Paru le 3 avril 2012 chez Naxos
Artiste principal : Christian Ludwig
Genre : Classique
Inclus 1 Livret numérique
Plus d'informations
Disponible en
En savoir plus
Qualité Studio Masters (24 bits)
Qualité CD (Lossless 16 bits 44,1 kHz) 5,99 €
Cet album est uniquement disponible à l'achat en téléchargement : le détenteur des droits ne souhaite pas qu'il soit disponible en streaming. Vous pouvez télécharger cet album, ou écouter des extraits de 60 secondes, en MP3 320.
 Afficher tous les interprètes
Album : 1 disque - 13 pistes - Durée totale : 01:08:26
Les pistes écoutées dans le lecteur intégré sont en Qualité Standard (320 kbps).
    Serenade No. 3 in E minor, Op. 21 (Robert Fuchs)
  1. 1 I. Romanze: Andante sostenuto Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  2. 2 II. Menuetto Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  3. 3 III. Allegretto grazioso Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  4. 4 IV. Finale alla Zingarese: Allegro con fuoco Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  5. Serenade No. 4 in G minor, Op. 51
  6. 5 I. Andante sostenuto Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  7. 6 II. Allegretto grazioso Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  8. 7 III. Menuett: Moderato amabile Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  9. 8 IV. Adagio Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  10. 9 V. Finale: Allegro con fuoco Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  11. Serenade No. 5 in D major, Op. 53
  12. 10 I. Adagio con espressione Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  13. 11 II. Allegro grazioso Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  14. 12 III. Allegretto amabile Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor
  15. 13 IV. Finale: Allegro vivace Cologne Chamber Orchestra - Christian Ludwig, Conductor

À propos

Après les Sérénades n° 1 et 2 qui ont reçu un Choc de Classica, Christian Ludwig et l'Orchestre de chambre de Cologne reviennent chez Naxos avec les Sérénades n° 2, 3 et 4 de Fuchs. Robert Fuchs a compté parmi ses élèves des compositeurs comme Mahler, Sibelius, Wolf ou encore Korngold. Si ses propres compositions ont été injustement peu considérées, l'importance du compositeur est pourtant évidente, un chaînon manquant entre Brahms et Mahler.
Détails de l'enregistrement original: 68:54 - DDD - Enregistré les 5 et 6 mars 2009 (n° 3), du 6 au 8 mai 2010 (n° 4) et du 10 au 12 janvier 2010 (n° 5) - Notes en anglais et allemand

Robert Fuchs (1847-1927)

Sérénades
N° 3 en mi mineur, op. 21
N° 4 en sol mineur, op. 51
N° 5 en ré majeur, op. 53

Orchestre de chambre de Cologne
Direction Christian Ludwig


« Robert Fuchs, connais pas ?  » Votre serviteur non plus, rassurez-vous. Ce contemporain de d'Indy ou de Janáček (cela pour le situer sur la carte, ne voyez strictement aucune filiation) fut pourtant un personnage de la première importance pour Enesco, Mahler, Hugo Wolf, Sibelius ou Zemlinsky - dont il fut le professeur. Brahms, grand champion de la musique de son jeune ami, en soulignait l'intense quiétude, la générosité de conception, la finesse d'écriture, ce qui n'est quand même pas rien. Nous suggérons donc à l'aimable mélomane d'écouter cette musique comme si elle annonçait tous ces grands noms, comme le socle sans lequel ils n'auraient peut-être jamais pu se hisser au panthéon. D'autant que, au détour de bien des passages de ces ouvres de Fuchs, on croira entendre telle chose de Sibelius, de Mahler, de Wolf, lors qu'il les précède d'une ou deux générations. juste retour des choses.

    Ce sont les Sérénades n°4 et 5, des années 1895, qui retiendront le plus votre attention, avec leurs moments de modernité tranquille, entre Strauss (Johann) et Strauss (Richard), d'exubérance centre-européenne à la hongroise, et de grandiose ampleur annonçant les grandes partitions d'avant la Première guerre. Et on comprend aussi pourquoi, après cette guerre, la musique de Fuchs devait tomber dans l'oubli, avant que la passion des redécouvertes ne se saisisse de ce doux visionnaire.

    Les Sérénades n° 1 et 2 ont reçu un Choc de Classica.

À découvrir

Dans la même thématique

Le label

Naxos
Naxos a 25 ans ! Créé en 1987, le label Naxos célèbre en mai 2012 le vingt-cinquième anniversaire de sa fondation par une série d'événements internationaux. Extraordinaire histoire que celle de Naxos, label indépendant classique né à... Hong-Kong, d'abord premier label de CD classiques économi...
À lire dans le magazine
  • Leonard Slatkin, une rencontre-podcast (in English)
    Leonard Slatkin, une rencontre-podcast (in English) Le grand chef d’orchestre américain Leonard Slatkin présente sa seconde saison à la tête de l’Orchestre National de Lyon avec lequel il publie, chez Naxos, une impressionnante Symphonie fantastique...
  • Klaus Heymann (Naxos), une rencontre-podcast
    Klaus Heymann (Naxos), une rencontre-podcast Le fondateur de Naxos, Klaus Heymann, fête cette année les 25 ans de son label. Un quart de siècle que ce visionnaire commente le temps d’un podcast, lors de son passage à Paris, en évoquant la phy...

L'époque

Musique Moderne dans le magazine

Le genre

Classique dans le magazine

Actualités