy, ni Koechlin ni Kahn ne fassent pâlir la lumière brahmsienne est une évidence, mais il n’en reste pas moins que leurs œuvres présentent d’autres facettes de la formation, d’autres techniques instrumentales aussi, et l’on peut à ce titre se réjouir des Trois trios concertants de Duvernoy (1765-1838) écrits aux alentours de 1820 ; en effet, le compositeur était avant tout corniste solo de l’Opéra de Paris, il écrivit donc surtout à son usage personnel, et ses trios offrent un très précieux regard sur ce qu’un grand spécialiste d’alors estimait comme le summum de la technique instrumentale. Les Quatre petites pièces Op. 32 de Koechlin (1867-1950) offrent chacune un caractère fort différent et personnel, tandis que l’ultime œuvre de l’album, la Sérénade Op. 73 de Robert Kahn (1865-1951), parue en 1923, ne se cache pas de l’influence de Schumann et encore plus de Brahms – la boucle étant ainsi bouclée ! © SM/Qobuz
17,99 €
13,49 €

Quatuors - À paraître le 24 septembre 2017 | Rattle

Hi-Res
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 22 septembre 2017 | XAS Records

Livret
17,99 €
13,49 €

Musique de chambre - À paraître le 22 septembre 2017 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
19,99 €

Musique de chambre - À paraître le 15 septembre 2017 | ATMA Classique

Livret
5,99 €

Musique de chambre - À paraître le 8 septembre 2017 | Naxos

Livret
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 8 septembre 2017 | OUR Recordings

Livret
5,99 €

Musique de chambre - À paraître le 8 septembre 2017 | Naxos

Livret
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 8 septembre 2017 | Navona

Hi-Res Livret
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 1 septembre 2017 | Tactus

Livret
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 1 septembre 2017 | PASCHENrecords

Livret
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 1 septembre 2017 | Kairos

9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 1 septembre 2017 | Centaur Records, Inc.

14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 1 septembre 2017 | BIS

Hi-Res Livret
Il y a un monde entre le Premier Trio de Hindemith, composé en 1924 « dans le train » ainsi que le précisait le compositeur dans son propre catalogue, et le Second Trio de 1933. Autant le premier comporte encore certains de ces implacables éléments rythmiques et thématiques, quasiment prokofieviens, autant le deuxième déroule tout autant son langage contrapuntique ultra-sophistiqué qu’une douce toile lyrique (avec une pointe d’humour par moments), celle que l’on connaît du Hindemith plus tardif. Et il y a encore un monde entre les trios de Hindemith et celui de Schönberg, conçu en 1946, peu après que le compositeur eut failli succomber à une crise cardiaque. Oui, l’argument thématique est une série dodécaphonique, mais après quelques moments d’adaptation, il est impossible de ne pas déceler mille et une petites vaguelettes tonales, harmoniques, habilement cachées sous la texture. Le compositeur aurait déclaré que l’ouvrage était « une description de sa maladie », avec une bonne dose d’humour noir sans nul doute. Thomas Mann affirmait que Schönberg lui aurait dit qu’il avait tissé en secret son traitement médical, l’infirmier et tout le reste. Hanns Eisler, de son côté, estimait avoir découvert quels accords représentaient les piqûres… Ouille ! Bref, c’est bien là du Schönberg. Le Trio Zimmermann se compose de trois grands solistes internationaux : le violoniste Frank Peter Zimmermann, l’altiste Antoine Tamestit et le violoncelliste Christian Poltéra. Et tous les trois jouent des Stradivarius, excusez du peu. © SM/Qobuz
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 1 septembre 2017 | ARSIS Audio

Livret

Le genre

Musique de chambre dans le magazine