Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Petite synthèse sur les DAC passés entre nos mains...

Quels grands traits tirer des nombreux bancs d'essai de DAC que nous avons réalisés, et cela peut-il aider à faire son choix ?

Par Philippe Daussin | Pratique | 23 septembre 2016
Réagir
Qobuz

Encore une fois, nous le dirons, l'idéal pour acheter un DAC (ou tout autre appareil H-Fi) est de pouvoir l'écouter, bien que nous nous efforcions d'aider les amateurs dans leur choix en cernant le mieux que nous pouvons les particularités sonores des appareils que nous testons.

Il nous semble en effet primordial que le lecteur sache si la restitution sonore fournie par un appareil sera en mesure de lui convenir, que celle-ci nous ait enthousiasmés ou laissés plus ou moins indifférents, ceci n'étant après tout qu'une affaire de goûts.

Parmi les nombreux DAC que nous avons testés (que nous considérerons de manière globale, sans faire de différence entre modèles sédentaires et modèles nomades), un grand nombre sont d'origine chinoise et vendus parfois fort peu cher car certains optent pour des structures minimales, ne contenant que ce qui est nécessaire à leur fonctionnement. Il est d'ailleurs très surprenant de voir la rapidité d'intégration des nouvelles puces de conversion numérique analogique dans les réalisations chinoises. Parallèlement à ce fait, nous sommes parfois surpris de rencontrer des processeurs USB assez anciens dans certaines réalisations récentes. Mais globalement, ce ne sont pas forcément ces éléments qui sont déterminants dans la qualité sonore, ceux-ci pouvant simplement limiter les capacités de décodage du DAC.

Des nombreux bancs d'essai que nous avons réalisés, il ressort, malgré les disparités quant aux capacités de décodage évoquées ci-avant, que nous avons rencontré des DAC qui sont d'un point de vue qualité sonore, et selon notre appréciation (notre critère principal étant la neutralité, ou du moins ce que nous pensons être le respect du message original), au moins bons, plus que bons (une nuance entre bon et très bon), très bons ou excellents, (avec en général une récompense Qobuzissime dans ce cas), en précisant que les appareils que nous n'avons pas voulu tester pour cause de résultats sonores décevants se comptent sur les doigts d'une main...

Il est également nécessaire de savoir que les convertisseurs numérique analogique se classent en deux grandes familles, ceux traitant nativement les signaux (on conserve le nombre de bits et la fréquence d'origine) et ceux procédant à de la conversion de taux d'échantillonnage (les signaux sont tous ré échantillonnés sur 24 bits à une fréquence élevée, généralement 192 kHz), soit en utilisant une puce dédiée (appelée SRC ou Sample Rate Converter, convertisseur de taux d'échantillonnage) en complément d'une puce DAC standard, soit en utilisant une puce DAC ESS procédant à une conversion Hyperstream recalculant les signaux sur 32 bits à une fréquence élevée (non précisée par ESS).

D'autre part, les processus de conversion de taux d'échantillonnage, en ne conservant pas le signal audio numérique dans sa forme native, c'est-à-dire tel qu'il a été codé et travaillé par les ingénieurs du son, apportent des changements à ce signal et ceux-ci peuvent plus ou moins se ressentir sur les résultats sonores qui, s'ils sont le plus souvent plaisants, voire très plaisants, s'éloignent plus ou moins, selon nous, du message tel qu'il est restitué lorsqu'on utilise le codage natif.

Sur les DAC équipé d'un amplificateur pour casque, les caractéristiques sonores peuvent être modifiées par l'amplificateur, ainsi ESS a développé un circuit intégré amplificateur pour casque qui fait particulièrement bon ménage avec les puces DAC de la marque en offrant de très bons résultats sonores globaux.


Nous vous proposons maintenant quelques questions à se poser pour aider au choix d'un DAC.


1- Utilisation : sédentaire ou nomade ?

. Un DAC sédentaire ne pourra servir qu'à la maison alors qu'un DAC nomade sera plus universel, mais ses possibilités pourront être moindres que celle d'un modèle sédentaire.

2 - Avec quels systèmes d'exploitation le DAC doit-il être compatible ?

. En sédentaire la compatibilité de l'entrée USB avec PC et Mac est un minimum.

. Un DAC nomade reste utilisable avec PC et Mac et doit impérativement être compatible avec le type de smartphone (ou de tablette) que l'on utilise : Android (utilisation avec un câble OTG) ou iOS (le plus souvent en utilisant le Camera Kit Apple, parfois directement avec le cordon de charge si le DAC dispose d'un connecteur USB A spécifique Apple, ce qui est précisé par le fabricant du DAC), ou les deux ce qui est très souvent le cas.

Les constructeurs précisent généralement ces compatibilités, et en cas de non précision ou de doute, cet article, régulièrement mis à jour, liste les DAC (sédentaires et nomades) compatibles Android et iOS, dont la plupart ont été testés par nos soins.

3 - Capacités de lecture : de quoi ai-je besoin, qualité CD ou plus ?

. Si on écoute au mieux en qualité CD, un DAC allant jusqu'au 24 bits à 96 kHz suffira largement.
Après, tout est permis, mais il faut savoir que les fichiers aux échantillonnages élevés (24 bits à 176 ou 192 kHz et au-delà) sont loin d'être les plus nombreux.

. Quant au DSD, il prend de l'ampleur mais les DAC qui le décodent en mode natif (l'idéal) restent rares et le paramétrage des lecteurs logiciels sur ordinateur est parfois compliqué.

. Les fichiers Hi-Res prennent plus de place en mémoire que les fichiers en qualité CD, ce peut être un handicap en utilisation avec un appareil mobile.

. L'écoute en mobilité dans une ambiance pas toujours calme nécessite-t-elle de pouvoir écouter des fichiers Hi-Res ?

=> Donc il n'est pas forcément nécessaire de se polariser sur des DAC pouvant décoder tous les types de fichier possibles et imaginables.

4 - Les entrées : de quoi ai-je besoin ?

. S'il est possible de multiplier les entrées sur un DAC sédentaire sans en augmenter l'encombrement, il n'en va pas de même pour un DAC nomade.

. Sur un DAC sédentaire il est bien de posséder en plus d'une entrée USB pour un ordinateur une ou plusieurs entrées S/PDIF (coaxiale ou optique) afin de pouvoir l'utiliser avec un lecteur de CD, de DVD...

. Sur un DAC nomade utilisé uniquement en tant que tel la seule entrée USB est suffisante.

5 - Sortie casque : oui ou non ?

. Les DAC nomades possèdent obligatoirement une sortie casque. Elle est parfois combinée avec une sortie audio numérique optique sur la prise Jack 3,5 mm.

. Elle est également présente très souvent sur les DAC sédentaires, son réglage de volume pouvant agir également sur les sorties ligne sur prises Cinch, ce qui permet au DAC de fonctionner comme préamplificateur avec un amplificateur de puissance sans réglages ou avec des enceintes acoustiques actives.

6 - DAC nomade : batterie ou pas batterie ?

. L'utilisation d'un DAC nomade possédant sa propre batterie épargnera celle du smartphone ou de la tablette et on gagnera en autonomie sur les deux appareils, mais le poids du DAC s'en ressentira.

. Si l'on cherche un DAC nomade très petit et très léger, celui-ci n'embarquera pas de batterie.


Et pour terminer, rappelons que pour la qualité sonore, et même si nous essayons de cerner au mieux les qualités sonores des appareils que nous testons, seule une écoute permet vraiment de faire un achat sûr, bien que nous soyons pleinement conscients que c'est devenu difficile d'écouter un appareil avant de l'acheter, surtout avec la profusion d'appareils disponibles via Internet (dont un certain nombre que nous testons), mais il reste la possibilité légale de retour dans les deux semaines si le produit ne convient pas !

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters