Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Max Richter fait dodo

Le compositeur anglais signe une œuvre de huit heures pour dormir...

Par Clotilde Maréchal | Vidéo du jour | 7 septembre 2015
Réagir
Qobuz

Qui veut dormir huit heures avec Max Richter ? Avec Sleep, le compositeur britannique a signé ce qui est sans doute l'une des plus longues pièces de musique classique jamais enregistrée. Huit heures censées plonger l’auditeur dans le sommeil. « C’est une berceuse de huit heures, explique l'intéressé. Elle est écrite pour piano, cordes, électronique et voix, mais est dépourvue de paroles. « C’est ma version de la berceuse pour notre monde frénétique. Un manifeste pour un rythme d’existence plus lent. » Sleep sera donné en création mondiale en septembre de Berlin. Le concert durera de minuit à huit heures du matin et au lieu d’un fauteuil et d’un programme, le spectateur aura droit à un lit. Publiée le 4 septembre, Deutsche Grammophon propose une version courte d’une heure, intitulée From Sleep. « On peut dire que cette version courte est destinée à être “écoutée” tandis que la longue est conçue pour être “entendue” en état de sommeil », commente Richter, qui décrit ce condensé d’une heure comme « une série de fenêtres s’ouvrant sur l’œuvre intégrale... C’est vraiment une expérience pour essayer de comprendre comment nous percevons la musique à différents niveaux de conscience. » L’idée lui est venue, dit-il, parce qu’il est depuis longtemps fasciné par le phénomène du sommeil. « Dormir est l’une des choses les plus importantes que nous faisons tous, fait-il valoir. Nous passons le tiers de notre vie à dormir et ça a toujours été une de mes occupations favorites depuis que je suis petit. » Au cours de la composition de l’œuvre, Richter a consulté l’éminent neuro-scientifique américain David Eagleman pour en savoir plus sur la manière dont fonctionne le cerveau lorsqu'on est endormi. « Sleep est pour moi une tentative de voir dans quelle mesure, lorsque notre conscience est en vacances, l’espace peut être une place où s’épanouit la musique. » Les œuvres jouant sur la durée n’est pas un phénomène nouveau en musique, et de John Cage à Terry Riley en passant par LaMonte Young, nombreux sont ceux à avoir mis le doigt dans cet engrenage... Influencé autant par le post-rock que la musique classique et l’avant-garde électronique, Max Richter a déjà réalisé cinq disques en solo, et pour le sixième, « recomposé » les Quatre saisons de Vivaldi. Avec Sleep, il signe une œuvre en réaction à nos vies effrénées car, comme il le dit, « nous avons tous besoin d’un bouton pause. »



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters